un éléphant nommé Covid

elephant-aveugles.jpg

♥♥♥ – 30/4/2020

l’amour au temps du Corona / quarantaine sur la voie de sortie…

un jour de grand soleil – ou était-ce un jour de pluie ? du printemps de l’an 2020, différent(e)s ami(e)s se croisèrent sur un réseau social après que l’un d’entre eux eut posté la photo de l’éléphant nommé Covid, ce mastodonte qui piétinait le quotidien du peuple de la terre depuis quelques mois déjà afin de comparer leur savoir et ainsi mieux tenter de comprendre le phénomène…

une première amie, épidémiologiste au département de santé publique, posta ces quelques mots en commentaires à la photo: ceci est une grave pandémie, les gens meurent, on doit absolument confiner la population à domicile et fermer écoles et entreprises des villes et des régions pour freiner la contagion !

une deuxième, une artiste en congé forcé et assignée à résidence, après avoir regarder de nombreux vidéos Youtube depuis quelques semaines, se prononça avec grande certitude: non! cette crise n’est qu’une manigance de la part du deep state ! en prenant soin de rajouter: maudit que le peuple est endormi !

et elle quitta subitement la discussion en prenant soin de retirer de sa liste d’ami(e)s son ex amie épidémiologiste…

une troisième personne, analyste en science économique, affirma avec résignation et désolation : non, pas du tout, sinon cette crise se transformera en une grave dépression économique, et à cause du confinement, le chômage culminera et plusieurs entreprises seront acculées à la faillite !

un quatrième ami, écologiste pour l’organisme Planète Verte, avança plutôt : non cette crise est une bénédiction, c’est la nature qui se révolte et cette crise est une opportunité pour mettre en place des politiques plus vertes et respectueuses sur le plan de l’environnement et on doit laisser la terre reprendre ses droits !

une cinquième, professeure dans une école primaire en train de faire quelques recherches sur le web au seuil d’un éventuel retour à l’école partiel et optionnel d’ici quelques semaines, et un brin incertaine, posta qu’elle était plutôt indécise et ne savait pas si elle devait se réjouir ou s’inquiéter de ce retour, autant pour elle que pour les enfants de sa classe…

un ex-militaire connu et respecté, ayant intervenu dans de nombreuses guerres civiles, affirmait plutôt que nous sommes en guerre contre ce fichu pachyderme et que nous devons adopté une attitude guerrière face à cet ennemi invisible, mais non moins menaçant…

un autre, un philosophe à la retraite de 73 ans, pas mal frustré d’être confiné à la maison sur la seule base de son âge et malgré son excellente santé, après avoir exprimé son irritation de se sentir infantilisé ainsi par le gouvernement, tenta néanmoins de présenter sa perception de la situation  globale quant à la situation actuelle et à venir de l’humanité… il n’avait pas peur de la mort…

une préposée aux bénéficiaires, mère monoparentale de 2 enfants, profitant d’une pause de quelques jours car on la suspectait de présenter des symptômes inquiétants, sa première journée de congé en 6 semaines, se lassat rapidement de cet échange qu’elle jugeait stérile et quitta la discussion… elle, qui avait pris soin de nombreuses personnes âgées malades depuis des semaines, ayant même vu mourir quelques ainé(e)s dans leur lit dans des conditions inhumaines, était trop épuisée pour une telle discussion…

un jeune commis de caisse à l’épicerie locale, entre deux shifts au supermarché où il croise quotidiennement de nombreux client(e)s pas toujours cool ni délicat(e)s et qui ne respectent pas les consignes minimales de distanciation, demanda publiquement à ses ami(e)s d’être plus cordiaux lorsqu’ils/elles passent à la caisse car il commence à en avoir plein son cash de se faire dumper des feelings full frus et frustants…

les personnes discutèrent ainsi avec passion pendant quelques minutes, chacun(e) présentant ses arguments, défendant ses perceptions de ce que pouvait être ce pachyderme nommé Corona…

ils et elles avaient bien du mal à s’entendre et à se comprendre… certains étaient même borderline méprisants envers ceux et celles qui exprimaient des opinions différentes de la leur, alors que quelques-un(e)s tentaient de considérer les différents points de vue… mais les divers points de vue n’étaient clairement pas si faciles à concilier…

un sage internaute, qui surfait par là par hasard, aperçut l’échange et osant joindre la conversation, posta en commentaires à la photo de Covid l’éléphant : Que se passe t-il ? quel est l’objet de vos échanges si passionnés ?

nous n’arrivons pas nous à mettre d’accord sur ce que peut être ce fichu éléphant, ni à quoi il peut ressembler !

puis après avoir pris connaissance des commentaires de chaque ami FB, le sage dit :

vous avez tous et toutes dit partiellement vrai ! si chacun(e) de vous décrit l’éléphant de façon si différente, c’est parce que chacun est touché(e) par une partie différente de ce cher Covid…

il a bel et bien toutes les caractéristiques que vous avez décrites… et si vous rassemblez l’ensemble des caractéristiques de ce que vous avez présentées, vous pourrez avoir une représentation plus globale de l’animal dans son ensemble…

Oooooooh !  postèrent-ils en choeur, accompagnant leur oh ! de quelques Capture d’écran 2020-04-03 à 07.06.00, 2-3 Capture d’écran 2020-04-03 à 07.14.18 et même un wouah bien senti !

et la discussion s’arrêta net ! Aleluia !

chacun chacune fut heureux/se d’avoir pu exprimé sa perception de la réalité, ventilant ainsi une part de leur charge émotive, d’avoir été écouté(e) et entendu(e), satisfait(e) d’avoir contribué à la construction d’une réalité plus grande que la seule traditionnelle opposition d’arguments contradictoires…

évidemment, cette histoire est une nonsense fiction, une histoire très très virtuelle avec un happy ending peinturé rose foncé made in Hollywood…

mais peut-être qu’en s’écoutant un peu plus, en particulier les gens qui ont des opinions opposées aux nôtres,

en respectant et en sentant d’où partent les gens qui s’exposent avec les seuls mot qu’ils ont – et qui parfois explosent publiquement sous la pression, et font du mieux qu’ils et elles peuvent,

en comprenant que tous et toutes nous vivons une situation hautement émotive intense, incertaine mais commune,

et en tenant compte que parfois nous surfons mais que d’autres fois nous avons le mal de mer et de coeur au coeur de la même tempête réelle et virtuelle,

alors peut-être traverserons-nous mieux la tempête personnelle et sociale qui gronde actuellement, ensemble, uni(e)s en transformant cette apparente tempête en odyssée humaine commune riche et éclairante pour la suite du voyage de la conscience humaine…

je sais, je sais, souvent gris les éléphants, mais parfois roses aussi…

et sait-on jamais avec ce cher Covid ?

Capture d’écran 2020-04-30 à 06.52.25.png

Une réflexion au sujet de « un éléphant nommé Covid »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s