penser, mais à quoi ?

95496284_2093701307426621_3378877731272916992_n.jpg

♥♥♥ – 8/5/2020

l’amour au temps du Corona / quarantaine sur la voie de sortie ?

traduction: je ne veux pas que tu penses comme moi, je veux juste que tu penses…
– Frida Khalo

ce qui est formidable ces temps-ci c’est qu’il y a tellement de matière à penser qu’on finit par dé penser…

tellement de food for thought qu’on finit par s’empoisonner à coup de mauvaises combinaisons intellectuelles… quel buffet all you can read and watch dans lequel nous sommes plongé(e)s…

après le festin de Babette, celui d’internet…

mais à cette ampleur, totalement indigeste le buffet des nouvelles fake, vraies et in between

car l’accès aux divers plats de nouvelles (et platitudes et autres tubes à la mode) est totalement ouvert et gratuit… encouragé même : faites vos propres recherches…

sauf que les effets secondaires de ce grand festin indigeste sont réels… et se répercutent dans notre corps… et jouent avec notre esprit !

tellement d’informations qui circulent – de qualités diverses et la plupart non ou peu valides ni validées – que l’on finit par tilter de la capine quand on tente de squeezer du sens hors de tout ça… plus de jus dans le citron médiatique…

on lit des : je pense comme toi… ou des tout à fait d’accord avec toi

ah que ça fait du bien quand quelqu’un pense comme nous hein ? on se sent moins seul(e)… mais ça ne change absolument rien à rien, ni rien du tout… on peut être nombreux à penser dans le champs

ou au contraire, tant de positions opposées…

et quand je ne les ai pas lus, je les ai devinés les jugements sous-jacents, les ai sentis dans les multiples : réfléchissez ! (gang de caves – ces 3 mots n’étaient pas écrits comme tels mais on les entends souvent résonner chez ceux et celles qui pensait raisonner de justesse et qui pensent saisir les dessous de ce telenovela mondial actuel qui joue en direct et en boucles) !

ce qui semble tellement évident pour certain(e)s l’est beaucoup moins pour d’autres… et au contraire et vice et versa…

en fait, même soi-même, pour et par soi-même, on peut être porté(e)s à switcher d’un bord pis de l’autre… pas le propre de l’intelligence ça d’ailleurs ? à mon avis, oui, signe de santé mentale…

swinger sa propre compagnie…

comme l’impression qu’on ne réussira jamais à comprendre, à saisir, ce qui se passe en ce moment… pas avec la tête en tous cas… car je pense que personne ne sait vraiment ce qui se passe en ce moment… ni les politiciens, ni les scientifiques, ni nous, le peuple…

car on pense en terme sanitaires, en terme d’économie, en terme de libertés individuelles et santé publique et d’utilité personnelle… on pense, mais un trop plein d’émotions diverses nous traverse et nous transperce, ce qui vient altérer notre jugement…

et comme nous sommes en pleine crise, impossible de comprendre ce qui se passe…

alors prenons soin à ce avec quoi nous nourrissons notre machine à penser

car tous et toutes déchirés entre la peur et la colère, entre l’espoir et son dé, entre la foi et le doute…


Religion is a culture of faith; science is a culture of doubt…
― Richard Feynman


ci-bas, deux citations via Zahora Chantale de Senneville sur FB pour dépenser…


Restez tranquille, ne pensez pas, et ne faites aucun effort… et si quelqu’un ne parvient pas à rester tranquille, qu’il abandonne l’intention d’être tranquille.

Il n’existe aucun objet dans le mental, pas de personne, pas de chose, aucun concept qui puisse vous donner le bonheur et la paix de l’esprit.

La paix est au dedans de vous, et dans le Cœur de tous les êtres.

En restant tranquilles, en ne permettant à votre mental de demeurer en aucun lieu, vous voyez la paix et le bonheur.

C’est la vérité fondamentale, et chaque être du monde est le bonheur même.

– H.W.L. Poonja « Papaji »


La vie se charge de toi. Tu n’as pas à porter ta vie.

Soudain, cette phrase je l’entends, ou plutôt, elle m’atteint.

Je ne la pense plus, ne l’analyse plus, ne la soupèse plus, ne suppute plus sa valeur.

Je n’ai même pas besoin de la méditer : elle m’est entrée dans la chair, s’y est installée, très à son aise.

Voilà qu’elle fait corps avec mon corps, avec mon psychisme anormalement calme qui ne lui oppose nulle résistance, qui se réjouit, au contraire, qui danse de joie au-dedans de moi.

– Yolande Duran


et comme vous avez du temps, ci-bas deux liens vers des vidéos qui vous aideront à mieux penser le monde… ou pas… à vous de juger…


cours Bullshit 101

https://callingbullshit.org/videos.html?fbclid=IwAR1FymjiwsxbXyNxQpBxiqQbOMCfMA3CEUROhmlj2yHDuRkaSx518oZCGuw


 

3 réflexions au sujet de « penser, mais à quoi ? »

    1. Anandgyan

      Okay; entre les lignes
      il y a les consommateurs et ceux qui méditent,
      en même temps.

      C’est « entre » telle une gateless gate.

      On est des portes.

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s