Les chroniques du d’ssous du lit… écrire et lire pour ne pas s’endormir… /13

Toutes mes tentatives pour me rejoindre sont en fait des tentatives pour te rejoindre…
– Rumi

wow ! que de vie sur la galerie… ensemble, en chaise berçante, sur le grand balcon virtuel… à regarder passer la vie…

merci pour vos sons de vie… des sons riches, généreux, bien sentis, trouvant mes yeux, mes oreilles et mon coeur… chaud show de couleurs dans mon coraçao…

seul(e)s et ensemble, nous formons une sorte de nouvelle communauté… une nouvelle sorte de communauté… virtuelle, désincarnée, invisible… mais réelle néanmoins… reliés par des fils transparents… wifi relationnel… télépathie du coeur… communauté d’âmes…

aussi, vraiment parfait si vous aimez lire ces chroniques et préférez ne pas vous manifester… je vous sens, je vous vois même… ah ah !!! OK ça peut rester discret entre nous… ça a sa propre beauté la discrétion… on va se deviner… ça peut rester platonique… virtuel et vertueux… vierge… non consommé… inconnu l’un(e) de l’autre… nous sommes ici, ensemble, quand même…

mais j’avoue que ça effleure l’âme de sentir qu’il y a quelqu’un/quelqu’une de l’autre bord de mon clavier et de mon écran… un feedback… habituellement un auteur mesure la réponse à ses mots par le nombre de ventes… sur Facebook, à part les likes et les commentaires… mystère…

enwèye, le chroniqueux, pitche ! pitche ta bouteille et n’attends rien… pitche et attends… patiemment… laisse faire les mots qui, anyway, te sortent par les doigts et les oreilles… laisser couler la rivière… jusqu’à la mer… à boire… à boire qu’il nous faut… aboyer les mots… qui ont du chien, du mordant… ouf… wouf…

je disais plus tôt que même si personne ne me lisait, je continuerais d’écrire, mais je ne suis pas si certain de ça que ça… bien sûr, certain(e)s s’écrivent à eux-même via leur journal intime… inside job… donc ça se fait… mais moi est-ce que je veux vraiment écrire pour écrire? pour parler tout seul ? pour ne rien dire qui vaille… pas certain… non je ne pense pas… j’ai quelque chose à dire… mais faut-il absolument que ça soit entendu ? rien de moins certain… si je n’écrivais pas, le monde continuerais de tourner et vos vies de se dérouler… alors ?

si un chroniqueur envoies ses messages dans le cyberespace et que personne ne s’y trouve et ne les trouve, communique-t-il quand même ? comme l’arbre qui tombe dans la forêt sans que personne ne s’y trouve… fait-il du bruit ? fais-je du bruit ? ou de la musique ? dans vos yeux sûrement, dans votre âme peut-être, mais sûrement pas dans vos oreilles… ça passe ailleurs… ça se passe d’ailleurs…

souvent je sens des choses ici dans mes bois et les écris… comme ça vient… comme ça va… et vous les sentez aussi… et les lisez… ou pas… comme ils viennent… pratiquement en même temps… l’air du temps ?

comme si ça part d’une place en moi, plus grande que moi, donc plus moi, cette place qui est aussi en vous, en nous tous et toutes, au-delà de l’égo, de la personnalité, du petit moi, la même essence en vous et moi… le même bout d’univers… le même reflet de dieu en chacun de nous…

pour ça que vous êtes touché(e)s par ces mots j’imagine… ce sont aussi vos mots… nos mots… oui tous et toutes connecté(e)s… dans la grande toile… tous et toutes des Spiderman & Spiderwoman… qui tissent et tissent… le fil de nos vies…

on vit sensiblement tous et toutes la même chose, légèrement différemment, à des moments légèrement différents, chacun/e à notre façon et en nos saisons, mais toujours la même saison, car on est tous la même grosse bibite dans en fait… toi, vous, moi, eux, tous des nous… tous des je… tous des dieux et déesses…

another day, another chronique… et tac à tac les lettres sur mon clavier, et vlan vlan les mots sur l’écran… qui le transperceront et vous rejoindront, sur le vôtre… de mon clavier à votre écran…

hier soir, on était une douzaine à chanter chez moi… des chants, sacrés, en portuguais, des chants de coeur, des gens de coeur, chantant en choeur, de tout coeur… ne plus parler mais chanter, yé ! ça ça me rend heureux… j’aime bien les contacts virtuels mais de la chair des fois, ça nourrit aussi… alimentation crue… mais végé… cannibalisme végétarien… se laisser manger par la vie… s’offrir en pâture… vivre à l’os… jusqu’à ce que mort s’en suivre… que dieu ait notre âme…

une saine et auto/suffisante solitude invite éventuellement des contacts voulus, appréciés, choisis… de part et d’autre… la solitude pour se retrouver… puis retrouver le contact avec les autres… je fuis, je suis… seul… et éventuellement ensemble… vous, moi, nous…

allez bon samedi !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s