bye bye job

68671788_10156232041571946_9058148789621096448_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 9/1/2020

traduction: nous devons être prêt(e) à laisser aller la vie que nous avions prévue afin de vivre la vie qui nous attend… – Joseph Campbell…

après 22 ans de loyaux services, officiellement, aujourd’hui le jeudi 9 janvier 2020 est ma dernière journée d’enseignement… en fait, ma dernière journée de correction, tâche qui, bien sincèrement, me fait abandonner le métier…

il me reste 13 travaux de session – sur 40, petite session que celle-ci – à clancher – car je vais les clancher en ta je vous en passe un papier même si j’enseigne en ligne et virtuellement – et ensuite, basta officiel à ati chargé de cours de l’université de Sherbrooke…

j’ai eu une belle carrière…

6 ans comme chargé de cours à l’université de Montréal au département de criminologie, notamment pendant mes études de doctorat à la fin des années 1990, à étudier et enseigner la relation entre le crime et les drogues… comme je trouvais cette relation créée trop artificiellement (puisque certaines drogues sont classées comme illicites avec tout ce qui en découle, alors que d’autres produits sont agressivement mis en marché avec les résultats qu’on connait), j’ai quitté…

puis 16 autres années à l’université de Sherbrooke au département de santé communautaire de la faculté de médecine – oui m’ssieurs dames – à documenter et étudier et enseigner les divers contextes socioculturels d’usage des psychotropes depuis le début des temps… passionnant domaine de recherche auquel je compte bien continuer à m’intéresser… mais plus de corrections…

dans le cadre de ce cours, on m’avait donné l’opportunité en 2007 de développer un tout nouveau cours qui se donnerait totalement et uniquement en ligne, cours que j’ai dispensé avec bonheur pendant une douzaine d’années et que je laisse à une jeune prof passionnée qui y amènera du jus nouveau… car les temps changent et les choses doivent parfois être rafraîchies…

mais mononc’ati a moins de fun depuis quelques années… il est fatigué, tanné… et il a envie d’autre chose… même s’il ne sait pas quoi encore… on en reparlera…

j’aime encore enseigner mais je suis tanné de corriger… lors de certaines sessions, j’ai eu plus de 140 travaux de session à corriger… 140 x 5-7 pages à lire, noter, évaluer… 140 papiers à lire traitant du même sujet… un gars finit par reconnaître les emprunts littéraires des étudiant(e)s…

tant de correction à faire quand tout ce que je voulais faire était d’amener les gens à penser en dehors de la boîte, à voir les choses autrement, à remettre l’importance du contexte dans la balance, et surtout à se remettre en question face à tout ce que l’on croit savoir…

car lorsqu’on étudie les drogues, on met beaucoup d’importance sur les individus ou sur les substances, mais on oublie parfois que c’est le contexte qui détermine en bonne partie autant les substances consommées, que tout ce qui vient avec, notamment la réponse de la société face à ce dit usage…

au début, j’ai enseigné surtout à des ex, des gens qui ont un passé de toxicomanes et qui, pour continuer à travailler dans le milieu de l’intervention en toxicomanie, devaient se former dans le cadre d’un certificat universitaire… puis les cohortes ont changé… d’ailleurs, l’équipe de l’université de Sherbrooke en toxico a longtemps été l’une des plus reconnue au Québec en ce domaine… et peut-être l’est-elle encore, mais je suis moins impiqué dans mon milieu

car je suis devenu un outsider au fil des ans… je suis devenu un prof virtuel, un avatar… d’ailleurs, ça fait maintenant 12 ans que je n’ai pas rencontré un(e) seul(e) étudiant(e)s en chair et en os… car j’enseigne uniquement en ligne depuis 2007… j’ai même passé quelques hivers à enseigner à partir du Brésil… oui je sais, il y a pire comme job… mais quand même, temps de passer à autre chose…

je vous jaserai probablement de la suite dans certaines chroniques ultérieures…

mais pour le moment, je coupe court ici pour avoir le temps de terminer mes dernières corrections… car ce soir j’ai prévu une sortie souper ciné avec ma fille Fanny (qui est de passage pour quelques semaines avant de retourner au Guatemala pour terminer son stage chez Avocats sans frontières afin d’être consacrée officiellement avocate)… et je veux avoir terminer avant pour que cette sortie en soit une de célébration et de couronnement…

alors à demain chers lecteurs/trices… mais le chroniqueur, lui, est tout sauf triste…

5 réflexions au sujet de « bye bye job »

  1. Yusuf

     » 140 papiers à lire traitant du même sujet…  »
    Cette phrase explique tout le reste !
    Bonne transition cher Ati: Musique, rituels, amitiés… et écriture évidemment !

    Répondre
  2. Ravi

    fasciné par ton audace de sauter …..
    sans filet de sécurité vraiment….
    tu as encore assez d’énergie pour oser… bravo….
    mais peut-être que de ne pas sauter aurait pu être un cul de sac….
    tu es une inspiration pour moi

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s