la douteuse «raisonnabilité» de la justice des hommes

♥♥♥ – 19/12/2020
l’amour au temps du Corona… take 2… full dans le rouge…

on distingue habituellement la justice des hommes de celle de Dieu, même si, en principe, le système de justice des hommes est censé être calqué sur celui d’un Dieu tout puissant… mais comme Dieu est imaginé par plusieurs comme un homme blanc à la longue barbe blanche (parlant probablement français ;-), la justice semble porter toujours du même bord…

cette semaine nous a démontré que la justice des hommes est justement ce qu’elle est, un système de justice créé par des hommes, pour des hommes… même si appliquée de plus en plus par des femmes… des hommes traditionnellement riches, puissants et habiles dans leurs relations avec les autorités et instances qui créent et font la loi

des ptits messieurs, censés agir en bons pères de famille, qui se prennent pour des mini Dieux et qui règnent sur le monde depuis trop longtemps… et qui ont mis en place une justice sur mesure… pour eux… et qui se font aller la queue de diable dans l’eau bénite et en tous sens, avec un grossier manque de respect envers autrui, mais en majorité contre les volontés des filles et des femmes, mais aussi envers jeunes garçons et les enfants… car les hommes de Dieu ne se sont pas gênés avec les enfants de choeur… que Dieu ait leur âme et qu’il leur chauffe la queue…

à la lumière des récentes décisions où même les juges ne croyaient pas la version des accusés, il et elle ont tout de même dû se résoudre à prononcer des sentences d’acquittement reposant sur le doute raisonnable et la présomption d’innocence… quitte ou doublement injuste…

et il est évident que les choses doivent changer… et peut-être que ces décisions plus que douteuses sinon enrageantes sur le plan de la vérité des choses qui se sont passées pour de vrai auront un impact réel sur le cours des choses et sur les fondements de nos systèmes de justice… car really, vraiment grossière l’indécence dans ces cas de gars…

je comprends que plusieurs femmes soient révoltées suite à ces décisions récentes… on le serait à beaucoup beaucoup moins… et nous sommes pluiseurs hommes aussi à l’être…

des décisions en toute justice mais non en toute justesse fondées sur le doute raisonnable et la présomption d’innocence… toutefois, en regardant la photo ci-haut toutefois, l’innocence a un drôle de look et bien mauvais goût… et pas le sens que ne l’entendent les tribunaux…

comme l’impression que nous sommes plusieurs hommes à nous sentir pas mal gênés d’être homme en ce moment… du moins je l’espère… en constatant le retard (fonda) mental de notre système d’injustice et ses lacunes face aux crimes sexuels… comme ceux face aux crimes racistes et homophobes mais autre débat, quoi que…

qu’on les nomme ainsi ou pas, le racisme et le sexisme systémiques existent… comme l’inégalité des genres en justice, ce qui est apparu avec tant d’évidence cette semaine… grossière indécence… oh bien sûr, quand on est un homme blanc, ces inégalités semblent moins exister, ou que si peu si on ose avouer qu’elles existent… mais pas à nous de dire car nous sommes aveuglés par nos privilèges ancestraux…

et j’avoue qu’il est bien délicat d’écrire sur ces sujet en tant qu’homme, blanc de surcroit… il serait plus facile de se la fermer et de remettre la parole à celles qui subissent l’injustice… car depuis longtemps, nous les proud white boys qui avons joui et abusé de tous les droits, les nôtres, mais encore plus de ceux des femmes et des minorités… et nous qui avons drivé le système de justice, notre création… mais les choses changent, et doivent changer… et elles vont changer car rien ne va plus… et n’en jetez plus, les cours sont pleines…

l’avenir d’une plus grande justice entre les genres repose sur l’éducation des garçons… et la conscientisation des grands ptits gars devenus glands… car le problème repose sur nous, les boys qui nous pensions infaillibles et abusant des droits de toutes…

en réalité, nous qui devons nous remettre en question… nous qui devons faire notre examen de conscience et voir comment on contribue à la perpétuation de ce système d’injustice… car les règles ont changé, et ce ne sont pas des règles du jeu car rien de drôle dans ce que nous avons fait subir aux femmes, aux filles (et aux jeunes garçons aux soins des fils de Dieu) depuis toujours… nos femmes et nos filles, nos soeurs, nos mères… celles qui tiennent la société trop souvent à bout de bras et à manque de moyens…

avec le rapport déposé récemment à Québec suggérant de nombreux changements dans le traitement des crimes sexuels, on peut avoir espoir que les choses vont changer… car elles doivent changer… plus que temps…

tout en préservant le respect du doute raisonnable et la présomption d’innocence… mais pas celle des christs d’innocents qui se permettent d’abuser d’autrui…

wake up guys…
_________________________________________

ci-bas, lettre percutante de Manal Drissi:

My dude.

J’écris ceci en sachant très bien que je vais me faire mansplainer la vie.
Que l’un de vous s’empressera d’apporter des nuances pastel en pensant éclaircir nos regards sombres.
Que l’autre se hâtera de préciser que not all dudes, que ça arrive aux hommes aussi, et qu’ensuite un grand sage s’étendra sur la présomption d’innocence comme Rose sur une porte de bateau dans l’océan.
Mais voilà j’ai fini de marcher sur des œufs.
De commencer une prise de parole en splittant un cheveu en quatre pour quand même me faire parler comme si j’étais conne.
So here we go :
Si tu passes plus de temps à nuancer l’injustice qu’à la dénoncer, tu fais partie du problème. Point.
Tu nuances des failles mille fois nuancées au lieu de dénoncer une injustice dix mille fois répétée.
Tu fais partie du problème.
On est pas connes.
On le sait que la présomption d’innocence prime.
Que le doute raisonnable est un principe essentiel.
On le fucking sait et on est d’accord.
Ce qu’on dit c’est que les crimes sexuels de par leur nature tombent beaucoup plus souvent dans les craques que les autres formes de crimes.
Parce qu’il n’y a presque jamais de témoin.
Parce que les preuves, quand il y en a, s’effacent plus vite que la parole ne se déploie, parce que se faire voler son char et se faire VIOLER SON CORPS ne déclenchent pas les mêmes réponses physiques et psychologiques.
Personne ne veut crisser le monde en prison sans procès ni preuves. Personne.
On veut un tribunal adapté aux crimes sexuels et outillé pour faire le procès des agresseurs plutôt que des victimes.
Un tribunal qui rétablit la confiance en la justice, accueille les survivant-es, se donne les moyens de les accompagner, un système qui fout la trouille aux agresseurs par son efficacité et les garde EUX éveillés par la peur, la nuit, pour faire changement.
Pour les femmes, hommes et enfants qui souffrent en silence chaque année et passent leurs vies à se rapiécer au possible pendant que leur esti de bourreau de marde bénéficie de ✨l’essentielle présomption d’innoncence✨ et de ✨l’incontournable doute raisonnable✨ sans qu’elles et eux ne bénéficient d’un système qui se donne tous les moyens justifiables pour les protéger.
Les femmes le disent, le crient, l’écrivent, le militent, l’expliquent, le revendiquent depuis des décennies PIS ON EST ENCORE ICI.
Alors si tu apportes des nuances pastel à l’injustice plus souvent que tu ne la dénonces… si tu es solidaire en silence… si tu ne te sens pas interpellé… c’est que tu as le luxe de pas te casser le cul sur la question et ça, ça fait que tu fais partie du problème.
La parole féministe continue de résonner davantage dans une voix grave.
Encore plus dans une voix blanche, cis, hétérosexuelle.
C’est de la marde mais c’est ça pareil.
Après ça tu décides ce que t’en fais, de ta voix.
Mais ton silence, il est crissement assourdissant.
On a des acouphènes.
Ce serait le fun que tu tiennes le porte-voix au lieu de tenir la main du statu quo.

________
et point de vue d’Yves Boisvert:

https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/2020-12-19/eric-salvail/un-homme-chanceux.php

et billet d’Agnes Gruda

https://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/2020-12-19/agressions-sexuelles/repartir-a-zero.php

Une réflexion au sujet de « la douteuse «raisonnabilité» de la justice des hommes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s