risquer la vie, à la vie à l’amor

♥♥♥ – 24/10/2020
l’amour au temps du Corona… take 2… vert, jaune, rouge et zone orange…

traduction: ton étrangeté te rendra plus fort(e)… ton côté sombre te gardera entier/ère… ta vulnérabilité te gardera connecté(e) avec le reste de l’humanité qui souffre… ta créativité te libérera… il n’y a pas de problème avec toi…

toujours bon à lire, ou à entendre non ?

même si c’est quelqu’un d’aussi bizarre que moi qui vous le dit…

étrangeté ? côté sombre ? vulnérabilité ? créativité ?

pas de problème…

toi et moi nous sommes aussi a/normal(e) que la vie peut et veut se manifester…

pas de normalité, pas de bonne façon d’être…

que soi, que tel et telle que nous sommes…

à suivre son instinct, à faire ce que l’on sent…

et demeurer vulnérable même si cela nous fait ressentir une certaine souffrance car oui de la souffrance en ce bas monde… oui normal de la ressentir, qu’une manifestation de notre humanité, car personne n’a jamais dit que la vie ne devait pas être souffrante…

car comme l’affirme, pas d’extase sans agonie car pour devenir or, le métal doit brûler, se purifier…

et la pierre être polie jusqu’à ce que diamant s’en suive…

en fait la vie implique implicitement une part de difficulté liée à la croissance, à l’apprentissage, au simple fait de grandir, de sortir du connu du soi du moment… car soi en devenir…

la petite graine qui éclate et sort d’elle-même pour aller vers la vie se fait harakiri pour devenir quelque chose de plus que soi, pour devenir ce qu’elle doit devenir… pour devenir sa destinée… la chenille doit lâcher prise pour devenir papillon…

extase veut dire sortir de soi, un état à l’extérieur du soi connu… sortir du petit moi qui se croit tout petit pour devenir le grand monde, le tout…

la grenouille et le boeuf ? seule et même vie…

oser être soi, demeurer soi tout en devenant un soi plus grand, plus vrai, plus fou… un soi vivant… un soi sauvage…

car ce petit soi qu’est moi n’est que work in progress, ce petit soi n’est que perpétuel changement en cours, que processus de transformation permanent…

oser faire ce que l’on sent et ressent profondément, oser aller voir de l’autre côté du normal, et de sa folie, et du why not coconut ?

déborder du déjà fait et du déjà dit… oser prendre un risque, un chemin jamais marché ni exploré, oser essayer, au risque de connaître le prétendu échec…

car jamais d’échec si on le décide ainsi, que des occasions d’aimer, d’apprendre, d’essayer, de vivre quoi… et de continuer ce grand voyage vers nulle part… vers ici…

pas de problème en cette existence, que des occasions de se voir, de se découvrir, de se connaître mieux et plus et de re connaître la part de dieu en soi, de sortir de soi, de se réaliser à son plus que plein potentiel… se réaliser à l’infini, à l’infinité…

car vivre n’est pas seulement risquer de mourir, cela semble bien être une certitude…

alors vivre à mort et vive amor amor amor…

Une réflexion au sujet de « risquer la vie, à la vie à l’amor »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s