pour qui vous prenez-vous ?

1485_458779567545066_331199605_ncent-soixante-huitième pop-up /// 14/6/13

traduction : j’ai déjà eu peur des gens qui disaient : mais pour qui se prend-elle ? maintenant j’ai le courage de me tenir debout et de dire : voici qui je suis !  – Oprah Winfrey

citation forte, confiante, affirmée, assumée, déterminée…

parlante aussi car nous avons souvent cette tendance, lorsque l’on rencontre quelqu’un(e)  qui est sûr(e) de soi, de poser cette question : non mais pour qui il se prend celui-là ? pour qui elle se prend celle-là ?  oui oui vous aussi… essayez pas…

comme si le fait d’avoir confiance en soi n’était pas OK, était prétentieux, snob… tout particulièrement ici au Québec, traditionnellement une terre de colonisé(e)s, de conquis(es), de soumis(es)… aux anglais et à l’Église… et même si la situation n’est plus aussi prononcée en ce sens à l’heure actuelle, le vernis n’est pas très épais… et génétiquement nous avons hérité de cette croyance… petits pains nous fumes, petits pains nous sommes, encore un peu du moins… mais comme on dit, dans les petits pains, les meilleurs levains…

je serai au satori dans moins d’un mois pour mon tune-up annuel et je me disais que cette question pourrait être mon koan, plutôt que qui suis-je ? pour qui te prends-tu ? différents mots mais même sens, même creusage… même quête de sens, de découverte de soi, de clarification de son identité, qui éventuellement ne veut rien dire…

j’aime l’expression se prendre pour car c’est moins figé qu’être ci ou ça… se prendre pour implique une distance entre ce que l’on affirme être et ce que l’on est… se prendre pour implique que l’on joue un rôle… OK je me prends pour tel ou telle… se prendre pour implique se prendre tel quel, et comme tout le reste aussi… ça implique qu’on se prend en totalité, qu’on se prend plus à la légère qu’au sérieux…

car peu importe pour qui je me prends, who cares ? moi le premier d’ailleurs je m’en sacre un peu… dès que je me prends pour ce que je suis dans le moment… qui suis-je anyway ? un personnage temporaire qui s’évanouira, qui disparaîtra quand viendra le grand moment du passage vers le retour à la maison… l’ultime expérience de vie qu’est la mort… entre temps, prenons notre gaz égal… et soi-même à la légère…

car qui nous pensons être n’est pas nécessairement qui ou ce que nous sommes vraiment… car sommes-nous seulement quelqu’un ? vraiment ?  je suis ceci, je suis cela… bla bla bla… ouais ouais, cause toujours mon lapinet, cocasse toujours ma poulette…

qui est ce je qui prétend nous représenter ? comment deux lettres peuvent nous contenir, nous, le monde entier ? comment une telle complexité qu’est un être humain peut se résumer en quelques mots ou par quelques réalisations que ce soit ? je suis en train de découvrir que nous, chacun(e) de nous, sommes le monde entier vous et moi, tout le monde… le monde en soi… nous sommes le monde… bonjour le monde…

et ce constat, qui émerge au fil des ans, des réflexions et des observations, de la contemplation du monde et de mon personnage qui agit dedans, s’installe de plus en plus solidement… et ça relaxe de réaliser cela… je ne suis rien et je ne me prends pas au sérieux… et en même temps, ça implique que nous sommes, chacun(e) de nous, responsable de tout ce qui se passe… si nous sommes tout ça… on ne peut plus blâmer autrui… le monde est nous, et nous le monde…

nous ne sommes pas ce que l’on pense, ni ce que l’on sent ou ressent, ni ce que l’on croit… nous ne sommes pas non plus qui nous croyons être… nous ne sommes même pas pour qui on se prend… ni le on, ni le prend… ni le qui, ni le quoi…

si nous sommes quelque chose, c’est peut-être la présence qui observe tout ça… je sais je sais, ça sonne un peu éso mon affaire, un peu trop détaché, une peu trop smart… mais c’est en train de devenir mon expérience… incarnée, expérimentée, vécue… simplement, concrètement, réellement… autant que réel se peut… jusqu’à ce que la vie me mette au défi…

alors prenons-nous pour qui nous sommes… ou pas… car éventuellement, qui sait quoi ?

________

C’est cela la suprême, l’humble prière, celle qui ne demande rien, celle qui se prononce pleine de remerciement :

« Je suis à Toi. »

Ces quatre mots suffisent.

Avec l’âme entière convertie en foi, je m’abandonne à la divinité.

Elle sait parfaitement ce dont j’ai besoin. J’ai confiance en elle.

~ Alejandro Jodorowsky, LE DIEU INTÉRIEUR, p. 41 via Richard T. Chartier

6 réflexions au sujet de « pour qui vous prenez-vous ? »

  1. Chantal Deslauriers

    Pour qui je me prends?
    Je me prends soin de moi de plus en plus car je réalise la sensibilité de mon être profond.
    Je me prends parfois la tête à deux mains quand je vois ce que deviens l’humain…
    Je me prends pour une femme qui souhaite devenir de plus en plus elle-même.
    Je prends mes bagages et je pars ma journée de nomade…
    Je sais où je la commence, mais je ne sais pas où elle finira et pour le moment ça va.
    Je viens d’atterrir à Beloeil la nuit dernière…
    Quel voyage entre ma dernière nuit ici et celle que je viens de vivre.
    Comme quoi parfois même lieu mais si différent…
    Bon regard dans le miroir…
    Chantal

    Répondre
  2. france amala

    Ati ta chronique ce matin me rappelle que récemment je disais à une amie que
     »longtemps je me suis prise pour Dieu  »et oui ,rien de moins .
    ce qui m’amenait a vouloir régler les problèmes de tout le monde,ce qui me faisait vraiment croire que je pouvais sauver le monde!
    puis j’ai réalisé que c’était vraiment lourd a porter,très fatiguant et voué à l’échec.
    Depuis que j’ai quitté la » position »je me suis beaucoup allégée , je dors mieux et puis personne ne s’est plaint…j’apprécie de plus en plus ma nouvelle condition de simple grain de sable au bord de la mer…
    bonne journée
    amalalala

    Répondre
    1. atidion666 Auteur de l’article

      oui en effet, grosse job que celle de dieu, moi aussi j’ai démissionné de celle-là… et comme part à hasard la vie s’allège… la mer dans la goutte…

      Répondre
  3. jackie

    Je me prends par la main et m’accompagne sur la route… je me prends parfois pour quelqu’une, parfois pour une autre, parfois pour pas grand chose… je peux me prendre au sérieux ou à la légère, je peux me prendre toute entière ou à demie, je peux aussi me prendre avec douceur ou à rebrousse-poil… Parfois je me défini selon le regard des autres et je me prends pour ce qu’ils voient… je me prends à part et me fais la leçon, ne me prends pas du tout ou me prends pour qui j’ai envie… Souvent, très souvent, je me prends en riant…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s