le doigt qui pointe vers la lune

13912641_830163337120895_2759864343874452722_n

///////////////////////////////// les chroniques du ptit qui //////////////////////////////// la trentedeuxième

suite du grand décapage… the blow must go on

suite de ce grand retour à soi, retour au centre du moi, au centre du monde…

là où c’est ultra sensible et extrêmement délicat, là où c’est vivant, là où ça fait mal… toucher pour sentir, pour prendre le pouls de son âme là où c’est ouvert et vulnérable, juste là… suivre son inner guide

13686564_1293847823988666_4967924217532158765_n

même si le guide intérieur vous mène jusqu’à la mort, allez-y, car ceci sera votre chemin… suivez-le, faites-lui confiance et bougez en ce sens… – Osho

suivre jusqu’au bout le doigt qui pointe la lune… en soi…

éventuellement, jusqu’à la mort s’il le faut… car on n’y échappe pas… comme pour Rome, tous les chemins y mènent… si tous les chemins mènent à la mort, tous les chemins passent pat l’amor…

et depuis la mort de mon amie Amala justement, c’est le rappel de la mort qui guide mes pas, la mort qui inspire ma vie… quand j’ai aperçu ma tendre amie sur son lit de mort le mois passé, calme, paisible, complètement abandonnée à la vie par la mort de son corps, la vie m’a donné une telle claque en pleine face… good morning a-t-elle dit… wake up boy a-t-elle crié, ou chuchoté, je ne sais plus trop… et depuis le show must go on

et suite à cet appel, plus aucun compromis n’est possible… pour le meilleur et pour le dire… quand j’ai vu mon amie à son dernier repos, la vie m’a signalé que j’étais peut-être le prochain, et que le temps s’écoulait… time to live totally m’a dit la vie… eh oui elle me parle anglais la vie…

madame la mort m’a invité à aller mettre son doigt juste ici, en plein centre de moi-même, là où c’est mou, là où c’est sensible, là où se loge le siège de l’âme en corps, en mon corps… en ce corps qui tient bon, mais qui un jour se rendra… car le corps finit toujours par se rendre… à destination, et à la vie par la mort…

mais en attendant – car n’attend-on pas toujours la mort ? – pendant que la vie anime ce corps, envie de vivre totalement jusque là… jusqu’ici… jusque dans ce petit trou noir noir noir au centre de soi… là où tout complet, là où se trouve toute la lumière du monde… de là où peut émerger cette lumière quand le coeur breaks open finalement…

car la lumière de l’âme se répand par les craques du coeur…

nous qui passons une bonne part de notre vie à tourner autour du pot, à éviter certaines zones en soi, éventuellement nous y sommes guidés… anyway… et c’est ici que je suis ces jours-ci… si j’avais su, je me serais moins débattu car si riche même si épeurant de s’u approcher, s’y lover, mais faut ce qui faut… et le chemin se marche parfaitement… au bon rythme, à la parfaite cadence… ainsi soit-il…

et éventuellement la place la plus sensible en soi finit par se laisser trouver… et toucher… par le doigt de dieu… avec abandon, avec confiance, avec une résignation qui n’est pas apitoiement passif et résigné mais acception totale de ce qui est… jusque ici… jusque là…

et on finit par toucher à l’essence de la vie en soi… à toucher au plus mou en soi… et au plus doux… là où aucune protection n’est utile ni nécessaire, là où c’est creux comme les entrailles de la mer et vertiginement haut comme les cieux…

cet endroit en nous où l’on se cache de soi-même, là où l’on se réfugie… faut se chercher à la bonne place si on veut vraiment se trouver… cet endroit qu’on, pour je ne sais quelle raison, ne veut pas voir ni toucher… et pourtant… et pourtant… c’est exactement ce que l’on cherche… la quête ultime nous y mène… euréka !

ici, là… en nous, en cet endroit précis, réside un sanctuaire d’où s’observe toute le vie qui bat, la vie qui va… un endroit, hypersensible oui, mais aussi sécurisant et sécuritaire… un refuge… car au-delà de là, comme en deçà, rien d’autre n’existe… tout y est inclus… et de là, tout devient accessible… ultime lieu de dépôt de la vie elle-même… cachette de dieu en nous… sagrado refugio…

alors oser mettre le doigt dans l’engrenage des grands secrets de la vie logés au centre de soi… enwèye dion, pèse sul’piton… celui qui déclenche le grand retour, le grand rappel…

car vous savez, on s’est incarné(e)s pour des raisons précises… des tâches à faire, des choses à apprendre… et c’est par là que passe le grand rappel… on n’a fait qu’oublier…

suite à mon post d’hier qui affirmait que ce sont les blessures de nos Ancêtres que nous guérissons, Shayam m’apprenait qu’ultimement, nos contrats pré-incarnationnels de guérisons générationnelles impliquent les 7 générations passées et les 7 générations futures… makes sense… alors healing must go on… autant pour ceux et celles qui nous précédé, que ceux et celles qui nous suivront… it’s a family affair

et cette connexion inter générationnelle qui nous unit à tout ce qui vit – peu importe la forme – passe par ce lieu en nous ou seul le doigt de dieu réussit à s’immiscer… bullseye… en ce lieu sombre, en ce lieu secret, en ce lieu craint mais pourtant primordial pour quiconque cherche sens à la vie, pour quiconque est réellement assoiffé(e)… tous les secrets de l’univers résident en ce lieu logé au centre de soi…  le monde entier y vit… welcome home

mais cela requiert courage, confiance  et persévérance pour se rendre à destination finale, se rendre jusqu’au bout… plusieurs entament le chemin mais rebroussent chemin en cours de route… c’est que plus on avance sur ce chemin, et plus il y a perdre… et pour s’y rendre, il ne faut plus avoir rien à perdre… et l’on doit être prêt à tout perdre… car plus possible de conserver quoi que ce soit lorsqu’on approche de ce lieu, le passage est étroit et ténu, seul un doigt y passe… et on doit tout rendre et redonner si on veut se rendre jusqu’au bout…

pour toucher ce point précis du bout du doigt… il faut mettre le doigt dessus…

13912641_830163337120895_2759864343874452722_n

2 réflexions au sujet de « le doigt qui pointe vers la lune »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s