sur le fil du sans fil

11836712_10152999479322797_8988027460276021622_n

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• dix-septième

jour 6 de mon sevrage FB… d’avoir ainsi coupé mon lien sans fil mais très liant avec le reste du monde me fait réaliser, grâce à une certaine distance, comment cette relation invisible tisse tout de même des fils d’araignée qui nous privent d’une partie de notre vie intime…

tenez, lisez-ça si vous en avez envie et le temps… mais je vous avertis ça fesse dans l’dash
http://thoughtcatalog.com/jamie-varon/2015/04/this-is-the-new-loneliness/

vous y trouvez une certaine résonance ? moissi…

oh que cela fait du bien de se débrancher du monde une fois de temps en temps, de se déplugger, de se déconnecter… car dans connecté, il y a con… et parfois, la connexion nous rend con d’habitudes, con d’automatismes, contortionniste de notre temps…

car branché tout le temps, on finit parfois par vivre en suspens… souvent en attente d’un message, d’un like, d’un commentaire, d’une réponse quelconque… on en vient à attendre un signe de vie à partir de l’existence, à partir de l’extérieur de soi…

mais ne me méprenez pas, malgré ce risque de surutilisation, le web est un formidable outil de connexion… et je ne crois pas que je couperai mon lien de façon permanente et définitive… que besoin d’un break… pour démêler les fils, pour organiser autrement mes journées, pour me perdre davantage dans la nature… particulièrement aujourd’hui en ce jour doudou plein de ouate tombant du ciel…

car parfois, après un temps passé en ligne, je ressens ce vide en moi qui est décrit dans l’article cité  plus haut… surfer en ligne est un peu comme manger un big mac… bon au goût et sur le coup mais ça nous laisse sur notre appétit… plein à la surface mais vide au centre…

enseignant en ligne et vivant en forêt dans le grand now, je ne peux me priver de ce lien invisible qu’est le web… en fait, j’ai acheté la maison ici il y a 5 ans justement parce que la connexion web s’y rendait… mais comme avec le gâteau ou le chocolat, parfois trop c’est trop et le coeur peut nous lever…

alors l’idée est de re trouver cet équilibre… car tel que je disais, rien de mal en soi avec le web, superbe outil de communication… mais l’idée est de ne pas tomber dans l’excès, du moins de s’en rendre compte quand juste assez devient trop…

car lorsqu’on est curieux de nature comme je le suis, on peut de perdre par intérêts divers sur la toile, on peut de prendre et se surprendre dans la toile, on peut se pendre au bout de la corde d’un trop plein de curiosité… car comme chez Ti-Jean, on trouve de tout sur la toile défilante, même des ami(e)s, ou ami(e)s prétendu(e)s…

allez, je vous laisse sur votre bout d’étoile d’araignée à vous…

moi je pars jouer dans une autre dimension… je vous rapporte quelque chose ?

10636000_10152780687728982_4094135684393530740_n

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s