pas raciste mais…

101507609_10157561550703333_6773665155281584128_n

♥♥♥ – 3/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

traduction: le problème avec les blancs est qu’ils/elles considèrent le racisme comme de la haine consciente, alors que le racisme est plus large que ça…

le racisme est un système complexe de leviers et d’avantages sociaux et politiques instauré au fil de plusieurs générations et qui continue à favoriser les blancs au détriment des gens d’autres nationalités, et ce, que les blanc(he)s le sachent et aiment cela ou pas…

le racisme est une maladie culturelle insidieuse, si insidieuse qu’elle fonctionne en dépit du fait que vous soyez un(e) blanc(he) qui apprécie les gens de couleurs… et cela aura comme conséquence d’influencer votre façon d’interagir avec les gens qui sont différents de vous…

oui le racisme ressemble à la haine, mais la haine n’est que l’une de ses manifestations… le privilège en est un autre… l’accès aussi… de même que l’ignorance, l’apathie, et ainsi de suite…

ainsi même si je suis d’accord avec les gens qui affirment que personne ne nait raciste, cela demeure un puissant système au sein duquel nous naissons dès notre naissance… c’est comme naître à l’air, vous en inspirez dès que vous respirez… cela n’est pas une grippe de laquelle vous vous débarrassez… il n’y a pas de cours qui vous certifie en tant que non-raciste…

le racisme est un amalgame de trappes et de valeurs culturelles qui entrent en jeu dès que vous interagissez socialement… c’est quelque chose que vous devez écoper du bateau qu’est votre vie pour ne pas vous y noyer… je sais que c’est un travail ardu, mais c’est le prix que vous devez payer afin de vous en affranchir… – Scott Woods


pas mal tout est inclus dans ce texte qui décrit le racisme en tant que maladie de système… pas un racisme systématique, mais un racisme systémique, un racisme de système…

si aux USA, on parle principalement des personnes à la peau noire, ou plus ou moins foncée, à cause de leur histoire particulière fondée sur l’esclavage, quand on parle de racisme on doit aussi inclure toutes les minorités dites visibles…

autant les autochtones, que les gens dits de couleurs, les gens qui ont la malchance d’avoir la peau plus foncée que la nôtre…

et si la crise est grande ouverte et criante aux USA en ce moment, déclenchée par le meurtre de Mr Floyd et l’arrogance du POTUS, on dirait bien que la situation semble éclater un peu partout sur la planète, notamment au Brésil où la situation de l’esclavage n’a pas été si différente que celle qui a sévit chez nos visions immédiats… malgré des éléments contextuels particuliers…

et si on ne veut ni ne peut se comparer aux gens de couleurs, nous les blancs qui sommes les privilégié(e)s des privilégié(e)s, il me semble que l’on doive penser en particulier aux femmes qui font partie de ces minorités… double handicap…

et même si on ne se considère pas raciste en tant que tel, par le seul fait d’avoir une enveloppe corporelle de teinte plus pâle nous place dans une situation privilégiée… et cela, il est bien difficile sinon impossible de le voir et réaliser pleinement quand on est en position favorisée… la perte ses privilèges est toujours difficile… mais essentielle pour saisir la situation des gens concernés…

le texte ci-haut nous donne un éclairage sur le caractère insidieux de la situation du racisme…

notamment en nommant le racisme est une maladie culturelle insidieuse…

maladie sociale…

car combien de fois nous entend-on, nous les blancs dire: moi je ne suis pas raciste, mais…

ce mais est un signal d’alarme…

car même si nous le savons pas, nous sommes des acteurs et des actrices qui évoluent depuis des siècles au sein d’un système raciste… à prédominance blanche… ancrés en nous et autour depuis des siècles…

pour cela que le combat ne peut se défendre par nous… pour cela que nous les blancs, ne pouvons affirmer que que le racisme n’existe pas… car pas nous qui le subissons…

même si notre rôle est néanmoins primordial dans la situation et que ce combat est le leur, il est aussi le nôtre… car nous qui devons prendre conscience de nos multiples avantages sociaux et personnels que nous ne voulons pas perdre…

les gens de couleurs doivent mener leur propre combat… mais ils et elles ont besoin de nous… besoin qu’on les entende, qu’on les soutienne…

ils et elles ont surtout besoin que l’on fasse notre propre processus d’introspection en nous-mêmes face à notre privilège, nous, le groupe dominant, historiquement dominateur…

réaliser que nous devrons ouvrir nos yeux sur la situation globale car elle dort en nous, depuis longtemps, et si on n’en prend pas conscience, on la reproduira inconsciemment… et elle se répétera…

car entre le noir et blanc absolus, il y a de multiples nuances de peaux… les multiples nuances de notre humanité… et celles de notre âme… et celles de notre coeur…

ça n’est pas toujours bien allé, mais si on veut que ça aille mieux, il faut s’ouvrir les yeux et le coeur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s