nôbodé’s back

♥♥♥ – 16/2/21
les chroniques d’un nôbodé…

all right lecteurs/trices pas tristes du tout, me revoici me revoilà… nôbodé’s back

après une petite pause chronique d’un peu plus d’un mois, avec une légère rechute coucou de quelques mots la semaine dernière, les doigts me démangent comme on dit… alors de retour au clavier pour gosser du mot et de la lettre… et de l’impression… tac tac tac…

de retour avec une nouvelle série de chroniques intitulée les chroniques d’un nôbodé

nôbodé juste comme ça, car j’aime nommer ces petits amas de mots chroniques, et parce que comme un personnage de Sergio Leone, je ne suis personne, même si mon nom est ati…

personne de particulier du moins… et si une personne, une personne simple et ordinaire, comme tout le monde… aussi unique et différent(e) que chacun chacune d’entre nous… tout simplement…

une personne, ou personne, c’est selon, qui, comme le dit jacques dor en minuscule ci-haut, ne cherche ni ne veut rien… le simple moment tapant épatant (comme le cuir de nos souliers d’enfants d’antan) s’avérant suffisant… que la fluidité du temps qui passe… comme une vague… comme une vague impression de temps…

si pas personne, quelqu’un qui, les yeux ouverts et en toute simplicité, laisse venir à soi l’idée même de la vie, en s’y laissant prendre… un nôbodé sans mission, sans but, sans désir autre que le pur non-désir, ou tout au plus un désir passif et paresseux, un désir fainéant à l’aise dans le néant du sans temps…

prêt à accueillir chaque moment pour ce qu’il est, soit bref et passant et fuyant la permanence… cette pandémie est un excellent guide pour cela… nulle part où aller ailleurs qu’en soi…

un nôbodé réclamant aussi le droit de ne rien inventer de nouveau… alors vous offrant ces chroniques gracieusement, comme dans sans frais et sans faire mon frais, simplement pour ce qu’elles sont… petits amas de mots n’allant nulle part, autant pour celui qui écrit que pour ceux et celles qui lisent… guili guili… qu’ici qu’ici…

tout en étant sensible comme personne à la vie qui s’offre… sensible comme personne, et sensible comme tout le monde, comme toute personne… car je suis persuadé que même les durs de durs et les rough & tough sont tout mous tout mous au centre, au milieu de leur être, plein d’amour et d’affection au coeur de leur être… qu’en surface la façade de glace… mais tout finit par fondre, ou par s’effondrer…

car comme jacques dor, je considère que la vie ne fait que s’offrir à nous… neutre, belle, sans attente, sans pression, telle quelle… on en fait ce qu’on veut… ou ce qu’on peut… ou rien du tout…

contrairement à lui cependant qui affirme que d’un geste, d’un regard, avec délicatesse ou avec rage, on a le droit de cultiver l’art de vivre, plus envie d’être délicat qu’enragé… plutôt envie de regarder ce qui m’enrage quand quelque chose m’enrage… notamment les abus imposés aux enfants, les fraudes envers les personnes âgés, les profits de bidous exagérés de certains et la manque de solidarité devant l’adversité que nous traversons actuellement… car même si pas tous dans le même bateau, tous et toutes dans la même tempête…

mais pour ce qui est de l’art de vivre, oh que oui, pour cela, très envie d’être un artiste de la vie, ou du moins, de le devenir, du moins de plus en plus…

et contrairement à lui aussi qui persiste et signe jacques dor en minuscule en osant affirmer à la fin de son texte sans y ajouter la moindre signature, de mon côté, je préfère rester un nôbodé

signé un nôbodé ben ordinaire…

4 réflexions au sujet de « nôbodé’s back »

Répondre à atisupinodion Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s