un beau grand rêve plein de petits

les dernières chroniques – 8/3/17

17022087_1589227211090707_7454150527471517334_n.jpg

traduction : vous êtes la conscience qui rêve ce qui cherche la conscience...

ça ressemble pas mal à courir après sa queue ça non ? aussi semblable à la logique des saucisses Hygrade…

un autre façon de dire ceci ?

Capture d’écran 2017-02-24 à 03.55.17.png

esprit, âme, fantôme, petite personne logée dans le corps, mais coudonc, qui qui qui sommes-nous ? vieille question sans réponse unique ni claire… ou une multitude réponses, c’est selon… question qui nous fait chercher, écouter, sentir, investiguer…

ou mindfucker, c’est selon… fourrer le chien en français cette expression ?

pour tenter de répondre à cette question que l’on s’est incarner ? possiblement… mais plutôt un koan qu’une question disons… anyway…

sommes-nous le cerveau ? sûrement pas, mais nous en avons tous et toutes un…

le mental ? no way ! car même si on ne sait pas for sure ce qu’est le mind, y a quelque chose qui peut l’observer, alors sûrement pas ça la patente… en fait un peu comme une télévision le mind, tout dépend des canaux disponibles… grand youtube infini… tube de multiples soi… tout dépend du forfait et du cablodistributeur…

selon St-François d’Assise, c’est ce qui voit que nous chercherions… je choisis de ne pas utiliser le termes celui ou celle car il me semble que ce que l’on cherche n’a pas de genre… genre…

mais tout de même intéressante réflexion que celle-ci… existentielle…

mais qu’est-ce qui voit ? voyez, nous ne sommes pas plus avancés… 😉

car on peut toujours voir plus grand, plus large… on peut toujours observer la présence qui voit… mais encore là, voir est limitatif non ? car peut-être que ce que nous sommes est invisible, alors rien à voir…

nous sommes peut-être davantage quelque chose qui se sent et ressent, quelque chose qui s’entend et que possiblement la vie qui chuchote…

ou nous ne sommes aussi peut-être rien du tout ? can we stand this ?

n’être que de la vapeur d’existence, que de la poussière d’étoiles, qu’un vague souvenir de quelque chose qui n’est même plus… car comme la certaines choses qui sont si loin de ce qui se perçoit, peut-être que cette réalité est déjà chose du passé ?

pas si simple pour un ptit mental ordinaire d’essayer de figurer cette grande patente existentielle hein ?

mais si on peut réussir à avoir du fun à se poser ces questions, sans trop vouloir mettre le mais sur la réponse, la vie devient plus légère, plus drôle…

si on peut prendre plaisir à considérer que tout soit possible dans cette existence, tout fait du sens, même et surtout l’insensé et le non-sens…

car comme l’impression que le sens relève du mental et la vie semble tout sauf sensée…

pas nécessairement sensée la vie, à part le fait qu’une partie de la réalité se perçoit par les sens… mais pas nécessairement sensée faire du sens la vie…

sensuelle et sensationnelle cette existence… mais mystérieuse…

que sommes-nous ? j’ai toujours préféré ce koan à qui suis-je ?

car comme l’impression que nous sommes davantage de quoi qu’un ptit ou une ptite  qui…

nous sommes ce qui écrit cette chronique et ce qui la lit… nous sommes l’affaire qui est conscient de ceci et de cela…

finalement, peut-être que finalement nous ne faisons qu’être… tout simplement… ni quelqu’un, ni quelque chose… qu’être sans vraiment décider d’où on vient et où l’on va… avec une certaine mage de manoeuvre, un certain pouvoir discrétionnaire sur le sens qu’on peut donner à ce spectacle à petit et grand déploiement…

car même si on ne sait pas grand chose à qui ou quoi que ce soit, il semble bien se déployer quelque chose en nous et devant nous…

un coeur qui bat, une respiration qui entre et qui sort, des pensées qui roulent 24/7, des milliards d’interactions humaines, de multiples transactions entre la nature, notamment les règnes animaux, végétaux, minéraux et humains…

une grande salle de danse dans laquelle un nombre infini de choses animées et inanimées transigent les unes avec les autres, les uns et les unes contre les autres…

ou tout n’est-il pas la même chose ? en fait y a-t-il même quelque chose ?

welcome to the party dear human race !

___

«Ce dont nous avons le plus faim, ce n’est pas la nourriture, l’argent, la réussite, le statut, la sécurité, le sexe, ni même l’amour du sexe opposé. Souvent, des gens ont obtenu tout cela et sont restés insatisfaits et même souvent encore plus insatisfaits qu’au début de leur carrière (…).

La faim secrète, c’est la personne intérieure qui meurt du désir que sa vie ait un sens, qui veut obstinément la fin de la souffrance, qui désire ardemment des réponses aux énigmes que sont l’amour; la mort, Dieu, l’âme, le bien et le mal. Une vie superficielle ne répondra jamais à ces questions, ne satisfera pas les besoins qui nous poussent à les poser.

Trouver les dimensions cachées en soi-même est le seul moyen d’apaiser sa faim la plus profonde.»

~Deepak Chopra via Clélia Marsadie

Une réflexion au sujet de « un beau grand rêve plein de petits »

  1. Prashanti

    Aie été longtemps tourmentée par cette recherche de sens . Une faim obsessive de savoir , de trouver LA réponse qui donnerais du sens à ma vie .
    Pas d’enfant , seule . Aider . Écouter. Être .
    Et puis en vieillissant , je relaxe tant que possible et je vis …
    Tout disparaîtra…Le vent l’emportera .
    ( jolie chanson entendue lors de ma quête de sens en Arizona octobre dernier ) .

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s