liberté par les deux bouts

20840802_10211237895757246_3660367682992461401_n

les dernières chroniques – 30/8/17

rien à gagner, rien à perdre… intéressante perspective que celle des deux bouts de la vie qui nous permettraient de jouir davantage de la liberté…

pour moi qui a comme koan pour l’année dis-moi ce qu’est liberté, belle porte d’entrée…

quoi que plus près de la vieillesse que de l’enfance vous et moi – du corps du moins car toujours un enfant nous en dedans right ? – nous n’avons rien à gagner dans la vie… car tout ce que nous gagnerons un jour, nous le perdrons éventuellement… la souffle divin inclus… qu’un prêt la vie, ce que l’on oublie parfois…

toute chose matérielle se désintègrera, toute relation se terminera, à part peut-être celle qui nous relie au reste de l’univers… ce petit fil doré qui nous relie à toute la poussière d’étoiles… mais même celle-là, si  nous on l’oublie pendant un certain temps car trop occupé à perdre son temps à gagner sa vie, l’univers lui ne nous oublie pas… que nous qui nous pensons coupés du reste du vivant… on finira bien pas s’en rappeler… peut-être…

alors apprécier l’enfance et les enfants, car avant que nous ne nous pensions séparés, avant que nous n’ayons acquis quoi que ce soit, la vie se fait légère…

et apprécier aussi la vieillesse, alors qu’on se prépare à retourner à la maison… car là qu’on est probablement le plus lucide…

au début de la route de la vie, on ne doute même pas que l’on a ou que l’on est rien, alors qu’à la fin du voyage, on est plus en mesure de réaliser que tout ce que l’on pensait savoir n’était que brume et voile de croyance…

et alors seulement on peut vivre pleinement…

en ne fermant pas les mains sur le passé, en le laissant glisser dans la malle à souvenirs périmés, beaux peut-être mais souvenirs quand même, et périmés surtout… que photos de voyage… oush… bye bye…

laisser aller le passé et laisser tomber l’avenir car lui aussi que de l’air… qui ne peut que reposer sur le présent… le seul cadeau que l’on ait… mais éphémère et impermanent… alors en profiter vite…

ce présent qu’on doit laisser aller lui aussi car il peut très bien prendre soin de lui-même… le présent se déroulera de lui-même, avec ou sans nous…

et cela on l’apprend avec le temps qui passe…

alors lecteur/trices, dis-moi ce qu’est liberté… car il ne reste qu’un seul bout à vivre, que celui-ci… la vieillesse – de plus en plus – heureuse, avec notre coeur d’enfant…

2 réflexions au sujet de « liberté par les deux bouts »

  1. Ravi

    je profite au maximum de la vie…
    je ne planifie pas vraiment à long terme…
    je goûte comme je n’ai jamais goûté…
    j’investie dans ma santé afin de continuer à goûter…
    toutes expériences me prépare à +…
    je m’aime de + en +…
    j’aime de + en +…
    et je demeure réaliste en regardant ce qui se passe sur notre «belle» planète…..

    Répondre
  2. Prashanti

    Toute relation passe. Ah ! toujours ces deuils ….
    On perd jusqu’à la fin de notre vie , selon moi.
    En vieillissant oui plus de liberté , moins de  »game » en devenant de plus en plus conscient.
    De plus en plus présent à ce qui est !
    Place à la douceur .
    Place à la lenteur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s