noire soeur

Photo: Philippe Pinh

♥♥♥ – 3/11/2020
l’amour au temps du Corona… take 2… vert, jaune, rouge et zone orange…

– Grand-mère, c’est trop … toute cette obscurité …

– Mais comment mon enfant ? C’est juste l’automne ! Tu t’attendais toujours à la lumière de l’été ? Tu n’as encore rien appris des cycles des saisons ? L’ obscurité est utile… C ‘est d’elle que naît le printemps.

– Moi, je trouve que ces ténèbres sont vraiment insupportables… Je n’en vois pas le sens.

– Pourquoi s’obstiner à chercher un sens ? Alors que l’obscurité n’est qu’à vivre.
Et à sentir complètement sur ta peau. De l’extérieur à l’intérieur.
Le frisson qui viendra te toucher sera le guide qui te mènera à agir. Plutôt qu’à réagir.
Nous sommes appelés à des actions créatives, originales, émouvantes, silencieusement bruyantes. Mais ces actions ne peuvent naître que du contact avec l’obscurité et non de sa fuite.

– Combien de temps devrai-je rester dans ces ténèbres ?

– Jusqu’au moment où tu les verras comme bénédiction. Parce que tu sentiras enfin tes yeux s’ouvrir… La nuit, dans le noir, les yeux rêvent, se reposent, se nourrissent d’images d’autres mondes, parlent à ceux qui sont morts, ont des pouvoirs magiques… Ce n’est que grâce au sommeil qu’ils peuvent s’ouvrir le matin avec de nouvelles inspirations, intuitions et regards enrichissants sur le monde…L’obscurité nous amène à grandir. Il suffit de ne pas entraver sa tâche éclatante. De messagère de l’âme.

– Elena Bernabè via Transparence du Coeur sur FB

_______________________________________________________________

des temps sombres vivons-nous dirait-on ces temps-ci… en surface du moins… dans les médias surtout… le chaos et l’horreur semblent popper de partout…

mais on dit aussi que la lumière intègre toute ombre, tout le sombre du monde, que la lumière appelle à elle le moins illuminé… que le noir fait partie intégrale de toute source de lumière…

on dit que la noirceur cherche la lumière… que dès que des gens se rassemblent pour attirer et inviter la lumière, l’ombre vient graviter autour pour s’éclaircir, pour boire le lumière, dans une intensité relative, elle cherche à revenir au coeur de la lumière… car on dit aussi que tout est lumière, même la noirceur…

même si les choses du monde semblent sombres actuellement, il semble essentiel de garder espoir… de croire en des jours meilleurs… croire dans le sens de garder la foi, de la nourrir, de faire confiance en la vie, en ses multiples manifestations, malgré les apparences…

bon novembre lecteurs/trices… pas triste du tout le monde, en tous cas pas aussi triste qu’on peut le percevoir, peut-être seulement en train de s’illuminer en exposant sa sombritude pour qu’elle s’éclaire, qu’elle se révèle au grand jour, qu’elle rejoigne la lumière…

gardons foi en nos coeurs qui ne forment qu’un seul et même coeur, le coeur de l’humanité… foi en l’âme humaine… car elle semble en avoir bien besoin en ce moment… la mienne comme la nôtre, la vôtre comme la nôtre…

pour compléter, quelques mots de Jung qui n’a pas eu peur de fouiller dans l’ombre de son âme personnelle, comme l’âme collective…

_______________________________________________________________

Mon âme, où es tu ? m’entends tu ? je te parle, je t’appelle, es-tu là ?

Je suis revenu, je suis rentré – J’ai secoué de mes pieds la poussière de tous les pays et je suis venu à toi, je suis avec toi ; après de si longues années de longue marche, je suis à nouveau venu vers toi.

Veux-tu que je te raconte tout ce que j’ai regardé, vécu, ingurgité ?

Ou bien ne veux-tu rien entendre de tous ces bruits de la vie et du monde ?

Mais il faut que tu saches une chose, il y a une chose que j’ai apprise : que l’on doit vivre cette vie. Cette vie est le chemin, le chemin que l’on cherche depuis si longtemps et qui mène à l’inconcevable que nous qualifions de divin. Il n’y a pas d’autre chemin.

Tous les autres chemins sont de mauvais chemins. J’ai trouvé le bon chemin ; il m’a conduit jusqu’à toi, jusqu’à mon âme. Je reviens, calciné et purifié. Me reconnais-tu ? comme la séparation fut longue ! Tout à tellement changé. Et comment t’ai-je trouvée ?

Comme mon voyage fut étrange !

Par quels mots te décrire par quels sentiers tortueux une bonne étoile m’a conduit jusqu’a toi ? Donne-moi ta main, mon âme presque oubliée. Quelle chaleur me procure la joie de te revoir, toi mon âme si longtemps désavouée. La vie m’a ramené à toi.

Je remercie la vie que j’ai vécue, pour toutes les heures sereines et pour toutes les heures tristes, pour chaque joie et pour chaque douleur.

Mon âme c’est avec toi que mon voyage doit continuer. Avec toi je veux cheminer et monter jusqu’à ma solitude. »

C. G. Jung – Dialogue avec l’âme, Livre rouge, passage pp. 149/151.

4 réflexions au sujet de « noire soeur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s