les chroniques du d’ssous du lit… écrire et lire pour ne pas s’endormir… /14

comment vivre pleinement sans prendre un temps quotidien pour méditer et faire le vide ?

en fait, on peut survivre sans méditer quotidiennement mais vivre ?

bien vivre ? vivre optimalement ? comme des Bouddhas ?

car le simple fait d’arrêter, de fermer les yeux – et le reste de la shop – de se couper du monde est tellement essentiel… même si on s’en rend pas toujours compte et qu’on néglige souvent ce besoin plus que fondamental… primordial… ultime…

ça fait plus de deux semaines que je shake tous les matins à 7 h, moins d’une semaine à faire encore pour compléter le 21 jours… et cette fois, je crois que je ne vais plus jamais arrêter… pour l’éternité je shakerai devant toi Seigneur…

même si parfois ma tête se tord à l’idée, mon corps lui est tout à fait accro, junkie, dépendant… il en veut et en redemande… il crie famine et me traîne jusqu’à la salle ! c’est mon corps qui guide, c’est lui le boss… même si ne suis pas mon corps dans cette vie, je suis mon corps… je suis une âme mais je suis mon corps… une âme dans un corps… accro de mouvement, de conscience et de calme…

tellement bon de se retrouver avec soi, plain, nature, sans sans personne à qui plaire, se retrouver sans artifice ni masque à porter, sans distraction autre que son propre mental qui fait sa job de mental, soit de penser et d’imaginer toutes sortes de scénarios catastrophes… ou paradisiaques… de même que toute la gamme entre les deux… allez hop, on le laisse aller…

être avec soi, avec tous ses sois et tous ses mois en fait, car on n’est jamais tout à fait seul avec soi-même quand on ferme les yeux et qu’on prend un temps pour soi… toutes ces voix dans notre tête qui placotent, entre elles et en nous, bla bla bla etc… charabia non stop full house… rap rap rap… qui éventuellement diminue pour se mettre à chuchoter et parfois même se mettre à off… et alors – yes ah this ! un trou dans les nuages… un oasis dans le désert… une mer de calme dans cette grosse poche de turbulence mentale… welcome home !

je sais bien que votre mental n’arrête jamais, le mien non plus… on a le même modèle, modèle unique, contenu variable… et même là, que de légères différences… détails…

et quand on médite on doit faire face à cette redoutable machine… faire face à son mental et à son contenu, pour la plupart de la grosse junk, du vieux stock usé, de la cochonnerie d’idées pas rap… et accepter ça, le regarder, l’observer… et surtout le laisser aller… arrêter de se laisser séduire par cette belle dame… ou beau monsieur… c’est selon…

et ne pas s’en faire car ça va revenir… les bonnes idées ne partent jamais longtemps… les mauvaises non plus d’ailleurs… le mental est un générateur inassouvissable d’idées, de projets, de plans pour nous sortir du moment, pour nous faire peur, nous énerver, nous aguicher, nous faire rêver, nous faire croire qu’hier était le bon vieux temps, que demain sera mieux qu’aujourd’hui…

mais dans le fond que de l’aujourd’hui, du gros now juteux, du maintenant extrême… plonger dans le moment, dire oui totalement… avec tout ce que ça comporte…

vivre un jour à la fois ? déjà trop long… un moment à la fois… car on peut bien vivre un jour à la fois et rêver toute la journée à aller se coucher et mourir un peu sans vivre réellement sa journée…

la méditation demande du courage… elle nous force à faire face à soi, à tout tout tout ce qui nous compose, à tout ce qui fait un nous de soi, en particulier ce qu’on voudrait tasser sous le tapis, ne pas regarder, nier, mettre de côté…

alors le travail de conscience, la job de bras, requiert de se mettre le nez dedans, voir, regarder, ressentir, prendre acte et faire acte de présence… bouger avec conscience, détermination et immobilité dans l’âme… le témoin au garde à vous, la matière en garde à vue… qui très souvent s’envole, s’égare, space out, puis revient… et la ronde reprend de plus belle…

nowhere to go, now here to be…

méditer ? la chose la plus simple au monde, souvent la première qu’on met de côté… pas de recette magique, pas de raccourci, pas de truc de passe passe… au contraire… que du temps, lent, qui passe, slow food slow time… et qui ne donne rien…

car ça ne donne absolument rien méditer… et c’est là justement la beauté de la chose, ça ne donne rien, ça apporte encore moins… au contraire, ça enlève les barrières, les limites, il ne suffit que de donner, laisser aller, retourner le vieux stock à dieu, merci, je n’en ai plus besoin… ça a été utile jusqu’à maintenant mais basta… plus besoin plus envie… reject, delete… méditer ça n’apporte rien mais ça rapporte tout…

quand on ferme les yeux, le monde disparaît… quand on ferme les yeux, Dieu apparaît…

____________

Meditation will make you ultimately rich by giving you the world of your innermost being, and also relatively rich – because it will release your powers of mind into certain talents that you have. My own experience is that everybody is born with a certain talent, and unless he lives that talent to its fullest, something in him will remain missing. He will go on feeling that somehow something is not there that should be.

Give the mind a rest – it needs it ! And it is so simple: just become a witness to it. And it will give you both things.

Slowly, slowly mind starts learning to be silent. And once it knows that by being silent it becomes powerful, Then its words are not just words; they have a validity and a richness and a quality that they never had before – so much so that they go directly, like arrows. They bypass the logical barriers and reach to the very heart.

Then mind is a good servant of immense power in the hands of silence. Then the being is the master, and the master can use the mind whenever it is needed… and can switch it off whenever it is not needed.

– Osho

Beyond Psychology

Ch #25: We cannot be otherwise

Une réflexion au sujet de « les chroniques du d’ssous du lit… écrire et lire pour ne pas s’endormir… /14 »

  1. homecoming dress us

    This article is a prime example of great informational material. Your points are valid and I agree with much of your data. Thank you for sharing your vast knowledge on this subject. This is great.

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s