ce doigt qui pointe la lune

Capture d’écran 2018-04-14 à 09.04.00.png

les dernières chroniques – 16/4/18

OK last call sur l’épisode Wild Wild Country, Osho et les médias locaux… après, on passera à autre chose… probablement…

tout juste de retour de l’entrevue sur la série Wild Wild Country à la radio du Canada… ça a assez bien été… du moins c’est ce que mes amis m’ont dit 😉 même mes filles étaient fières de leur père…

je viens de ré-écouter l’entrevue car je ne me souvenais à peu près plus de ce que j’avais dit…

j’ai eu un malin plaisir à croiser le fer avec le monsieur spécialiste des groupes sectaires… une chance qu’il était là sinon le débat n’aurait probablement pas levé autant… toujours bon de confronter nos points de vue et de se frotter à revers de soi…

pas surpris des propos du spécialiste… pas la première fois qu’on les entend… ou du genre…

mais toujours étonné des gens qui pensent connaître les choses en restant à l’extérieur, en les analysant, en les étiquetant, en jugeant et en pensant savoir… car un des principaux messages d’Osho à nous, ses disciples si simples d’esprit aux yeux des spécialistes, était justement de dropper toute connaissance déjà acquise, et de s’appliquer à connaître… il nous disait de dropper toute connaissance empruntée dans les livres ou en provenance de l’expérience des autres et de chercher à connaître pour soi-même, à savoir pour soi… pas de croyances avec Osho, que de l’expérimentation… tu veux savoir si le feu brûle… touch it disciple !

le monsieur rapportait l’expression extase cognitive d’Edgar Morin… de mon côté, quand il parlait, moi je pensais davantage à mind fucking (masturbation mentale)… mais que moi j’imagine, et mon emmental mal troué et havarti… 😉

voyez-vous, la série a raconté et nous a fait parler de ce qui s’est passé au ranch sur quelques mois, années… des scandales, des prétendus empoisonnements (car les preuves sont floues), des trips de pouvoir, du sexe, des Rolls Royce, du cash… etc… bref de ce que le bon peuple aime entendre parler de…

OK done…

et maintenant si on parlait du message d’Osho, si on parlait des dizaines – centaines peut-être ? car il y en a du monde qui aime Osho – de milliers de personnes dont la vie a été inspirée et éclairée par sa présence, son message, son amour inconditionnel…

car comme les deux images que j’inclus ici, autant cell d’en haut que celle d’en bas, on peut se forger à notre guise et selon notre libre imagination une image des événements extérieurs… on peut voir Osho comme un bandit, un manipulateur, un criminel, un homme qui fait un doigt d’honneur… si c’est ce que vous voulez, go for it et good for you… c’est le même prix… la vie est un grand buffet all you can think and imagine

mais pour des milliers de personnes, Osho est et demeure une inspiration, un phare, une flamme… un prophète, un master of masters… il est un portail qui continue d’alimenter notre quête personnelle et collective d’une vérité intérieure… il garde vivante notre sincérité, notre capacité d’aimer un homme même mort depuis 30 ans…

pour certains, Osho n’est qu’un bandit de grand chemin… le cas type d’un manipulateur charismatique… alors ainsi soit-il… votre opinion vaut la mienne…

mais pour moi, pour nous, qui avons été en sa présence physique et qui continuons d’être inspiré(e)s même – et encore plus même car sa présence est plus pure que jamais depuis sa mort en 1990 – nous qui avons vécu l’époque des communes et partagé des moments de grande intensité ensemble, mais aussi des moments incompréhensibles, Osho est notre maître, notre beloved Master

un maître que nous ne voulons vendre à personne, un maître qui a réveillé en nous une parcelle de vie qui vacillait et qui brille encore… alors déjà plus qu’on pouvait imaginer…

drôle car une amie me disait qu’après avoir vu le documentaire, elle resentait l’envie de prendre sannyas, soit de devenir disciple d’Osho… pas surprenant, car des milliers de personnes de par le monde ont fait de même depuis qu’Osho a quitté son corps… ils sont devenus les disciples d’un homme qui n’est plus ici de corps mais toujours ici d’esprit…

comme de nombreuses personnes qui vibrent encore à l’essence Christique, ou que d’autres sont touchés par les enseignements du Bouddha des milliers d’années plus tard, ou peu importe le maître ou la religion, Osho vivra toujours au coeur de certains d’entre nous…

car au fond, nous sommes tous et toutes des êtres fondamentalement spirituels… si on vit bel et bien dans le monde matériel, notre âme a soif de quelque chose de divin, quelque de plus grand, quelque chose d’infini… quelque chose qui était ici avant notre venue en corps, et qui sera là après que nous ayons quitté notre char… et c’est justement vers cela que des êtres comme Osho pointent…

alors que certain(e)s vont téter le doigt, ou blaster ce doigt qui pointe la lune, d’autres saisiront le message et se mettront à regarder la lune – et le reste de l’univers – et à l’investiguer… jusqu’à l’infini… en se remémorant de qui nous sommes… et en cherchant en soi…

alors, un des grands mérites de ce documentaire, s’il nous a permis de se souvenir de cette période rock n roll et sexy et full metal jacket, a été de ramener Osho in the news… même si ce sont des événements rocambolesques qui sont au coeur de ce ravivement d’Osho, peut-être que certain(e)s découvriront une parcelle de lumière en eux et elles aussi et seront piqués dans leur âme à aller explorer la lune…

vive les spiritual gangster !

Capture d’écran 2018-04-14 à 09.34.12.png

9 réflexions au sujet de « ce doigt qui pointe la lune »

  1. joss0ne

    Moi j’ai aimé ça pouvoir séparer l’homme de l’enseignement, de descendre Osho de son piedestal cosmique où on l’avait mis et enfin constater qu’il était un homme avec ses ombres lui aussi. Cette déification a fait perdre la raison et entrainer des femmes totalement amoureuses de lui de faire ce qu’elles ont fait : faire arriver la vision d’Osho coute que coute. Y a juste des femmes qui pouvaient se rendre jusque là. Le seul gars de la gang (le maire) les as vendues en négociant avec le gouvernement pour acheter sa liberté.

    Répondre
      1. Sou

        Merci Ati , je te trouve toujours l’amoureux fidèle d’Osho , avec une grande gratitude . xoxoxo Sou

  2. Prashanti

    L’ombre et la lumière ….d’avoir un maître spirituel.
    Je le remercie chaque jour d’être présent dans mon coeur.
    Cette expérience (à Pune , pour moi ) a changé ma vie !

    Répondre
  3. Paripurna

    Tu étais parfait pendant cet entrevue. Bravo Ati. Tu lui as bien cloué le bec au spécialiste spécialisé. J’ai bien aimé ton exemple avec les chandelles…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s