penser savoir ou savoir dé penser

399354_10151166128913479_1668100107_nmillénaire chronique(s)… compte à rebours /// 68 et ça monte – et ça descend…

quelle stupide affirmation non ?

comme si on choisissait l’ignorance… comme si on décidait de ne pas savoir ce que l’on ne peut pas savoir autrement que lorsqu’on est prêt(e) à savoir…

on n’acquiert pas le savoir essentiel, il ne peut que nous être révélé quand on est prêt(e)… quand le fruit est mûr il tombe… comme une pomme ou un bouton sur le nez…

comme si on pouvait trouver ce que l’on cherche du plus profonde de notre être dans les livres, dans les médias, dans les internets… come on…

savoir les choses horizontales n’est pas important… c’est le savoir vertical qui nous intéresse ultimement … celui qui dure depuis toujours… celui qui repose en paix jusqu’à ce qu’on se réveille… ou qu’on se fasse réveiller par le grand boss peut-être ?

car de toute façon, le vrai savoir n’est ni dans les livres, ni dans les astres… le vrai savoir n’est pas en dehors de soi… d’ailleurs le vrai savoir ne s’acquiert pas… la seule chose à faire est de larguer notre méconnaissance et nos zones d’ombre et la vérité se révélera d’elle-même alors… la lumière sera… comme elle a toujours été avant qu’on ne la cache…

savoir est un verbe, connaître est un processus… pas une chose…

d’ailleurs, en anglais, il existe deux termes distincts pour définir connaître et savoir, comparativement au savoir et à la connaissance… knowing et knowledge… soit le fait de savoir ou de connaître et posséder le savoir ou la connaissance…

savoir est un verbe d’action, pas une chose morte…

et de toute façon, la majorité de ce que l’on retrouve dans les livres ou les médias n’est que connaissance et information insignifiantes… alors en cette ère dite d’information où une bonne partie de la population est techniquement analphabète anyway, que davantage de connaissances qui circule, que plus de de faits plus ou moins vrais ou farfelus, c’est selon… mais la plupart insignifiants… pas du tout indispensables à l’évolution humaine…

d’ailleurs ne dit-on pas que le royaume des yeux appartient aux simples d’esprit ? aux esprits sains ?

qu’est-ce que ça ajoute à notre qualité de vie de savoir que la dette de l’humanité s’élève à des zillions de dollars ? qu’on doit à qui anyway ? qu’est-ce que ça nous donne de savoir si les extraterrestres existent ou pas ? si nous sommes ici avec notre intelligence relative, pas mal certain qu’il y ait de la vie ailleurs, qui sommes-nous pour en douter nous arrogants zumains? en tous cas, à voir l’état de l’évolution humaine sur cette planète, espérons qu’il y ait de la vie ailleurs…

on a longtemps cherché le grand mystère dans les étoiles… très possible qu’il y en ait une partie là car quelle cosmologie… on l’a aussi beaucoup cherché dans les livres… très probable qu’une partie du grand mystère se cache entre les lignes de certains bouquins…

mais ultimement, c’est dans notre âme que réside le vrai savoir, la connaissance ultime, celle qui déborde de notre petite tête de pinotte… et elle n’est sûrement pas telle qu’on l’imagine dans nos têtes de linottes… merci Rumi…

11269476_10153272123883908_1924554524211849600_n

oui, probablement dans notre âme que se cache les enseignements suprêmes… mais seulement quand on écoute qu’on peut entendre…

dans notre âme et dans la nature, car notre âme aussi la nature, cette grande dâme…

et chez les animaux…et les enfants… la vérité ne se trouve qu’entre les lignes et ne se partage qu’entre les dignes…

et personnellement, je crois que c’est par le coeur que l’on a accès à la seule et vraie grande bibliothèque… pas celle sur Berri…

et on y a accès par la bonté, la simplicité, la compassion… par le recueillement en soi, par la contemplation de ce qui est déjà en nous, ce qui a été déposé lorsque notre âme a pris résidence en corps… et ce qui se cache dans la nature…

alors fermons nos yeux compagnes et compagnons et commençons la grande lecture, pour qu’enfin notre coeur nous montre le chemin, pour qu’enfin nos oreilles entendent la musique des anges… car ça joue full blast depuis l’éternité cette musique…

Une réflexion au sujet de « penser savoir ou savoir dé penser »

  1. Rousseau

    Ce qui est trouvé est trouvé m’avait dit un jour Chandrakala, il y a des savoirs qui s’ancrent, descendent dans nos cellules et y font leurs demeures…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s