égo trips, égo trappes

12814750_10154627440563989_7473925956646450855_n

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• quarante-neuvième

traduction: le plus gros trip d’égo en ce moment est de vouloir se débarrasser de son égo
– Alan Watts

ah l’égo, l’égo… en ce sens nous sommes tous égaux, quoi que certains plus que d’autres…  tous et toutes, nous sommes des bêtes sociales, certains moins que plus, d’autres plus que ça… et d’autres pas, d’autres plus du tout…

si vous lisez ceci, probablement que, comme moi, l’un de vos désirs les plus profonds est de vous libérer de votre égo… whatever it mens… vous libérer des attachements, de la souffrance, du sentiment de séparation, de la peur de mourir et de ne pas nous sentir ni un ni une ni deux avec l’existence…

d’autres conçoivent plutôt le but du jeu comme devenir dieu, ou le redevenir, ou se fondre dans l’univers… redevenir la source, la boire, ou se faire avaler par, c’est selon…la goutte qui veut redevenir la mer… oh môman… moment par moment…

pour se faire, nous lisons de la pop psycho et de sages écrits d’érudits, écoutons des vidéos d’êtres réalisés, pratiquons la non-dualité, citons des citations à profusion, développons la loi de l’attraction, méditons en pleine conscience et évidemment, nous faisons du yoga et de la méditation et mangeons végane tout en achetant des bébelle éco-responsables…

nous sautons d’une activité à l’autre dans l’espoir de trouver LA bonne affaire… maudite affaire donc… nous voulons vivre totalement et en même temps, on veut disparaître… l’égo se pitche en tous les sens… et nous fait virer comme queue de cochon vers autruie…

maintenant même possible d’avoir un gourou – ou plusieurs – via youtube et de prendre sannyas (être inité par un maître) par Skype… on n’arrête pas le progrès mes disciples…

alors que certains recherchent les paradis fiscaux pour jouer à cache cash, d’autres cherchent à s’enfuit de leur identité corporelle… ne sommes-nous pas des âmes dans un corps ?

personnellement, j’ai choisi mon maître spirituel – Osho  –  ou m’a-t-il choisi comme disciple – il y a plus de 30 ans et depuis j’ai eu le temps de me forger un beau gros ego spirituel… en fait, si je suis probablement l’un des plus humbles disciples que le maître ait porté 😉 toutes ces années de disciplitude ont engraissé ma feuille de route disciplinaire et gonflé mon tour de taille d’humilité… humblement boursoufflé suis-je, ou ne suis-je point… ou plus… ou pluss…

mais comme disait quelqu’un récemment qui aimait confronté les quêteurs spirituels – ou était-ce quelqu’un d’autre ? – après plus de 30 ans de disciplitude, soit mon gourou n’est pas bon ou bien c’est moi qui n’est pas vite vite car je n’ai pas encore tout à fait pogné la joke ?

mais quelque chose se passe quand même… je vis moins vite, je m’en fais moins, j’ai moins peur de tout et de rien, et surtout, je me prends de moins moins au sérieux… ou du moins, je ris davantage quand je le fais…

je me souviens d’une affirmation de mon ami et mentor Veeresh qui, lorsqu’on lui avait demandé s’il était illuminé, avait répondu : la plupart du temps… quelle belle réponse pragmatique… en fait pragmagique… car tout à fait terre à terre et en même temps, elle met fin au tout ou rien spirituel qui veut que soit on est illuminé(e), soit on l’est pas… un jour ce sera mon tour… ou pas…

Osho donnait en ce sens l’exemple de l’eau bouillante… on doit continuer de la chauffer mais ce n’est qu’à 100 degrés qu’elle bout… makes sense… et tant qu’on est pas rendu(e) au boutt du boutt, on ne bout pas… mais faut continuer à se la chauffer… en ce sens, certains boudent et désespèrent de ne jamais y arriver, d’autres s’en font moins et prenant plaisir à faire le chemin… parait d’ailleurs que le chemin est la destination… koan… et citation FB répandue…

personnellement, pour l’avoir fait pendant des années très très sérieusement, je ne médite plus désormais… du moins je ne fais plus de distinction entre meditation time et le temps dit ordinaire… qu’un long fleuve tranquille la vie, ma vie qui ne m’apprirent plus… plus de distinction entre le profane et le sacré… tout est tout l’un et tout est l’autre… et ni l’un ni l’autre n’existe en dehors de ce que j’en fais… et ce que j’en fais n’importe pas… ou plus…

je ne suis pas dieu et ne veux pas le devenir… je ne veux même plus le connaitre, ni le reconnaître…je ne veux qu’être… bien, paisiblement heureux, bêtement heureux… simplement… je veux être de plus en plus bête et béat… béatitude…

je veux de plus en plus être de moins en moins… de moins en moins dans ma tête et de plus plus en plus dans tout le reste de mon corps… et dans les arbres qui m’entourent… et dans tout le reste, quel qu’il soit, quoi qu’il reste…

je veux de plus en plus servir, mon prochain et ma prochaine, comme celui et celle d’avant… take a number… je veux simplement n’être que moi-même… tout à fait, merveilleusement moi-même… et assumer tout à fait le rôle qu’on m’a attribué dans ce chapitre de cette grande saga humaine… jouer du mieux que je peux…

je veux contempler la mort et la regarder entre les deux yeux, lui rire au visage en même temps que la respecter avec tout le respect qu’on lui doit car elle me fera sûrement faire dans mon froc sur mon lit de mort quoi que j’en dise… je sais je sais vous aussi dites n’avoir pas peur d’elle… mais pourtant ni vous ni moi n’avons idée de ce que cela implique… changer de corps n’est probablement pas aussi simple que de changer de char…

je veux dire ce que je pense, comme je le pense, sans penser à ce que les autres en pensent… pensez-y… ou pensez-y pas…

ces temps-ci, ma pratique spirituelle consiste à jouer de la guitare et à chanter des hymnes en portugais… parfois en buvant le saint thé… parfois sans… et je deviens guidounement spirituel, ayant adopté un deuxième gourou… mort lui aussi bien sûr, plus facile de leur faire dire ce que l’on veut ceux-là, comme ceux sur youtube 😉 Spirit told me…

en terminant, je voudrais exprimer mon appréciation pour l’ami Shayam… un être intègre, qui vit selon ses propres convictions, un être spirituellement incorrect qui peut blaster sur le sans fil publique un gourou reconnu au risque de piler sur certains pieds de gourous wanabee.. … un spiritual gangster comme Veeresh l’aurait sûrement qualifié… j’aime les gens qui dénoncent les idées préconçues, ceux qui marchent à contre-sens, les gens qui shootent from the hip comme disent les zanglais et les zanglaises… aho esoteric motherfucker…

en terminant, pour vrai cette fois, un petit article pour éviter les esoteric boobytraps.. du moins pour les reconnaître la prochaine fois qu’on tombera dedans…

http://upliftconnect.com/five-ego-traps/

Ôm et namasté tabaslack…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s