h O t S H O t

29541204_10157286485058957_54397219910627246_n

les dernières chroniques – 12/4/18

ouain, journée Osho et médias hier autour d’ici…

premièrement, référé par une amie, un recherchiste de la Radio du Canada me contacte car il cherche justement un adepte d’Osho pour parler de la série sur Netflix au sujet de Ranch en Oregon dans les années 1980… n’ai pas vu la série mais je vais écouter ce week-end pour l’occasion… du moins la commencerai… et irai en jaser un peu lundi matin… mais très peu… car je jaserai plus de mon amour pour Osho que des scandale de l’Orégon qui n’ont quant à moi rien à voir avec lui… seront peut-être déçus… mais moi les scandales, très peu merci…

puis quelques heures plus tard, une madame de La Presse me contacte autour du même sujet… elle dit que les gens sont intéressés à en savoir plus sur Osho et ce projet utopique qui a fini en queue de poison… et qu’elle voudrait les renseigner sur la question…

je lui réponds à la madame que je crois plutôt que les gens veulent se mettre du croustillant et du croquant dans la bouche et en apprendre des vertes et des pas mûres autour d’une autre secte de méchants fuckés habillés en orange à l’époque avec la photo du maître dans le cou

mais non merci… mais lui ai promis que je vais demander à quelques amis s’ils veulent en jaser avec elle, mais il semble que ça soit non merci aussi pour eux et elles aussi… rien à gagner là, que la face à perdre, et du temps…

car voyez-vous, pour nous disciples d’Osho, comme pour les disciples de tout maître ou maîtresse j’imagine, notre relation avec notre maître/esse, notre beloved comme plusieurs d’entre nous appelons Osho affectueusement, est une relation intime, une relation d’amour, une relation inexplicable…

alors aller en parler dans les médias ? vraiment pas sûr…

surtout pas à l’écrit où les mots finissent toujours par se transformer entre le moment où ils sortent de notre bouche et ce qui est publié… même si on a troqué le papier pour l’écran… en fait encore pire car ça se répand encore plus vite et plus loin…

mais je vais tout de même aller en parler à la Radio du Canada… disciple d’un maître rock n roll quand même non ?  Osho était connu comme le sex guru… un gourou qui a joué le jeu totalement… mais je parlerai peu du ranch – ou pas du tout on verra – et de ses nombreux scandales car peu d’intérêt pour moi là-dedans…

car voyez-vous, la relation entre un disciple et son maître se situe dans un axe vertical, dans le mystère, dans le coeur, dans l’inconnu… une grand histoire d’amour qu’on a jamais vraiment choisie car elle tient du mystère… et on dit que c’est le maître qui choisit le/la disciple car comment l’aveugle pourrait choisir celui qui voit ? makes sense non ?

la relation maître-disciple est une rencontre entre deux âmes, une qui voit, l’autre qui a oublié LA lumière, sa lumière… qu’un voyant lumineux qui rappelle à d’autres âmes, une âme à la fois, une âme pleine de foi, qu’elle a oublié quelque chose et que c’est pour trouvé ça qu’elle s’est incarnée one more time

quand j’ai été en présence d’Osho la première fois au ranch en 1983, j’ai braillé ma vie suite à cette première rencontre… comme si quelque chose avait craqué en moi, un barrage dont la digue a cédé pour laisser les larmes couler et purifier mon âme…

ce que j’avais cherché dans la dope et l’aventure pendant les 22 premières années de ma vie, je venais de le trouver dans un ptit homme en robe et en gougounes qui faisait Namasté à 10 000 personnes en ce matin dans un désert de l’Orégon……

comme si je me suis souvenu subitement de la raison pour laquelle je me suis incarné une autre fois en cette vie-ci, dans ce corps-ci… j’avais re-trouvé mon guide… moi la petite flamme, j’avais retrouvé ma flamme mère…

ce qui s’est passé au Ranch est au contraire dans l’axe horizontal, dans le people, dans le potinage, dans le politique même… et dans le scandaleux for sure… pis ça le scandale, le bon peuple aime ça…

car Osho était baveux et poussait tous les boutons qu’il pouvait… je me souviens lors de sont tour du monde suite à son expulsion des USA, aucun pays ne voulait l’accueillir – sauf pour remplir l’avion d’essence, parait que c’est une obligation internationale – il a finalement réussi à passer quelques semaines en Uruguay, puis deux autres en Grèce…

comme j’étais libre à l’époque, j’étais allé le rejoindre sur une île en Grèce avec ma blonde de l’époque, sur un coup de tête et en toute hâte… c’était toujours si formidable d’être autour d’Osho, comme une présence lumineuse qui nous rentrait dans l’âme…

eh bien imaginez-vous que le beloved en question, après quelques jours, pas tanné de chercher le trouble après son aventure american, s’est mis à parler contre et à blaster énergétiquement et très baveusement l’église Grecque Orthodoxe et ses représentants, église puissante et rigide s’il en est une…

alors, of course, dans le temps de dire Calimero et Spanakopita, ils te l’ont sacré dehors manu militari et escorté avec des tonnes de chars de police…

c’était ça Osho… aussi…

wild comme un Jésus dans un Temple… baveux, provocateur, dérangeant… autant pour nous que pour la société…

mais c’était tellement aussi beaucoup plus que ça… tellement qu’on ne peut même pas dire tout ce qu’il était… et ça continue à fleurir… même après presque 30 ans après sa mort, ce que les puristes appellent quitter son corps…

dans le temps du Ranch, il avait gardé gardé le silence pendant 3 ans et c’est alors que tout ce qui s’est passé s’est passé… il n’avait placé que des femmes dans des positions d’autorité… avec les résultats que l’on connait… mieux que les hommes en politique les femmes ? vraiment pas certain… je pense que c’était le message qu’il avait voulu nous passer…

certains ont défroqué avec fracas suite au ranch, blâmant Osho pour tout ce qui s’est passé.. la plupart nous sommes restés et avons observé notre innocence et notre immaturité devant des faits avec lesquels nous étions plus ou moins d’accord… grande leçon de vie…

alors Osho revient dans les news grâce à cette série sur Netflix…

il doit se bidonner from up there…  ou from in here… car il a toujours dit que lorsqu’il quitterait son corps, il se dissoudrait dans chacun et chacune de ses disciples… pas beau ça ? alors nous devenons tous et toutes des Oshos… une gang d’Oshos…

chacun chacune unique, comme tout le monde, soi-même, guidé(e) par une même source lumineuse, et le même amour au coeur pour un être qui n’aura pas fait que passer en cette vie… car il est resté ici, et s’est logé au plus profond de nos coeurs…

c’est à peu près ça que j’irai dire à la Radio du Canada… mais trop long à expliquer à une madame du journal…

sérieux les gourous…

16903561_10154394903552616_620045830026974752_o

et beubye !

Capture d’écran 2018-04-12 à 10.27.17.png

8 réflexions au sujet de « h O t S H O t »

  1. Yusuf

    Salut Ati !

    Ce qui est écrit ci-haut est un point audacieux médiatiquement, mais riche et précieux. Ça part du vécu et du coeur, et d’une expérience positive.
    S’il en a un qui peut articuler médiatiquement tout cela, dans un contexte autre que négatif… c’est toi.

    Vous aurez un déferlement de psys, d’experts en sectes, et d’ex sannyas déçus qui vont passer pour parler du danger mortel des groupes spirituels, des suicides collectifs, etc.
    Et c’est ok, car il y a ça aussi évidemment.

    Mais ton point de vu et ton cheminement personnel est pertinent dans la discussion… et qui d’autres connaissons-nous qui maîtrise aussi bien la langue, en parlant de lui et d’Osho (chaque jour en fait !)

    Take care bro.
    Yusuf

    Répondre
  2. Satyammo

    Que veut dire Supino?
    Et puis OUI! OUI ATI, Dis leur tout ce « travail » de ressourcement humain qu’Osho a encouragé dans le monde entier et dont j’ai tellement bénéficié au Québec avec toi et la Humaniversité Québec. Ces méditations dynamiques que Sambodh et moi pratiquons encore aujourd’hui et qui nous aident à rester dans la joie de vivre, l’amour et la lumière. Cette AUM et tes ateliers d’éveil/cauchemards/secousses/nettoyage/régénération…
    MERCIS MERCIS MERCI ATI😉😊😎😍🤗
    Mo

    Répondre
  3. Bodhidana

    Bonjour Ati,

    Pour ma part, je ne suis jamais allé en Oregon, ni à Puna et je n’ai jamais rencontré Osho en personne. Mon coup de foudre s’est produit en regardant « The Last Namaste », simplement.

    C’est toujours embêtant d’expliquer l’inexplicable, surtout à des personnes qui n’ont pas de pratique spirituelle (Je ne parle pas de religion.) Et qui sont trop souvent des réfugiés du mental et du rationnel, mais ici, je porte un jugement… Il y a aussi la fascination pour les affaires « sulfureuses » avec ses « arpents de pièges ».

    Le Ranch a été une expérience prometteuse : autosuffisance, écologie, végétarisme, vie communautaire, etc. Les modalités administratives et le type de gouvernance ont échoué à pérenniser ce projet. Je crois que c’est toujours ces deux derniers points qui font avorter les expériences communautaires.

    La question, pour moi, la plus importante est : « Où sont passées les Rolls-Royce? »

    Namaste,
    Bodhidana

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s