fragiles, si fragiles

 

♥♥♥ – 9/4/2020

l’amour au temps du Corona / quarantaine planétaire…

écoutez ça lecteur/trice… car si fragiles nous sommes…

de retour de quelques jours passés au grand vent, à l’air frais et au soleil… longues marches et communication avec les arbres et les oiseaux… autres représentations de la même et grande réalité…

retour d’une pause cathodique suite à une légère indigestion… une indigestion virtuelle… trop de nouvelles, trop de mauvaises nouvelles… fake ou réelles, peu importe… anyway bien difficile de discerner… trop de prophéties éclatées, trop de mots envoyés en l’air… trop de mots, de chiffres, de théories, de comparaisons…

tous ces mots, mais au fond, une même et grande fragilité en chacun chacune de nous… une incertitude certaine… promesses du meilleur et du pire…

car si de nombreuses personnes travaillent fort pour le bien du plus grand nombre, et on ne les remerciera jamais assez – merci merci merci – d’autres spinnent dans le vide… en eux, évidemment, mais aussi surtout sur les ondes… et pas toujours le plus beau qui s’exprime…

si tout le monde est fragile ces temps-ci, certain(e)s l’expriment directement, étayant leur fragilité et leur vulnérabilité avec transparence et sincérité… touché…

tandis que d’autres se réjouissent et se réfugient dans l’arrogance et la certitude de leurs théories diverses… mais sincèrement, on vous sent bien mes ami(e)s… on sent et entend vos maux derrière vos mots, on sent votre fragilité à vous aussi malgré l’arrogance de vos similis certitudes

car au fond qui sait quoi ? autre que notre infime partie de l’immense réalité… ou des multiples réalités… car simultanément, on se perd dans l’immensément grand alors qu’on vit dans l’infiniment petit… micros et macros confins…

plusieurs parmi nous sommes amené(e)s aux confins de nous-mêmes, et on dirait bien que les confins de notre âme et de notre psyche sont infinis… si certains se font confins, d’autres se présentent confinfinaux…

car en ce moment, les confins intérieurs sont multiples… et surprenants… on découvre en soi des zones qu’on n’avait pas eu le temps d’explorer auparavant, trop pris par nos vies trop vites et rapides, trop pris dans notre busy busy ness

91079054_518162808888965_8933573181596237824_n

mais tout à coup, certain(e)s ont beaucoup de temps… pendant que d’autres se démènent et en manquent encore plus qu’avant… étranges manifestations de la même grande et mystérieuse vie…

ou nos diverses représentations de la vie car derrière nos écrans, tout ce que nous avons à nous mettre sous la dent – et dans le mental – sont des représentations… car LA vie n’existe pas en soi, dans l’absolu, chacun chacune nos propres réalités, notre propre représentation… à créer comme on veut et/ou comme on peut… c’est selon…

et probablement que tout est parfait ainsi… plus facile à dire pour certain(e)s que pour d’autres car de nombreuses personnes sont dans un état vulnérable en ce moment… et en besoin…

et si on sent la vie out there, si on se branche sur elle, on peut y déceler une grande vulnérabilité, couplée d’une grande force…

et du coup, la solidarité devient la valeur fondamentale…

ci-bas, pour conclure, une citation de Etty Hillesum (Une vie bouleversée) que mon ami Jean Gagliardi m’a permis de découvrir… au sujet de la réalité et de notre représentation de celle-ci :

Je sais comment libérer peu à peu mes forces créatrices des contingences matérielles, de la représentation de la faim, du froid et des périls.

Car le grand obstacle, c’est toujours la représentation et non la réalité.

La réalité, on la prend en charge avec toute la souffrance, toutes les difficultés qui s’y attachent – on la prend en charge, on la hisse sur ses épaules et c’est en la portant que l’on accroît son endurance.

Mais la représentation de la souffrance – qui n’est pas la souffrance, car celle-ci est féconde et peut vous rendre la vie précieuse – il faut la briser.

Et en brisant ces représentations qui emprisonnent la vie derrière leurs grilles, on libère en soi-même la vie réelle avec toutes ses forces, et l’on devient capable de supporter la souffrance réelle, dans sa propre vie et dans celle de l’humanité.


fragiles… et fort(e)s…

comme la vie et ses multiples manifestations… ses multiples représentations…

et la peur au fond des yeux, avec le courage au fond du coeur…

download.jpg

Une réflexion au sujet de « fragiles, si fragiles »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s