les mots vers le courage… 26/8/2012 – 2

je suis en train de mûrir… ne riez, pas vous aussi…

pas en train de mourir, non non, mûrir, comme dans vieillir avec grâce, comme dans maturer, comme dans se bonifier avec les années, comme le vin, comme une guitare, comme un bon fromage…

comme apprendre la patience… lentement mais sûrement, parfois rapidement et dûrement, le labeur porte fruit… la récolte fleurit, grandit, bénit…

en fait, nous sommes tous et toutes en train de mûrir, jeunes et moins, en train de mûrir de vie, mûrir de gris, mourir de rire…

pas en train de pourrir j’espère, ni d’ennui, ni de survie, ni par dépit ni crédit…

ni en train de courir, ni à pied ni en train, ni en train de prendre le temps à son cou pour se prendre avec… vite vite vit faut vivre…

pas en train de sûrir, comme le vieux lait qui veut se faire yogourt… non, sûrir comme la crème,  comme la crème de la crème… beurré des deux bords… barraté carré…

l’accumulation des années d’expérience est riche et précieuse… elle ne s’achète pas, elle ne prend pas place dans la sphère horizontale, non, c’est plutôt sur le vertical que ça se passe… si le corps est l’horizon, l’âme et l’esprit sont l’ascension, l’élévation…

la beauté de l’expérience qui s’intègre, qui se bâtit, qui prend place dans le corps et qui ralentit le tempo, pour s’assurer que l’on prenne le temps qui ne passe jamais tout à fait de toute façon… le temps reste… fait du sur place, reste de glace…

un matin, on est bébé, et un moment donné, on se rend compte que l’on est devenu un(e) elder de corps et d’esprit en devenir… on naît né… cessairement et inévitablement à chaque jour… rené un jour, renée toujours… rené et renée d’amour…

chaque inspiration nous meut… nous pousse et nous élève… nous fait marcher notre parole, nous fait parler chacun de nos pas… chaque expiration nous rend plus mûr, plus soi, moins dur de moi, plus sûr de soi et moins sûr du moi…

le temps qui ne passe pas et qui nous rend de plus en plus impeccable… quel beau mot non? impeccabilité…

impeccable comme dans parfaite imperfection, dignité, fierté, courage d’être totalement soi-même, seulement soi-même, tellement soi-même que l’on devient du coup le monde entier… et le monde devient entier, le monde devient nous, le monde entier nous vient et devient… plus beau et invitant… et inspirant… et plus vivant… et plus puissant… comme dans pouvoir…

si le temps ne passe pas, alors plus  de temps à perdre, l’impecabilité nous appelle… youhou… par ici… marche ta parole, parle ton pas, ta cadence… à ton rythme, à ton beat…

yo…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s