pas si blanc que ça

396139_10151437608592033_1832257695_nquarante-septième digression de l’an 13… (s’éloigner pour se rapprocher)… 23/1

froid glacial à l’extérieur… je pense toujours aux gens de attawapiskat et d’ailleurs dans le grand nord qui vivent dans des cabanes sans électricité, et aux sans abris, dans ces moments de grand froid… chaudes pensées pour vous…

alors chronique nordique from the cold… nature cristalline en ce moment… tout est au garde à vous… tout croustille, tout craque, tout est sec et dru… la vie est suspendue dans le froid, au clair de lune, dans le soleil glacial… ah calme miraculeux… garder son sang froid… et son coeur chaud…

c’est drôle hier matin, je faisais bla bla autour de la futilité de retourner dans le passé et de le créer de nouveau advitam aeternam… alors que sur le rond d’en arrière, le backburner, mijotant, et ça moi je le savais mais pas vous, il y avait simultanément ce thème précieux, crucial, fondamental qui bouillonnait légèrement dans sa marmite…

thème absolument incontournable il me semble… qui nous concerne tous et toutes… un enjeu public mais tout aussi personnel qui émerge ces temps-ci et que l’on doit vider de son contenu pour tenter de boucler un passé difficile et ainsi continuer la vie… thème qui se joue actuellement sur deux fronts…

avez-vous entendu parler de la commission de vérité et de réconciliation du canada ? un must !

voici pour vous, mais revenez:  http://www.trc.ca/websites/trcinstitution/index.php?p=15

avec Idle No More, mais également avec cette commission, l’enjeu des peuples des diverses premières nations, ceux et celles qui étaient ici avant nous, ceux qui ont préparé le terrain nord-américain avant que les blancs ne se l’approprient, est au coeur de l’actualité présentement… et devrait aussi être au coeur de nos préoccupations personnelles, que l’on soit blanc, noir, jaune ou rouge…

la commission en question vise à donner la parole aux autochtones qui ont subi les sévices dans les pensionnats entre les années 1950 et les années 1990… elle est en vigueur depuis quelques années au Canada mais elle siège pour la première fois au Québec… je vous invite à en prendre connaissance car cruciale…

ce qu’on y entend est émouvant, dérageant, déchirant… plusieurs autochtones y partagent leurs histoires, racontant les sévices qu’ils ont subi lors de leur passage dans les pensionnats… ils le font pour eux-même, pour exorciser les faits, mais aussi pour leurs descendants… pour qu’ils entendent ce que leurs parents et ancêtres ont vécu… et ils le font aussi pour nous, pour que nous sachions…

des représentants des institutions religieuses sont également présents aux séances de témoignages, même si en nombre moins imposant… car eux aussi doivent faire un examen de conscience et prendre responsabilité… le clergé en a gros sur les épaules… et sur la conscience…

il semble que plusieurs autochtones hésitent à prendre part à la commission, ne voulant pas ressasser des souvenirs douloureux, et on peut les comprendre… mais s’il est difficile de procéder à un tel processus d’aveu, il me semble essentiel que cela se fasse car nous sommes liés par ce passé sombre fait aux autochtones… et certains le font…

nous en tant que blancs, nous ne sommes pas nécessairement coupables de ces événements, mais nous sommes responsables, nous portons une partie de ce passé en nous… nous devons examiner ce qui a été fait pour ne pas le reproduire et comprendre ce lourd passé… pour reconnaître, assumer et nous en affranchir…

pour les autochtones aussi essentiel, pour qu’ils puissent compléter cette étape traumatisante et qu’ils puissent reprendre leur pouvoir en tant que peuple et leur place sur le territoire… d’égal à égal, de coeur à coeur, de peuple à peuple…

donc si cette chronique semble avoir une portée plus sociale que personnelle, ne sous-estimons pas l’impact de ces événements historiques que nous portons tous et toutes en nous même… car si parfois, on se sent porter une certaine culpabilité, peut-être n’est-ce pas seulement le lourd passé de l’église catholique ? peut-être qu’il y a quelque chose à assumer et à transformer ?

image en mots: je n’ai pas pu retrouver cette image qui circule parfois sur le web… mais on y voit un blanc disant à une immigrant nouvellement arrivé: «retourne à la maison» tandis que le même blanc, faisant face à un autochtone, vient pour lui dire la même chose, mais on constate qu’il demeure bouche bée… ça dit tout…

en espérant que la capacité de pardon des premières nations soit aussi grande que nécessaire dans ce cas car elle est grandement requise…

aho ! metakweasin…

5 réflexions au sujet de « pas si blanc que ça »

  1. Ravi

    j’intervient dans une organisation qui accompagne les «orphelins de Duplessis»…. touché par ces hommes et ce qu’ils ont vécus….. mais en même temps je découvre leur solidarité… ils sont une grande famille, se tiennent , s’entraident, ils sont une «tribu»…..
    l’histoire de l’humanité est remplie d’histoires d’horreur, à en être gené d’être un humain….
    oui à l’ouverture, au partage du vécu, à la publicisation de ces atrocités, afin que cela sème en nous un germe de compassion, de compréhension, de changement personnel dans notre relation à la Vie…. d’engagement à cheminer, notre petit bout de chemin……….
    …ce n’est pas Osho qui disait que nous sommes à mi chemin entre l’animal et l’Homme en devenir…..? pas facile la levée debout, la verticalisation de l’humain…

    Répondre
  2. jackie

    Le bourreau et la victime, le juge et l’accusé, l’envahisseur et l’envahi… Fragments d’histoire, vieilles mémoires et jeux de rôles… un passé lourd à porter, un présent à recréer, un avenir à façonner. L’avenir naît du présent, à chaque instant, c’est dès maintenant qu’il se crée en nos cœurs et consciences. Soyons ouverts, solidaires et responsables, sortons du blâme et de la culpabilité, comprenons et agissons… pas facile, mais possible…

    Répondre
  3. Dany Côté

    Comme dirait l autre « it s about time. » qu il y ait une commission sur ce sujet…trop longtemps ça été mis sur le « backburner » comme tu dis Ati et avec les résultats dans les réserves que ça donne : alcoolisme,toxico,violence conjugale,suicide,NO FUCKING FUTURE FOR THEM !!!
    Il y a aussi tous les préjugés racistes qu on peut lire et entendre ça me donne le goût de vomir.Au lieu de les parquer,la société canadienne aurait plus avantage à écouter et intégrer les enseignements des différentes traditions autochtones à travers le pays.On ne s en porterait que mieux en temps que peuple,Aho !

    Répondre
  4. floOo

    ho’oponopono
    je te demande pardon peuple aimant et hautement spirituel
    reprends ta place et permets nous de vivre à tes cotés
    namasté

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s