Archives pour la catégorie les chroniques du ptit qui

what the fuck @ Standing Rock ?

14907234_10154191056388892_8515282901838545962_n

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////  les chroniques du ptit qui : la CentVingtième

traduction :  laissez-moi comprendre : les forces anti-émeutes de 20 «agences de contrôle» qui n’ont aucun droit d’intervenir à Standing Rock, envahissent une terre sacrée pour mettre sous arrestation et attaquer des citoyens américains, et ce sur une terre ancestrale privée, qui veulent pacifiquement protéger une source d’eau potable au North Dakota menacée par une compagnie privée dirigée par un milliardaire du Texas et ce, aux frais des contribuables ?

14956526_10154769924436995_1560245061308931493_n

de loin, d’ici, on voit ce qui se passe à Standing Rock mais on ne comprend rien, on ne comprend pas… en fait, c’est simple, mais ça ne peut que nous rendre cynique et sarcastique…

injustice, abus de pouvoir, manque de respect…

et pourquoi les médias mainstream n’en parlent à peu près pas ?

nous sommes scandalisés, nous sommes indignés mais que peut-on faire ?

car en roulant dans nos bolides, on contribue nous aussi à cette situation à notre ptite mesure… à moins d’avoir une voiture électrique, ou pas de voiture du tout mais quand même, nous sommes tous et toutes en partie responsables de ce qui se passe à Standing Rock…

une sorte de remake historique d’une certaine façon…  les blancs du coin ne voulaient pas que ce pipeline passe chez-eux ont forcé la compagnie à déplacer leur gros tube plein de bouette sur ces terres ancestrales…

même si cette situation ne concerne pas que les premières nations, c’est quand même sur une de leur cimetière que passe cette source de risque…

difficile de ne pas être en ta… quand on voit ce qui se passe à Standing Rock…

parfois, vous et moi on a même le goût de paqueter nos affaires et d’aller les soutenir sur place, mais parait qu’iil y a déjà assez de monde sur place que ça commence à devenir difficile à gérer… alors on va faire un don, probablement plus utile et nécessaire…

alors ? on fait quoi ?

peut-être le prendre sous un autre angle afin que le message passe mieux ?

on peut toujours essayer… merci mon JP !

la vie telle quelle

14344716_10154497536207731_7504868236841612977_n/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentDixNeuvième

traduction : un secret du bonheur est de laisser chaque situation être ce qu’elle est, plutôt que ce que tu voudrais qu’elle soit, et d’en faire du mieux que l’on peut

simple hein ? mais parfois le plus simple est le plus compliqué en cette vie ici-bas…

simple mais inévitable… car anyway comment ne pas laisser chaque situation être ce qu’elle est ?

oh ! on peut bien continuer à vouloir que la vie soit autrement que ce qu’elle est si on veut… on bien continuer à vouloir que la vie soit telle qu’on la voudrait plutôt que ce qu’elle est, mais on finit par s’épuiser avec le temps…

et je crois que le temps est inévitable pour apprendre ceci et cela…  même s’il n’existe pas ce fichu temps…

mais qu’est-ce que cette vie au juste ? que peut-elle être d’autre que notre perception ?

car la grande vie est si vaste qu’elle a besoin de notre vision pour être perçue car sinon elle passe tout droit… la vie sans perception est-elle trop vaste pour exister sans nous ? si vous en doutez, regardez ça…

pas vaste ça M’ssieurs Dames ? et pas infinissimallement petit aussi..

alors, si nous ne sommes pas là pour voir et percevoir, la vie existe quand même non ? avec ou sans nous… en fait, la vie serait peut-être mieux sans nous, la vie sur terre en tous cas, avec nos si humaines habitudes de tout polluer et tout exploiter…

alors il existe probablement plus de 7 milliards de versions différentes de la même grande vie qui défile en chacun chacune de nous, et devant chacun chacune de nous… et chacun chacune de nous dedans…

car si la vie n’existe pas telle quelle, elle n’existe pas du tout…

on peut bien en faire ce que l’on veut, ou ce que l’on peut, mais la vie continue de se déployer et de se laisser vivre sans chigner…

un secret du bonheur est de laisser chaque situation être ce qu’elle est,

plutôt que ce que tu voudrais qu’elle soit,

et d’en faire du mieux que l’on peut

et faire du mieux que l’on peut, ça c’est notre affaire, notre choix, notre volonté…

faire du mieux qu’on peut, et le faire du mieux qu’on peut…

faute de faire ce que l’on veut, vouloir ce que l’on fait…

et glou et glou et glou

15003250_1833042023605218_4964133081555602244_o////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentDixHuitième

traduction : nous sommes noyé(e)s d’information mais assoiffé(e)s de sagesse

on dit que l’information est cruciale… mais trop c’est comme pas assez…

et en ce moment, les poissons que nous sommes avons de l’eau dans le nez, et dans les yeux, dans les oreilles et jusque dans nos âmes… but it smells fishy

un peu le cas de ce que l’on nomme information…

on s’abreuve parfois d’une eau de qualité douteuse mais ami(e)s… on ne manque pas de sources d’information mais faute de sagesse, utilisons notre discernement car ça nage dans tous les sens…

car on a beau baigné dans une mer d’information, n’oublions pas que les poissons font pipi et caca dans la même eau dans laquelle ils s’abreuvent…

tellement d’information ces temps-ci que tout et son contraire circule abondamment… et on prend ça souvent pour de l’argent liquide…

en fait, on a appris récemment que pendant les dernières érections zaméricaines (excusez la), les fausses nouvelles ont été plus consultées que celles dites vraies… bien plus sexy… plus réconfortantes pour solidifier et consolider nos certitudes… plus spectaculaires dans ce grand reality show… pas étonnant que la masse se soit trumpée aux États Finis…

les informations ? mes informations ? mésinformation…

selon le poste et la source, notre réalité peut être très différente et surtout n’importe quoi… si c’est écrit dans le journal ! sauf que les journaux ferment à vitesse grand V ces temps-ci et sont remplacés par des réseaux so sots… so so cette eau…

d’ailleurs, on a souvent tendance à s’abreuver et à se réconforter aux sources qui assoiffent le plus nos croyances, nos certitudes et nos préjugés…

on a beau savoir ce qui se passe en Syrie, mais que peut-on y faire à part observer ce triste spectacle ? et qui dit quoi ? qui les bons et les mauvais dans cette histoire ?

on a beau voir et savoir les atrocités qui se déroulent à Standing Rock de la part des forces du désordre, que peut-on y faire à part poster notre indignation et notre soutien sur FB ? et faire quelques dons ? et rouler quand même dans nos chars full fuel

on a beau trouvé sans fond les suceurs d’eau assoiffés de Nestlé, tout ce qu’on peut faire est de ne pas acheter leur cochonneries, surtout pas l’eau qu’ils sucent et volent partout et nous revendent…

les sources d’information sont tellement multiples, nombreuses et contradictoires que la valeur ultime ces temps-ci est le discernement, faute de sagesse…

tenez, prenez le pharmachien dont tout le monde en parle depuis quelques jours… héros pour les uns, dangereux vulgairisateur pour les autres… je vois les gens s’obstiner pour ou contre les propos qu’il tient mais personne ne connait vraiment le fond des affaires… car même les études qu’on dit sérieuses et indépendantes sont souvent biaisées et penchent en faveur de ceux qui les financent… et bien souvent, cela dépasse notre connaissance et compréhension…

on aime tant se faire réconforter dans nos croyances, on aime voir une réalité qui correspond à ce qui nous réconforte… on décore nos aquariums à notre goût et les remplit de l’infeau qui nous conforte… pourtant, tellement sain de nager dans les eaux troubles, de confronter nos idées et de se faire confronter par d’autres réalités… mais dérangeant… eau trouble…

rien comme nager à contre courant pour se faire des muscles… car sinon on finit pas tout gober… et  à faire des bulles… et par avoir de l’eau dans les yeux, et dans le cerveau…

alors attention à nos sources, attention où l’on boit, attention à ce que l’on gobe…

ne prenons rien pour de l’argent liquide, doutons de tout, remettons tout en question, surtout ce que l’on croit… doutons de tout, car on ne peut jamais douter de rien, seul le rien est pur… car l’infeau est une construction humaine…

alors discernement et humilité, car bien ignorant(e)s nous sommes tous et toutes…

let’s drink to that… and to this, and that… glou glou glou mes ami(e)s…

good morning

15109430_1493044274046065_8443109570240260443_n///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentDixSeptième

traduction : un jour vous allez vous réveiller et vous vous direz : ah ! ce n’était qu’un rêve !

dans ma chronique d’hier, j’ai posté la vidéo d’un scientifique qui annonce très affirmativement que d’ici 10 ans, nous sommes tous cuits vous et moi…

kapout, fini, basta les terriens !

tenez si vous avez manqué…
http://www.newshub.co.nz/world/humans-dont-have-10-years-left-thanks-to-climate-change—scientist-2016112408

probablement aussi difficile à croire pour vous que pour moi cette idée que d’ici 10 ans, we’re all gone ! pas la planète comme telle ni en soi, seulement ses habitants et habitantes… car parfois on ne se considère pas seulement éternels, on se prend pour la planète… mais celle-ci était ici bien avant nous et elle le sera bien longtemps après aussi…

surpris que tout soit possiblement fini d’ici 10 ans mais pourtant, plusieurs d’entre nous ne seront pas ici bien avant ce délai de 10 ans… car la mort est parfois si vite arrivée…

on a vraiment de la difficulté à se projeter dans la mort hein ?

un peu normal pour petit moi que nous sommes tous et toutes et chacun chacune de ne pas s’imaginer éternel… sauf que nous ne serions pas que petit moi; nous serions aussi et surtout full Grand Moi… et full émoi devant la fin de petit moi qu’on croit éternel…

on se pense pris et/ou prisonnier et ière de petit moi et j’avoue que ça prend de la foi en ta pour s’imaginer grand moi…

car on a longtemps considéré être né(e) pour un petit pain, quand au fond nous sommes la boulangerie au grand complet… think big bread sti… de même que farine, eau, levure et tous les autres ingrédients sommes-nous… en fait, nous sommes la famille Boulanger au grand complet mes chers frères er soeurs… sauf qu’au plan environnemental, nous sommes dans le pétrin… et la belle terre se fait rebelle…

cette nouvelle d’un délai maximal de 10 ans – qu’elle soit fondée ou pas – constitue une bonne nouvelle au fond… quel beau wake up call !

on pense qu’on ne mourra jamais… plus besoin de se l’imaginer, on va tous et toutes – peut-être – disparaître avant…

plus d’excuse alors pour procrastiner, pour remettre à demain, time to live now

car plus de plus tard que maintenant… on dit d’ailleurs que les choses ne seront jamais meilleures qu’elles le sont maintenant… the  best right now

alors mes ami(e)s, vivons totalement maintenant, car le temps s’écoule… laissons la vie couler et flower allègrement… et nous avec, et nous dedans…

10-9-8-7-6-5-4-3-2-1………………………………………..

good morning !

sans bon sens, ni mauvais

15079023_10210080823149639_3442381098908399670_n//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentSeizième

traduction : la vie n’a pas de sens… chacun et chacune de nous possède son propre sens qu’on apporte avec soi en cette vie… quelle perte de temps de se poser la question sur le sens de la vie quand VOUS en êtes la réponse… – Joseph Campbell

quel est le sens de la vie ? sens unique dans le cul de sac…

regardez ça et on se retrouve après…

http://www.newshub.co.nz/world/humans-dont-have-10-years-left-thanks-to-climate-change—scientist-2016112408

10 ans maximum à vivre selon le monsieur… peu importe ce que l’on fait ou fera… très possible… plausible du moins…

alors le sens de la vie dans tout ça ?

plus trop trop le temps de le chercher ni d’attendre qu’il nous trouve pour vivre right ? vivre vraiment je veux dire… car on attend souvent Godot… messie messie… ou la mort, ou le bonheur, ou le métro… ou l’âme soeur… ou frère…

on est drôles vous et moi quand même… on cherche le sens de la vie out there, comme s’il nous attendait là-bas, au coin de la rue, quelque part à l’extérieur de soi… out there…

mais cette image d’une multitude de sens personnels qu’on impose à la vie me fait davantage sens… et avec un deadline de 10 ans max devant nous, plus trop le temps de niaiser… ni vous, ni moi… on doit faire du sens maintenant car le sablier coule…

alors qu’est-ce qu’on fait ? on continue de chercher le sens out there ?

ou on plonge en soi et on vit ? et on devient la réponse ?

mais pas parce qu’on s’improvise réponse et que l’on impose son sens que tout fait ou fera sens… makes sense…

on demeure chacun et chacune avec soi-même, avec ses questions, ses doutes, ses interrogations… et on continue à vivre sa vinaigrette pendant le temps que ça dure…

ça fait du sens…

10-9-8-7-6-5-4-3-2-1… sens unique…

help wanted

capture-decran-2016-11-18-a-15-50-53

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentQuinzième

traduction : l’ampoule incandescente n’a pas été inventée suite à l’amélioration des chandelles...
– Oren Haran

ou

si on veut illuminer le monde, ça ne se fera pas avec des bouts de chandelles… ni avec des Trump… car on ne peut continuer à faire les mêmes niaiseries – ni à élire les mêmes gros wannabe semireality politicians misant sur la peur et la fermeture – et espérer que le monde va s’améliorer… ou peut-on ?

moi, je crois sincèrement qu’on va avoir besoin d’aide divine… c’est une menace ou une promesse…

15037320_10154879412502847_8619278428163685700_n

come on down God, we’re gonna need your helppissed off or not…

ou aurait-on plutôt besoin de spirit guides ?

15107438_1004220376356114_6322114490334742116_n

dans ce cas-là, la SAQ sera le paradis et ses préposés nos anges gardiens… car si le ministre de la santé peut se transformer en soeur Angèle et servir de bons ptits plats chauds aux journalistes, les préposés aux bénéficiaires de la SAQ peuvent bien se transformer en esprits saints eux non ?

ou 100 farces, peut-être aura-t-on besoin de l’aide de vrais anges pour voir la lumière ? car ils et elles existent vous savez ? je n’en ai jamais vu mais je sais qu’ils et elles existent… je les sens… ils et elles me parlent régulièrement… mais n’en parlez à personne OK ? on jase là…

15135744_10153928470145766_2934804222314544628_n

car le monde brûle il me semble… du moins c’est ce qu’on dit au bulletin des mauvaises nouvelles…

15078841_10157713609325623_1501843482900130534_n

non sérieusement, il se passe des choses pas catholiques sur la planète en ce moment… et pas qu’Islamiques non plus en fait…

est-ce pire qu’avant ? pas certain… je sais, je ne radote pas, je me suis posé la même question il y a quelques jours… mais toujours pas de réponse… et comme on dit, les questions qui demeurent sans réponse dans la vie sont nos plus grands maîtres… thank you master…

quand je regarde l’état de ce monde, de notre monde, je me demande vraiment quel saut de conscience ça va prendre pour que les choses s’améliorent…  ou s’améliorent-elles et on ne le voit seulement pas ? peut-être mais ça parait pas en tous cas… Dieu, petit cachottier, nous cache bien ça alors, de même que son plan divin… un vrai politicien celui-là…

en tous cas va falloir qu’on s’informe ailleurs que dans les glands médias car selon eux ça va mal en ta… et drôle, mais aucun de ceux-ci ne parle de Standing Rock ?

pourtant… les policiers paratroopers y fêtent la thanksgiving à grands coups de jet d’eau glacée et de balles en plastique sur les protecteurs d’eau désarmés… ni ne parlent-ils des bonnes actions de millions de gens sur la planète…va falloir aller voir ailleurs…

car la majorité des gens que je croise dans mon ptit monde à moi sont de bonnes personnes… alors il faut regarder tout près de soi pour voir le bon et le beau, autour de soi, pour le voir car out there, on dirait qu’on ne trouve que des fous et des catastrophes…

allez je dois y aller… je m’en vais continuer à améliorer mon prototype de nouvelles ampoules qui fonctionnent à l’énergie libre…

vendre dis-tu ?

vendre10565285_730785173662547_3894445390845374552_n

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentQuatorzième

traduction : saviez-vous que le concept de Black Friday est issu de l’esclavage ? en effet, à cette époque, le lendemain de  l’Action de Grâce, les commerçants vendaient leurs esclaves à rabais afin d’aider les propriétaires des plantations avant l’hiver (pour couper et corder le bois de chauffage, hiverniser, etc.), d’où le nom…

pourquoi il est Black ce Friday ?

concept purement étazunien, certaines théories affirment qu’on le dit black parce que c’est le moment où les commerçants commencent réellement à faire des profits, sortant du rouge vers le noir sur leurs fiches comptables…

moi, je crois davantage à la théorie avancée plus haut… car white is white… et nous connaissons un peu le passé peu glorieux du white man… autant face au peuple qu’on dit noir qu’au peuple qu’on dit rouge…

et quand je regarde ce qui se passe à Standing Rock et le silence radio que les blancs médias dits grands ont choisi de maintenir face à cette aberration répressive, on pourrait aussi parler de red friday en ce moment…

et ne nous trumpons pas, aux USA, le blanc, s’il est moins fort et déterminant qu’il a déjà été, ce blanc n’est pas mort, loin de là… même qu’il a pris ptite teinte orangée en même temps que de la vigueur depuis quelques semaines…

alors en ce vendredi fou, mais pas plus fou que le monde dans lequel il s’inscrit, une grosse dose d’arcencielité, pour qu’on en voit de plus en plus de toutes les couleurs, pour qu’on colore le monde qui nous entoure car il nous semble un peu sombre et drabe ces jours-ci le monde…

mais que sombre et drabe si on ne regarde que les actions humaines, car lorsqu’on regarde le monde autour de soi, le monde il n’est pas si sombre…

et si on observe la nature, de nombreux miracles se produisent quotidiennement devant nos yeux… et ces jours-ci, ne sous-estimons pas le blanc qui recouvre les arbres… car le blanc inclut toutes les couleurs…

alors au lieu de faire sonner les caisses enregistreuses, faisons résonner nos coeurs haut et fort de toutes les couleurs…

et en conclusion, arcencielement, un poème contemplatif de Birago Diop, écrivain Sénégalais décédé le 25 Novembre 1989, via mon amie Jojo…

SOUFFLES

Écoute plus souvent
Les choses que les Êtres
La voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’eau

Écoute dans le vent le buisson en sanglots :
C’est le Souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.

Les morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’arbre qui frémit,
Ils sont dans le bois qui gémit,
Ils sont dans l’eau qui coule,
Ils sont dans l’eau qui dort,

Ils sont dans la case, ils sont dans la foule :
Les morts ne sont pas morts.

Écoute plus souvent
Les choses que les Êtres

La voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’eau.

Écoute dans le vent
Le buisson en sanglots :
C’est le souffle des ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la terre
Qui ne sont pas morts.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le sein de la femme,
Ils sont dans l’enfant qui vagit
Et dans le tison qui s’enflamme.

Les morts ne sont pas sous la terre :
Ils sont dans le feu qui s’éteint,
Ils sont dans les herbes qui pleurent,
Ils sont dans le rocher qui geint,
Ils sont dans la forêt,
ils sont dans la demeure,

Les morts ne sont pas morts.
Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres

La Voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’eau.

Écoute dans le Vent
Le buisson en sanglots,
C’est le souffle des ancêtres.
Il redit chaque jour le Pacte,
Le grand Pacte qui lie
Qui lie à la Loi notre Sort,
Aux actes des Souffles plus forts

Le Sort de nos Morts qui ne sont pas morts,
Le lourd Pacte qui nous lie à la Vie.
La lourde Loi qui nous lie aux actes
Des Souffles qui se meurent
Dans le lit et sur les rives du fleuve,

Des Souffles qui se meuvent
Dans le Rocher qui geint et dans l’herbe qui pleure.
Des Souffles qui demeurent
Dans l’ombre qui s’éclaire et s’épaissit,
Dans l’arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit

Et dans l’eau qui coule et dans l’eau qui dort,
Des Souffles plus forts qui ont pris
Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,
Des morts qui ne sont pas partis,
Des morts qui ne sont plus sous la terre.

Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la voix de l’eau.

Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots,
C’est le Souffle des ancêtres

et parlant de Standing Rock :

http://www.huffingtonpost.com/entry/injustice-at-standing-rock_us_58337cf6e4b0d28e5521542c?

trop fatigué pour lire ?

15171157_1326109574086512_3533845070043777890_n

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentTreizième

salut lecteur/trice…

trop fatigué(e) pour lire ? ça tombe bien, car moi j’écris fatigué ce matin… alors je vais écrire en silence, car en plus de le parler ce dit silence, il s’écrit aussi…

alors lis ça lecteur triste et fatigué des mots… lis lectrice lisse, mais ne miss pas le sens… car nous sommes bilingues toi et moi… nous parlons avec la langue dans le vin aigre… I write english but I french very well… des mots pleins de rien sur le bout de la langue en glaise…

relaxe ami(e), prends ton temps car je te donne le mien…

lis bien mais surtout entre les lignes, vois et sens derrière les mots, interprète comme tu veux les points sur lazy, les barres sur les thés et roule les boules des b, d et des p… et si tu, grand dieu, caresse même les fesses des s et des déesses de l’alphabet…

car ce matin je ne dirai rien…

je vais écrire en silence, le décrire, le crier même par mots et par agraffe… mots dits et gris pour ne rien dire en ce matin blanc de partout…

car tanné le chroniqueur de parler pour parler, d’écrire pour tenter de dire quelque chose…

envie de parler pour ne rien dire, juste pour le plaisir…

écrire pour ne rien dire, pour dire rien… rien qui vaille, rien qu’il ne faille, écrire dans le vide, d’écrire et décrire du vide… écrire et décrire pour vider le sens et emplir les mots de silence… denses les mots, dansent les mots… enchantés… par la musique silencieuse…

sincèrement et silencieusement, j’aime de plus en plus me fermer la boîte à mots…

alors j’écris du vide, dans le vide… je pitche mes mots nonos dans le cybersapce et peut-être les rattraperez-vous ? ou peut-être qu’ils vous échappent ?

mon nom de clavier est oh vide et mon nom de plume est candide… candide ovide de val-david… la tête so vide de sens mais le coeur si plein du rien… et mon âme is notes… dring dring pow wow ! ah jouer avec les mots… de la musique à mes orteils…

j’adore et je dore le silence qui est d’argent, alors je le garde et le regarde… j’aime l’observer ce dit silence car il est sans mots dits et sans bon sens… il est partout et si lent… et si dense…

plein de jeux de mots ici, que vous pognez ou pas, et qui vous jouent des tours de rien…

en fait, même si j’écris comme je respire, je préfère le silence aux mots car ce silence m’inspire… en fait c’est le silence qui inspire ses mots, avant que je n’expire une fois pour toute… inspire, expire, respire, pas pire…

je préfère le silence aux mots dits, qu’ils soient gros ou de trop… qu’ils soient mots dits ou gentils… et si les mots doivent être, qu’il soient drôles et joueurs, car sinon les mots sont lourds d’inconséquences… heavy d’incohérence…

le silence est roi autour d’ici… et la musique, sa reine…

et pour exprimer l’inexprimable, après le silence, vive la musique, live ou morte, basse ou forte, bass ou haute, ou autre…

15181239_1355401094479537_8643744218809877489_n

car que ce soit par mots ou par notes, silence or not, réside toujours le silence derrière les mots… or not…

et toujours le silence est pur amour… l’amour, toujours l’amour… l’amour avec un grand tas…

15220143_10153977275880913_7648899255574011322_n

alors, voici des mots et des notes, mais surtout de l’amour… de l’amour amor…

époque puckée

15078841_10157713609325623_1501843482900130534_n

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentDouzième

quelle époque hein !

mais quelle époque ?

pire que le Moyen-Âge celle-ci vous trouvez ?

pire que les années 14-18 ?

pire que la période 39-45 ?

pire qu’avant vraiment ?

quoique si on avait eu Facebook, Twitter, Instagram et les intelligents téléphones caméras au temps des exécutions, des écartellements et des coupages de tête sur les diverses places publiques, pas certain qu’on aurait considérer ça comme le bon vieux temps !

make America great again vous dites ?

how about

14993441_10155466175028957_6043643211023752318_n

plutôt ?

kind le monde entier tant qu’à y être…

car il y a Standing Rock, la Syrie, l’Afghanistan, l’Irak, les fous d’Allah et de Donald, les dealers de guns, le réchauffement de la planète (et le bizounage de la manette), la haine dégoulinante sur les divers réseaux asociaux, les animaux qui disparaissent comme la glace qui fond à vue d’oeil et autres tutti quanti catastrophiques et apocalyptiques…

mais la planète est-elle vraiment en feu ? et pire qu’avant ?

ou est-ce simplement human sillyness and bizziness as usual ?

ou est-ce plutôt un passage obligé qui nous conduit vers du mieux et du meilleur, du plus beau et du plus humain ?

comme on si on étirait en ce moment tous les extrêmes ? c’est le bouttt au-delà du bouttt…  le boutt d’la marde malade…

et si la planète est en train de brûler, pouvons-nous être des pompiers ? ou ne sommes-nous que des spectateurs/trices ?

de toute façon, les fausses nouvelles sont plus sexy et davantage regardées que les vraies… mais vrai ou faux, est-ce une vraie question ? ou un faux débat ? en tous cas ça suscite de vrais combats haineux… qu’on devrait sûrement remplacer par des ébats amoureux…

on regarde le monde aller à partir de nos ordinateurs interpersonnels et on se fait une idée, une image…

on se scandalise à partir de nouvelles arrangées par les gars et les filles des vues, on se formalise à partir de photos souvent photoshoppées, on fonde notre information sur des sources plus que souvent douteuses…

mais on fond on en sait peu de ce qui se passe vraiment, et on en fait encore moins…

on a des opinions sur tout mais on en sait si peu surtout…

le même monde dans lequel chacun et chacune vit qu’on peut interpréter différemment… les mêmes points mauves et turquoises qui se déplacent devant nous qu’on peut voir comme ci…

15094954_10157726265465623_79964814659935840_n

ou comme ça…

15107475_10157726265885623_842300998758471663_n

quand même toute une époque dans laquelle nous vivons… un monde à numéro…

une époque puckée, une époque fuckée… ou une époque lucky ?

have a good day anyway mate !

première neige

308697_10151149820632797_2058848908_n.jpg/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui : la CentOnzième

ça y est c’est blanc, c’est parti… oh, en ville que très peu probablement, mais ici dans le Pays d’en Haut, c’est autant que ça… oui oui… on a même aperçu hier après-midi un autobus de touristes japonais venir yeuxter ça ici dans notre rang… photo à l’appui…

en fait, ce n’est pas notre première neige ici car on s’était réveillés dans le blanc il y a quelques semaines, avant même l’Halloween… mais ce n’était pas resté… mais là c’est peut-être ici pour rester… le monde est devenu blanc autour de moi…

quand on était petits, il neigeait autant que ça… vous vous en souvenez ?

les bans de neiges étaient hauts comme ça dans le temps, et encore plus hauts que ça même… notre pays était vraiment un hiver en ce bon vieux temps… de nos jours, que des hivers de moumoune… que des semblants d’hivers…

allez… je dois vous quitter prématurément ce matin… il faut que j’aille pelleter mon entrée si je veux sortir d’ici… alt esc delete & enter…

mais avant, un ptit café à la voie latté…

13346986_10154269231816983_2726091615917281130_n