le monde dans tous nos états

♥♥♥ – 20/3/21
les chroniques d’un nôbodé…

traduction: quelqu’un me demandait : n’est-tu pas préoccupé par l’état du monde ? j’ai pris une grande respiration puis j’ai répondu : ce qui est le plus important est de ne pas laisser l’anxiété ressentie en lien avec ce qui se passe dans le monde remplir son coeur… car si notre coeur est plein d’anxiété, on tombera malade et on ne pourra pas aider… – Thich Nhat Hanh

quelle évidence… car on ne voit le monde qu’à travers nos yeux et notre coeur…

et pourtant…

on se laisse souvent envahir par nos lunettes d’émotions et de croyances face à ce qui risque d’arriver… le meilleur, mais surtout le pire… car oui, ainsi les humains, on espère souvent le mieux mais on craint encore plus souvent le pire…

certain(e)s sont en colère contre ou angoissé(e)s par les politiciens, grosses pharmas, scientifiques et médecins et leurs mesures sanitaires, d’autres contre les pollueurs et les décideurs qui ne décident pas suffisamment justement…

certains réagissent avec vigueur contre les pro vaccins et pro masques, alors que certains font de même envers les antis… bataille d’étiquettes…

avec une certaine part de raison, on peut concevoir et réaliser que le monde est en chaos et en ébullition… ça chauffe, ça bouille… dans le monde et en nous… et dans les aires publiques… emotions are in the air

personnellement, l’environnement m’inquiète davantage que les mesures de contraintes ne me pèsent sur les pitons… alors je respire, et je regarde… moi tout d’abord, et mes émergences… et je contemple ce que je pourrais faire personnellement, puis peut-être collectivement, afin d’aider le monde en ce sens…

mais en même temps, je comprends les gens qui sont plus engagé(e)s que moi par les réactions que le monde extérieur suscite en eux et elles… et qui veulent agir sur le monde

notamment les parents avec de jeunes enfants, mères mono en particulier, les gens du milieu médical, de l’éducation et du service social, les décideurs qui doivent prendre des décision qui seront inévitablement contestées par une part de la population, bref ceux et celles qui ont les deux pieds et mains dedans…

et particulièrement ceux et celles dont l’emploi ou l’entreprise est à risque…

car certain(e)s d’entre nous se situent plus à l’extérieur de la game sociale, salut Boomers, plus spectateurs/trices qu’acteurs/trices… spectateurs/rices ou gérant(e)s d’estrad…inaires… salut Sol… ces glands savants qui savent et connaissent tout, mieux que les expert(e)s… et qui le proclament haut et fort… parfois en MAJUSCULES sur leur mur du son…

mais c’est évident, que LA chose à faire est de respirer dans son coeur… quand on a le temps et le luxe… ce que plusieurs ne semblent pas avoir, ou savoir…

pour les prochains jours printanniers, on nous annonce du beau et du chaud… selon les experts, un peu inquiétant justement que ça soit aussi chaud…

mais comme c’est ce que la vie nous offre pour le moment, profitons-en…

et pendant qu’on boira du soleil, profitons-en aussi pour laisser mariner sur le rond d’en arrière de notre conscience et faire place à quelques pistes possibles afin d’apporter notre contribution à la société… pour le bien du plus grand nombre…


bonne heure pour respirer…

__________________________________________________________________________________________

Tant qu’il n’y a pas de paix en vous, il n’y a pas de paix dans le monde, parce que vous êtes le monde, vous êtes la terre.

L’histoire de la terre est tout ce qu’il existe de la terre et au-delà, il y a un monde ?

Pas avant d’avoir ouvert les yeux et de dire je, Je me suis réveillé.

Je dois aller travailler. Je vais me brosser les dents.

Jusqu’à ce que le je soit né, il n’y a pas de monde.

Quand le je surgit, bienvenue dans le film de qui vous pensez être.

Prenez le pop-corn, le voici !

Si vous investiguez et que le je apparaît, il n’y a pas d’attachement.

Ce n’est qu’un excellent film.

Et si vous n’avez pas investigué, le je apparaît, il est identifié par le corps, vous pensez que c’est réel, vous pensez qu’il y a un je.

Pure fantaisie.

Et si vous vous y attachez, si vous pensez que vous êtes cela, vous voudrez peut-être investiguer.

– Byron Katie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s