richesse maturelle

12019774_728897263883293_5078679231646080633_n((( LES CHRONIQUES À BRAC ET ARDENTES )))  – TRENTE-DEUXIIÈME

traduction : qu’est-ce que ça prend pour devenir un(e) sage ? une lettre ouverte publiée dans le courrier des lecteurs d’un quotidien qui porte à réfléchir

un(e) sage est une personne réfléchie, forte et compassionnée…  un(e) sage condamne toute forme de violence et d’abus, pas seulement ceux qui lui convient de condamner…  un(e) sage se tient debout pour les faibles et dit la vérité aux gens en position de pouvoir…

un(e) sage n’est pas parfait, mais n’est pas non plus un(e) hypocrite… un(e) sage reconnait que sa force provient d’une longue lignée d’ancêtres et leur sagesse… un(e) sage est en constant apprentissage…

un(e) sage est toujours juste et ne vous attaquera jamais par surprise… au contraire, un(e) sage vous défendra lorsque vous en aurez le plus besoin…

un(e) sage ne prendra jamais responsabilité pour vous, mais vous encouragera plutôt en situation d’apprentissage…

un(e) sage sait bien que la dignité émane de l’intérieur et que personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement… un(e) sage prend son temps pour juger les faits, et est ferme dans sa défense des opprimé(e)s…

un(e) sage comprend que l’histoire de notre colonisation en a laissé plusieurs blessé(e)s et apeuré(e)s et ne manipulera jamais ces blessures et ces peurs, mais au contraire nous aidera à transcender cette histoire tous et toutes ensemble, conjointement… [stephen harper n’est clairement pas un sage, note du chroniqueur]

un(e) sage entrevoit une communauté meilleure et plus pacifique…  et  incarne par ses comportements cette vision d’un communauté meilleure…

un(e) sage ne frappe jamais femme ni enfant… un(e) sage ne viole ni homme, ni femme, ni enfant et ne tolère aucun abus envers aucun membre de sa communauté… JAMAIS…

êtes-vous un(e) sage ? ou êtes-vous seulement vieux ou vieille ?

– lettre d’un femme de la tribu Koori…
_______________________________

tout est là… cette lettre provient probablement d’une femme autochtone… du moins, c’est ce qu’il me semble détecter dans les propos de cette lettre… j’y perçois certains enjeux spécifiques à certaines communautés des premières nations… mais à quelques nuances près, tous ces enjeux concernent tous les aîné(e)s de toutes les communautés de toutes les sociétés…

j’ai choisi de traduire le terme elder par sage dans ce texte car le terme français aîné est chargé négativement à mes yeux et mes oreilles… car un vrai elder ne peut qu’être sage… sage pas dans le sens de tranquille, sage dans le sens de mature, sensible et intelligent…

sage notamment comme dans Hubert Reeves ou David Suzuki…

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/dossiers/elections-federales/201510/02/01-4906143-lelection-la-plus-importante-de-ma-vie-dadulte-dit-david-suzuki.php

sage comme plusieurs grand-mères autochtones, ou pas… elles qui ont soutenu leur communauté à-travers les difficultés, les abus des blancs colonisateurs… comme plusieurs de ces grands-mères que j’ai pu côtoyer et qui ont gardé leur sens de l’humour malgré les expériences terribles des pensionnats et autres abus historiques…

on dit que le statut d’aîné arrive à 52 ans… après 4 cycles de 13 années… après 4 cycles de 4 cycles de 13 lunes… personnellement, j’ai atteint ce stade depuis quelques années… après 676 pleines lunes de vie – et quelques lunes de plus depuis… suis-je sage ? sais pas mais je me sens de moins en moins stupide… peut-être ça la sagesse ? la perte de son arrogance de jeunesse ? expérience en cours… vous en donnerai des nouvelles…

mais j’avoue que je commence à ressentir que ce ne peut qu’être que le temps qui passe qui peut nous apprendre certaines choses fondamentales.. notamment la patience et la persévérance, car il est vrai que la sagesse prend du temps à maturer, beaucoup de temps…

pas que du temps car le temps n’est pas suffisant, mais il est essentiel car la sagesse pousse lentement… elle pousse lentement au cul de la jeunesse… pas que temps, mais inévitablement du temps, et une intention d’apprendre… du temps et de nombreuses expériences à intégrer, à incarner, à digérer… car la vie est tout un plat qu’on doit déguster lentement… la vie est même plusieurs plats desquels on doit se sortir les pieds…

et la sagesse, seul le temps peut nous l’apprendre… lentement mais sûrement…

alors lecteurs/trices, sommes-nous ou serons-nous des vieux, des vieilles, ou des sages ?

2 réflexions au sujet de « richesse maturelle »

  1. Ravi

    forger par les expériences de ma vie…
    polis par les coups dur et les moments de grandes joies…
    discerner à force de fendre la vague…
    lâcher prise sur ce qui n’a pas vraiment de sens…
    reconnaître et accepter mes limites qui se font plus forte…
    vivre le présent dans mon parcours vers la porte de sorite…
    gratifier ma vie pour mon expérience terrestre…
    anishnabé

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s