les chroniques du d’ssous du lit… écrire et lire pour ne pas s’endormir… /8

oui, yes, si…

vivre sans carte routière, sans plan, sans garanties, sans filet… vivre sans savoir d’où l’on vient ni où l’on s’en va, car dans les faits le saura-t-on jamais ?

vivre en acceptant de se casser la gueule, prendre des risques, toucher, goûter, brûler la chandelle par tous les bouts…

la vie s’offre à nous plain, nature, brute, telle quelle… on en fait ce qu’on veut, ce qu’on peut parfois… humainement, sans savoir ce qui arrivera… la raffinant, la polissant, la faisant belle, de plus en plus belle…

vivre en ayant peur et en continuant d’avancer quand même… car a-t-on vraiment le choix ? on a pas le choix de la destination mais on peut choisir la qualité du chemin…

vivre en sachant que ça va se terminer par la mort du corps… mais n’y pensant pas… pas trop… pas trop souvent… et réalisant graduellement que nous ne sommes pas ce corps… et continuant son chemin…

vivre totalement, intensément, allègrement, vivre en risquant tout, tout le temps, ou la plupart du temps… vivre en utilisant la vaisselle de Noël en juillet, en portant ses plus beaux habits autrement que dans les grandes occasions, en faisant des folies…

vivre en cherchant ce que l’on aime, en faisant ce que l’on aime, vivre en disant aux gens que l’on aime qu’on les aime, et cherchant ce qu’aime veut dire, cherchant à aimer encore plus… soi-même en premier lieu…

vivre comme si demain n’existait pas car dans les faits, demain n’existe pas, toujours aujourd’hui, toujours maintenant… ça ne sera jamais meilleur que maintenant si on ne commence pas immédiatement à enligner ça…

vivre dangereusement comme lâcher une job ou un relation qui ne nous allume plus… comme partir marcher sans savoir où l’on va se ramasser… comme essayer une BMW chez le concessionnaire avec rien au compte en banque… comme choisir d’aller voir un film sans rien en savoir d’avance… comme aller au resto exotique et commander un plat dans un langage étranger… comme planifier une date avec quelqu’un que l’on ne connaît pas…

vivre en sautant à deux pieds dans les flaques… en partant marcher sans parapluie sous les nuages…

vivre sans plan de carrière, sans plan stratégique, sans plan de pension… vivre comme si la vie ne nous offrait pas de filet de sécurité, ce qui est le cas…

allez on vit ? on saute ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s