aller au fond des choses…

Gabriela Abrego Garrido

quarante-huitième offrande 16/12 (encore 5 jours avant le 21 décembre… juste 5)

pis ordi ? toujours là ? sorti de ton mode de veille ? court mais bon… good morning

de l’autre côté de la nuit, courte nuit, sainte nuit… petit matin encore sombre en attente de soleil, en attente de lumière… une autre journée pour replonger en soi, avec courage et lucidité, de nouveau, encore, toujours, suivre le filon, l’émotion, les motions du coeur et du corps, y faire fondre les noeuds, adoucir la dureté, arrondir les coins de son âme…

aller au fond des choses, plonger au fond de soi… accepter ce qui est avec grâce, humilité, force et sensibilité… surtout l’innaceptable… car ce qui est est… et ainsi soit-il… qu’on le veuille ou non, qu’on le veille ou pas… en ces moments critiques de réalisation, la présence est de mise… et l’acception en guise de clé… veille à soi… veiller sur soi… vers soi…

naître humain, être humain, devenir humain, et le redevenir, humain, nu main… long, périlleux et tortueux processus… nu main, les mains vides, rien dans les poches non plus, les paumes tournées vers le ciel, prêtes à cueillir la lumière, pour la porter vers son coeur, puis vers celui de ses frères et soeurs… réverbère…

plonger en soi, suivre les filons, écouter les micro sillons qui se révèlent à soi, qui nous guident, parlent, chuchotent plutôt… quand on est prêt, ouvert, réceptif… entendre le message, du bout du chemin… et boucler une fois pour toutes… prendre le risque d’aller au bout, de soi, de ce qui sommeille en nous, de ce que l’on ne soupçonnait même pas, même plus… aller à la rencontre de ce qui semblait réglé et pourtant… état de veille, sonne le réveil…

refaire le tour de la piste, eh oui, une autre fois, une fois pour toute, une fois pour toutes les fois… jamais comme toutes les autres fois… avec foi, avec espoir, engagement, avec courage et persévérance… entrer dans la danse… et observer la scène sous un autre angle, avec un oeil bienveillant, un coeur accueillant, avec patience et humilité… tête en tempête, coeur à l’étude, leçons de la vie… apprentissages divins…

plonger au fond de soi, explorer à fond, nettoyer le fond… ainsi fond fond fond le ptit coeur et ses mottons… ainsi font font font les gens de coeur et de passion… nettoyer son propre fond non seulement pour soi, mais pour le bien de l’humanité toute entière… car nous portons tous et toutes en nous de la poussière d’étoile, nous sommes tous l’un(e) l’autre… vous moi, moi vous… tourlou chez-vous…
_______
Pour que la guérison émotionnelle ait lieu, il faut entrer pleinement dans toute émotion qui n’a pas encore été traitée et l’explorer à fond jusqu’à ce que l’énergie refoulée s’épuise. Ensuite, c’est terminé: jamais plus votre attention ou votre énergie psychique n’y sera attirée. 

– J. Small (via Deborah Oria)
_______
photo: Gabriela Abrego Garrido

15 réflexions au sujet de « aller au fond des choses… »

  1. Brigitte Dion

    après une nuit courte les idées se précisent, se clarifient, se replacent, c’est passer de l’eau chaude à l’eau froide (volontairement) lorsque nous sommes sous la douche.
    Puis on constate que l’eau froide éveille le gris de notre matière et les idées prennent une autre forme. Par la suite le gros cœur se fait brasser, tordre, organiser. il suit le flow de notre ¨apprentissage¨ et on se remets à danser sur le musique de notre vie. notre vie futur, présente et même passer. Et dans la danse il y a nous, il y a elle, il y a lui… qui danse et se regardent sans mots dire. Ainsi soit-il…

    Répondre
  2. Ravi

    André Rochais dans ses enseignements nous dit d’aller au fond de ses émotions et de les laisser se dire, l’origine, le point émetteur, jusqu’à les revivre entièrement, se les approprier pour en «guérir» (les laisser passer au travers moi, que le mental les comprennent et qu’il lâche prise.)
    plus facile à dire qu’à réaliser; mais bon avec un recul je peux dire que cela a fonctionné pour moi, du moins pour un bon bout…. mais un peu tanné.. il semble ne pas y avoir de fond

    Répondre
  3. Manon Rousseau

    «écouter les micro sillons». J’aime beaucoup, ça résonne doux à mon cœur! Ton texte de ce matin me rappelle cette histoire d’un vieux rabbin de près de 90 ans qui est retourner dans la ville où il est né, et qui raconte que petit il a été battu par des jeunes sur un pont et qu’il y est retourné pour rencontrer le petit garçon apeuré qu’il avait été, pour le consoler et pardonner à ses agresseurs ! C’était une des choses qu’il souhaitait faire avant de mourir parce qu’il disait qu’une de nos responsabilités en ce monde est de ne laisser aucune trace de notre souffrance ici bas. C’est l’admirable écrivaine Christiane Singer qui a écrit cette histoire que je trouve si juste.

    Répondre
  4. li

    Wow! quelle photo! j’en fais mon bâton de parole intérieure pour me rappeler l’importance de la bienveillance et de la douceur envers moi-même pour toucher, accueillir et tenter de transformer mes blessures cristallisées en fluide vivifiant, porteur d’amour et de compassion.
    aho

    Répondre
  5. Prashanti

    Oh grandioso illumina…illumina….
    Merci pour ta vérité partagée.
    Elle me fait du bien .
    Est-ce qu’on guérit un jour d’avoir manqué d’amour ? Comme dit la chançon.
    Une fois pour toute….
    Nager, descendre dans le fond et ouvrir les yeux pour y voir un minuscule rayon de lumière.
    Gracias a la vida.

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s