presque 8 milliards de coeurs

♥♥♥ – 3/1/21
l’amour au temps du Corona… take 2… de l’autre bord de la 20…

êtes-vous tanné(e)s vous aussi de voir le monde s’entre-déchirer devant vos yeux ?

en avez-vous marre de ces toutes prises de claviers ?

écoeuré(e)s de la dissension ? du fait que l’espace public soit devenu un ring de boxe verbale et de chicane virtuellement réelle ? ras le bol des mauvaises nouvelles et des gazouillis d’oiseaux de malheur ?

moi aussi, mais je crois qu’il va falloir apprendre à vivre avec ça les ami(e)s…

car avec l’avènement de toutes ces tribunes, tous ces réseaux de discussion, ces agoras à commentaires divers, ces espaces d’opinions publiques, on voit désormais tout ce qui existait auparavant tout autant, mais qui demeurait caché dans nos têtes, prisonnier de nos bouches et jammé dans nos doigts…

désormais les canons à mots sont sortis de nos bouches et prennent l’air allègrement… méchant bordel…

dorénavant nous sommes outré(e)s publiquement et on a toute la place requise pour exprimer cet outrage sur le tribunal de la justice à air ouverte…

la bataille des mots et des idées sévit…

en ces temps de dissension sociale sur plusieurs fronts, l’une des pires calamités réside dans ces prises de becs et ongles… alimentés par les lutins invisibles derrière leur cap de super zéros de tous alphabits… et analphabêtes

quiconque a une caméra et/ou un clavier, jumelé à un accès de bretelle sur l’autoroute de l’information peut ajouter son ptit gré de sel – et de poivre – dans cette mer de surinformation mérdiatique… ce qui nous donne un méchant party chinois maltraité aux ptits opinions… car beaucoup de temps libre à remplir, de même que d’espaces pour le faire…

les estrades pululent donc nous, les gérants et gérantes de grand chemin et observateurs du monde qui nous entoure – les remplissons… de nos opinions… à partir de nos salons de messages… et on a la couenne molle… et l’épiderme tendre…

à un certain point, on devra apprendre à s’élever au-dessus des emmêlé(e)s de mots dits car on va se perdre dans tant d’idées opposées et extrêmes… mement éclatées…

on va devoir apprendre à reconnaître les mots pour ce qu’ils sont, que des mots… ce qu’ils tentent de dire, les émotions qu’ils tentent souvent maladroitement de transmettre des bâtons dans les roues…

paroles, paroles, paroles chantait la chanteuse… tap tap tap tape le blogueur…

mais sous les mots, souvenons-nous, il y a aussi des coeurs, des coeurs humains, et tous et toutes le même coeur qui bat la chamade… dans cette grande salade de mots suintant d’émotions, d’aspirations et d’inquiétude face à l’avenir incertain pour nous et nos enfants…

sous la cacophonie des mots dits, mots, tapés, mots croisés et cachés, le même désir de connection, de partage, d’appartenance…

car il ne faut pas – pas trop du moins, ou pas que ça – se fier aux apparences des expressions manifestées avec rage et parfois peu de courage…

depuis 10 mois, les gens sont edgy, tendus, fatigués, irrités, tannés… on se pensait invincibles, on faisait des plans jusqu’à l’infini et la vie nous rappelle tout à coup que ce n’est pas comme ça que ça marche la vie… good morning…

espérons qu’après avoir exprimé le trop plein de notre mental un peu malade, la vase retournera au fond du lac et l’eau redeviendra claire… comme nos idées et les actions qui devront être entreprises pour la suite des choses…

en ce moment, on assiste à une grande catharsis, à un bordel de mots collectif, à une fricassée d’idées toutes mêlées… et tout ne fait pas sens dans cette grande fricassée… en fait, rien ne fait sens en ce présent ciel de présence virtuelle… nous sommes émotifs et émotives, mêlé(e)s dans nos idées, brassé(e)s par la vie elle-même… et on a la place pour le dire haut et fort…

on peut blâmer les virus si on veut, mais le numéro 19 n’est qu’un prétexte… et faut que le méchant sorte… et fallait que le beat ralentisse… 10-4, la planète terre appelle les humains… good morning

plusieurs personnes qui n’ont jamais auparavant eu droit de parole l’ont pour la première fois de leur vie et ils et elles prennent le micro… laissons-les parler car le besoin de s’exprimer est fondamental… et la parole est un moulin qui finit toujours par s’épuiser…

et gardons espoir qu’éventuellement, la parole se clarifiera, se purifiera, se rebranchera sur notre humanité collective, sur notre coeur d’humain…

et ces presque 8 milliards de coeurs vont peut-être finir par se comprendre, car au fond de la mer de surinformation, personne n’a jamais ni raison ni tort… chacun chacune n’offre que sa parole… du mieux qu’il et elle peut…

donc presque 8 milliards de coeurs et de bouches, mais aussi et surtout le double nombre d’oreilles connectées à nos coeurs…

paroles, paroles, paroles… de presque 8 milliards de coeurs… à écouter, à sentir et à filtrer…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s