et vous pourquoi vivez-vous ?

quarante & unième chronique qui tique et pique… 7/11-2

• et vous, pourquoi vous levez-vous le matin ?
• qu’est-ce qui vous incite à sortir des bras de la belle Morphée – ou du beau Murphy, c’est selon – chaud(e) et dou(x)ce?
• vers quoi vous mène le premier pied – gauche ou droit, bon ou mauvais  – à toucher le sol le matin ? 
• que voulez-vous faire d’ici votre dernière sortie de piste ?

moi, c’est simple, j’écris… je ne vis que pour écrire en ce moment, c’est mon obsession, ma lubie, ma passion, ma déraisonnable raison de vivre… ça me sauve la vie… ça me rend juicy, ça me fait tiguiliguili dans les doigts…

j’aime ça scribouiller, même si pas de papier, que dis-je, j’adore écrire, j’en jouit de joie, j’alphajouis… les mots sont mes gurus, mes disciples, mes profs, mes maîtres, mes maîtresses que je caresse et ils me laissent… eux aussi en jouissent et s’en réjouissent…

j’écris les mots, eux ils me crient : écris écris… encore encore… ils me guident, me donnent raison, de vivre, et de mourir plus gaiement… et je prends leurs ordres – alphabétiques – au pied de la lettre, au sommet des lettres… main dans la main… danse à claqulettre… gigue à mots… gigolo de mots dits éécrits… voyelle bébelle, consonne qui cogne…

je viens de terminer la chronique précédente que j’entame déjà celle-ci… je suis fou des mots… je suis – devenu ou l’ai-je toujours été – boulimique alphabétique… bête bête ou pas mon tic ? pas grave, allez tic tac, tic tac… tape tape tape, clack clack clack… les mots me dictent… et le temps passe en mots et en espace entre eux…

quand je vais être grand, même couché, même assis, je veux et je vais écrire… j’écris gros, j’écris large et déménage, j’écris, pas sage, en ce passage de vie qui semble parfois à vide de gens et avide de sens mais en même temps si plein… je cries, je vais et je viens, entre les lettres… et les mots, de dos de face et du dedans… me sautent à la face… et prennent leur place sur mon écran radar… écran hasard…

j’aime tellement écrire que je veux gagner ma vie avec les mots un jour, ou le soir ou la nuit aussi, car ça écrit bien dans le noir… les mots éclairent… gagner sa vie avec des mots, drôle d’idée… ne rien faire d’autre que de taper dans le vide mes bribes de vie, mes spareribs de vie… écrire beaucoup, des mots BBQ, des mots pour vous, des mots pour nous lier et délier ma langue… dans le vinaigre… pour vivre sa vinaigrette…

plutôt que de me faire jouer avec par les mots, moi je veux jouer avec eux, aussi… leur jouer des tours, en faire le tour… du haut de ma tour lettrée d’illettré… je veux devenir sol, coquineur de mots, fabriqueur de sens, gosseur de messages, et même ultimement sortir de scène et partager ces mots avec vous en chair et en os…

je veux découvrir de nouveaux mots, en inventer s’il le faut pour dire ce que dire ne peut dire… apprendre le latin pour revenir à la source du sens des mots, parler pour les sans mots, les muets du clapet et du clavier… écrire pour les yeux des lecteurs tristes, des lectrices soeurs… écrire de la prose en latin le matin, en français par temps frais et en chinois dans le pâté de maison… jeux de mots, farce alpha et bête…

avec ce blogue, je peux compulser, m’impulser, me pousser, me lâcher lousse sur le vocabulaire, faire du pouce sur les mots… sortir tous ces mots du placard et leur faire prendre l’air, éventer le sens de vivre, rafraîchir les jours d’aujourd’hui..

allez au soleil les mots, fait trop beaux…

et vous pourquoi vivez-vous ? vous pouvez répondre si vos mots veulent le dire…

6 réflexions au sujet de « et vous pourquoi vivez-vous ? »

  1. Samano

    Je vis pour la beauté des rencontres… pour la magie des rencontres, pour la fête, pour l’émerveillement… pour la passion, l’émotion, les sensations… et j’honore, je savoure tous les types de rencontres : minérales, végétales, animales, humaines, musicales!
    Et divine!
    Il y a des jours ou la vie est divinement musicale!

    Répondre
  2. Jah'd Khoury

    Ati, tes mots sont … magiques. Je te demande la permission de citer de menues parties de tes chroniques. AJD j’ai un penchant pour … vivre sa vinaigrette. Demande moi pas pkoi mais ca me rejoint et me fait sourire en même temps. Je riz l’expression de mon vissage lorsqu’il vit sa vinaigrette, le sous-rire pincé.

    Répondre
    1. atidion666 Auteur de l’article

      salut jahd, help yourself tant que tu veux

      cites tout ce que tu veux et partages mon blogue avec n’importe qui car mes mots sont de gros exhibtionnistes qui aiment être vus et faire en sorte que les gens ont les yeux dans le vinaigre… on n’a pas la langue dans le vinaigre en tous cas…

      Répondre
  3. jackie

    Je saute du lit et je te lis, toujours aussi avide… j’ouvre les yeux pour te lire, pour jouir de tes mots rigolos, gigolos, parfois guignols, parfois chagrins, toujours sonnants de vérité et résonnants de transparence… Je me lève chaque matin avec une curiosité jamais encore rassasiée de découvrir de l’inédit en moi, de me dévoiler, de me dépouiller pour ensuite me revêtir à loisir, au gré de mes désirs…

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s