moment môman

21740469_1458833880838510_2750656627194548473_n.jpg

les dernières chroniques – 3/11/17

j’apprends qu’une chère amie est sur le point d’enclencher le processus de fin de vie à l’aide d’un médecin… on n’arrête pas le progrès et tant mieux si ça peut soulager la vie…

dernier appel… all aboard… dignité is calling… trop vite pour nous, mais probablement enfin pour elle… car j’imagine qu’elle doit souffrir et que son corps commence à devenir trop petit… trop grande cette dame à la grande âme en ce petit corps… elle redeviendra miss infinity bientôt… et veillera sur nous from up there…

cette nouvelle, triste et en même temps attendue, avec la pluie froide qui tombe drue depuis hier, font de ce vendredi matin, un vendredi de novembre tristounet… un vendredi matin ordinairement ordinaire…

un vendredi 3 qui se déguise en vendredi 13 pour un halloween tardif…

aussi ça la vie…

ces moments où l’on peut rien faire… rien faire d’autre qu’être dans le moment… rien à faire et encore moins pouvoir contrôler quoi que ce soit… ces moments dans lesquels il faut apprendre à lâcher prise comme le dit cette expression galvaudée, et apprécier le moment pour ce qu’il est, apprécier quand même car c’est le moment qui se présente à soi pour le moment, le seul moment pour le moment…

un moment môman… où l’on voudrait se faire prendre dans les bras et que notre tête repose sur le sein maternel… môman môman ton fils passe un triste moment… pas mauvais le moment môman, que triste… plus grand que moi… enseignant moment…

sans juger, sans vouloir changer quoi que ce soit, sans retenir la vie qui va comme elle va, parfaitement telle quelle, même si parfois imparfaite à nos yeux… ce moment qui va en portant notre ptit coeur gros sous son bras, se laissant bercer par la vie… lavé par la pluie…

on souhaite du soleil, de l’air, du yé, du light… mais la vie nous offre aussi pluie, basse pression, bouh et heavy à l’occasion…

ça vient avec notre humanité, ça vient avec le choix de l’incarnation…

on ne peut que dire oui à  ces moments, qu’accepter, qu’ouvrir les bras et inviter la lumière… cette lumière qui ne peut que faire contraste à la nuit, à l’ombre… les deux vont de pair…

alors que faire confiance que tout est parfait, garder la foi, le coeur vaillant, les yeux ouverts, l’âme en paix…

chaque chose en son temps… et tout est parfait, tout est parfait…

môman vie, prend moi dans tes bras… pliiiise… snif snif…

8 réflexions au sujet de « moment môman »

  1. Ravi

    plus je vieillit, plus je vois de gens qui nous quittent, plus je deviens conscient de cet inévitable passage qui est là quelque part (dans le temps, si cela existe), plus je suis respectueux de ceux qui semble faire ce choix de se laisser partir, ou de tenter de facilité leur passage…..
    beaucoup de respect pour leur démarche…..
    je salue leur «courage» d’y faire face, seul à seul avec eux même
    de dire oui à ce grand virage «stratégique» avec la paix intérieure du…..ok je suis prêt

    Répondre
  2. Carmen Chatelain

    « Oui, mon enfant chéri … je suis là… je t’entends, te prends dans mes bras et te serre sur mon coeur… je te berce tendrement, doucement … coeur contre coeur… tout est parfait,,, tout est parfait… aie confiance… sois en paix… tout est parfait…  » Môman vie

    Répondre
  3. carole_mist

    J’étais avec mon chum aujourd’hui aux funérailles d’une belle grande dame qui a décidé, avec force et conviction, que le temps était venu pour elle de passer son chemin. Impressionnante la force qui habite la personne qui se sent prête. Une leçon de vie pour ceux et celles qui l’entourent… Dire au revoir aux siens, en paix. Je n’y suis pas… Pourtant, je salue la force et la détermination de ces femmes qui savent ce qu’elles veulent et qui trouvent la force d’avancer vers ce choix sereinement, avec dignité, malgré la fragilité et la vulnérabilité de leur corps physique…

    Répondre
  4. Prashanti

    Se lover…
    Quand l’ennui , l’absence me font trop mal , je m’assoie dans la chaise berçante qui berçait ma mère …..
    Adolescente , la nuit , je voyais la petite lumière rouge de la cigarette qu’elle fumait.
    J’entendais le craquement du bois des barreaux de sa chaise .
    C’était rassurant.
    Et c’était comme si elle me berçait , ma mère …..

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s