le boutt d’la barque

94614490_3160862123931974_5857003028464271360_n

♥♥♥ – 29/4/2020

l’amour au temps du Corona / quarantaine sur la voie de sortie…

jusqu’à tout récemment, j’aimais considérer – et l’écrire et l’afficher ici régulièrement – que nous étions tous et toutes dans le même bateau dans le cadre de cette tempête… tempête autant sanitaire, économique, sociale que médiatique…

Capture d’écran 2020-03-31 à 10.40.10

je nous considérais dans le même bateau jusqu’à ce que je croise cette petite affichette toute simple qui éclaire un autre aspect de la tempête…

94614490_3160862123931974_5857003028464271360_n

ces quelques mots réajustent mon point de vue… car même si la même tempête que nous vivons et subissons, pas du tout tous ni toutes dans le même genre d’embarcation…

certains voyagent encore sur de gros navires de croisière de luxe (by the way, quelle belle disparition que ce sera que cette folle industrie), alors que d’autres rament fort en ta…

si ultimement, nous partageons tous la même planète terre, la même mère, et la même grande mer houleuse – d’où l’idée que nous serions tous dans le même bateau – nous ne naviguons pas tous ni toutes la tempête dans le même type d’embarcation…

ici, dans cette partie de la planète, nous sommes dans le bon boutt du bon bateau

logé(e)s, nourri(e)s, électrifiés(e)s, interneté(e)s – besoin essentiel s’il en est un pour rester en contact, et en même temps plus grande des dépendances mais ça c’est une autre chronique… en fait, nous qui observons la crise – et qui la vivons à distance – nous sommes les gras durs parmi les gras durs… pas trop de houle malgré certains désagréments…

si on relativise un peu, pour la forme, ailleurs dans le monde, certain(e)s peinent à trouver de quoi simplement nourrir leur famille…

Capture d’écran 2020-04-29 à 07.44.44.png

sans vouloir implorer la pitié de qui que ce soit, parfois faut qu’on se compare… à pire que ce soit… car souvent on se compare à mieux et on finit par se plaindre… relativiser qu’on disait ? dans de nombreux endroits du globe, la crise est permanente…

mais même ici chez-nous, chez les gras durs parmi les gras durs, dans les meilleures embarcations, nous naviguons positionné(e)s différemment dans le meilleur des bateaux

si la plupart parmi nous occupons les sièges hublot d’où nous regardons la crise à l’abri, choyé(e)s et full confo… on lit la crise et on la vit peu, à distance, ou on la regarde sur Youtube et autres écrans réseaux…

et on explore les divers complots en considérant cette tempête comme manufacturée, complotée, pré-fabriquée, et manichéanisée (comme dans Manichéen)…

nombreux sommes-nous à avancer nos grandes trouvailles top secret, à partager nos sources toutes plus scientifiques les unes que les autres (alors que les scientifiques sont loin de tous être d’accord), en s’assurant d’écorcher et mépriser au passage le peuple, la masse, le monde, qui dort au gaz…

réfléchissez ! réveillez-vous ! leur dites vous…

mais attentions chers analystes gérant(e)s d’estrade, peut-être que le monde ne dort pas au gaz tel que vous le soupçonnez, peut-être que le monde que vous traitez d’endormi est simplement occupé à tenter du mieux qu’elles et ils peuvent de sauver des vies au risque de la leur, et de couvrir les besoins essentiels qui font que l’on peut confortablement regarder la grande game sociale pandémique sur nos écrans…

pendant qu’on s’obstine sur les réseaux à coups de preuves et de sources tout aussi crédibles et incroyables les unes que les autres, de nombreuses préposées aux bénéficiaires – sont infectées et malades, certaines en meurent même…

désolé de faire de l’ombre sur vos savantes analyses éclairées chers savant(e)s virtuel(le)s…

pendant qu’on les observe dans le confort de notre home sweet home, il y a des plus vieux et plus vieilles qui meurent en solo, par elles et ils mêmes, et des familles qui vivent des drames familiaux et personnels…

il y a en d’autres qui tentent de leur sauver la vie et d’améliorer la santé des plus vulnérables, ou de minimiser le plus possible leur inconfort de fin de vie… tentant de panser leurs plaies, plaies de lit et plaies de vie…

la semaine dernière, me sentant tout à fait impuissant devant la situation actuelle et voulant aider même si je ne suis pas formé en santé, et répondant aux appels à l’aide, je me suis inscrit à jecontribue.com… par un ptit courriel… j’ai appliqué, mais je ne pensait pas vraiment qu’on m’appellerait… mais ma conscience serait en paix me suis-je dit, sincère mais ne pensant pas vraiment que je pourrais ainsi contribuer…

mais lundi matin, une employée d’Hydro-Québec – organisme chargé de faire le suivi des multiples offres d’aide pour jecontribue.com –  m’a téléphoné pour me poser quelques questions supplémentaires, telles mes préférences pour le lieu et la région… et on va peut-être me rappeler m’a-t-elle dit… un moment donné…

et je vous avoues que la chienne m’a pogné depuis… je vous avoues aussi que j’ai brièvement hésité lorsque la personne à l’autre bout du fil m’a demande si je voulais toujours aller contribuer… wake up call…

si on me rappelle, évidemment que je vais y aller… en CHSLD, en ressource privée, ou n’importe où ailleurs besoin il y aura… mais avec la chienne aux fesses, et le courage au coeur… mais comme on dit, parfois faut c’qui faut…

si j’ai toujours gardé en tête et en coeur avec beaucoup de respect l’implication réelle des gens qui avaient les deux mains dans cette crise, au risque de leur propre santé, ce coup de téléphone m’a encore davantage démontré le courage et la bonté de ces gens qui ont décidé de s’impliquer malgré les risques, peu importe leur rôle, mais en particulier celles et ceux qui touchent pour de vrai à la maladie et aux gens qui sont susceptibles de la contracter… quel contrat en effet…

je ne rapporte pas ceci pour me mettre en valeur… car je n’ai absolument rien fait jusqu’à maintenant… en fait, je ne fais qu’avoir la chienne du fameux second coup de téléphone depuis… toujours aussi confo dans mon home dans la forêt… en stand by… mais mesurant mieux le sérieux de la situation…

je veux simplement par la présente souligner comment ce coup de fil m’a encore davantage fait prendre la mesure du courage et du précieux du courage de l’implication des gens, des femmes immigrantes en majorité et bien trop sous-payées, qui plutôt que de parler, de critiquer et de juger de la situation, s’impliquent les deux mains et le coeur dedans pour la santé et le mieux-être des plus vulnérables de notre grande famille humaine… pour moins d’argent que de rester chez-eux et elles…

car même si on la voit dans nos divers écrans cette tempête, on finit par oublier qu’il y a de vrai(e)s humain(e)s qui sont touché(e)s dans leur corps, leurs émotions et jusque dans leur âme par ce petit virus, peu importe sa source…

et à ceux et celles qui, du confort de leur foyer, osent prétendre que cette crise est préfabriquée et bla bla bla à grands coups de tubes divers, je vous invite, si vous le pouvez évidemment, à vous inscrire pour aller donner un coup de main… et vous allez voir si, comme moi, on vous prend aux mots, et que l’on vous rappelle, que cette crise prend immédiatement une autre dimension beaucoup plus réelle…

car le vrai courage passe par les gestes, pas par les beaux mots savants et avouons-le un peu arrogants…

et si vous voulez avoir un coup de sonde de cette réalité très concrète, je vous invite à lire les mots d’Yves Boisvert ce matin… touchants… humilisants… et humanisants…

https://www.lapresse.ca/covid-19/202004/29/01-5271321-pour-des-motifs-humanitaires.php

alors en terminant, mon plus profond respect à celles et ceux, d’ici ou d’ailleurs, préposées, infirmières, médecins, commis d’épicerie, camionneurs et quiconque fait du mieux qu’elle et il peut, pour contribuer à soigner…

car c’est ça soigner, prendre soin, offrir des soins…

merci du fond de la barque…

et bonne suite de ce grand voyage brassant, peu importe votre place dans la barque…

ça va aller… comme ça va aller, mais mieux grâce à vous…

3 réflexions au sujet de « le boutt d’la barque »

  1. Ravi

    merci de nous montrer ton ouverture à aider et ta vulnérabilité face à la possibilité que tu décides d’apporter ton soutien…..

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s