Archives pour la catégorie Les chroniques du Padrininho

Bye Bye Bagiya Yumiko

79242430_3588298801200182_5111642404510267897_n.jpg

♥♥♥ – 30/6/2020

l’amour au temps du Corona / Bye Byegiya…

traduction: les gens se demandent ce qui arrive après la mort… vous devriez plutôt vous intéresser à ce qui arrive maintenant, entre la naissance et la mort… car à la mort, nous le saurons bien en temps et lieu… mais tout d’abord, vivez cette vie-ci, celle qui est ici maintenant, et si vous pouvez vivre cette vie en toute totalité, vous pourrez faire face à la mort… quelqu’un qui peut vivre totalement mourra de la même façon... – Osho

c’est aujourd’hui, un peu avant midi, que notre amie Bagiya quittera son corps… ou que son corps quittera son âme… différentes perspectives sur ce point…

en ce sens, Yumiko est son nom de naissance et Bagiya son nom d’initiée par Osho…

et hasard bien planifié, cette citation/photo d’Osho poppe up ce matin devant mes yeux… alors je la prendrai comme un signe… de départ… de cette chronique…

car c’est via notre amour pour Osho que nous nous sommes connus Bagiya et nous, ses ami(e)s d’Osho…

et comme c’est souvent le cas lorsqu’un membre de notre communauté passe le pont d’or, je me sens connecté comme rarement à cette communauté, ma communauté (l’une parmi quelques-unes mais la plus fondatrice qui dure depuis 37 ans) qui se révèle précieuse comme rarement, plus que d’habitude du moins… là que je réalise que nous sommes vraiment une famille… de corps et d’âmes…

alors nous serons quelques-un(e)s à nous rassembler aujourd’hui vers 11 h pour méditer, pour penser à elle, pour l’accompagner, pour simplement être avec elle… dans cette mystérieuse transition, dans ce passage qui nous sépare et qui nous unit en même temps…

et en fin de journée, quelques-un(e)s, se joindront à nous pour une veille silencieuse autour du feu pour honorer son passage, sa présence… simples rituels de présence et d’accompagnement bien humbles… car devant le mort, qu’humilité possible…

nous serons quelques-un(e)s ensemble, d’autres par eux et elles-mêmes en leur home, à ne rien faire vraiment… car que peut-on faire pour quelqu’un qui meurt ?

sinon qu’être…

nous garderons le silence, nous chanterons un peu et nous ferons face chacun chacune à notre propre mort, ce que celle de Bagiya nous donne l’occasion de pouvoir faire aujourd’hui avec un peu plus de conscience…

car souvent la vie masque la mort… et pourtant…

relativement nouveau phénomène que celui-ci qui nous permet de savoir d’avance l’heure de la mort de nos proches et ami(e)s… et de nous peut-être éventuellement… dignité oblige… ce qui n’a malheureusement pas été le cas pour plusieurs au cours des derniers mois… privilège d’autant apprécié… dignité retrouvée…

alors trève de mots… et silence en stéréo…

car devant la mort le silence me semble de mise… la simple présence de coeur dans sa plus simple expression s’imposant… respect pour la vie devant la mort…

car nous ne pouvons qu’être humble devant la mort… et nous incliner… avec grâce…

Bye Bye Bagiya… see you now, see you soon, for eternity…

arigato, kon’nichiwa…

Capture d’écran 2020-06-26 à 16.35.35


et avant que ça soit notre tour, petit rappel…

la vie est trop courte pour perdre du temps à vouloir créer un endroit pour soi là où il n’y en a pas vraiment…
pour chercher la chance à l’extérieur de soi quand elle est déjà en toi…
pour te perdre dans les doutes quand la confiance est toujours là, présente…
pour t’accrocher à un amour qui n’ouvre pas les bras…
pour te perdre dans les jeux de pouvoir auxquels tu n’as pas envie de jouer…
pour tenter de t’adapter à ce qui ne fleurit pas…

la vie est trop courte pour la perdre dans les apparences…
pour t’effacer, te plier, te défaire, te forcer…
sois, et abandonne ces luttes que tu ne mènes souvent qu’avec toi-même…
pour enfin faire la paix, être en paix…
et vivre…
à faire ce que tu aimes, avec qui tu aimes, dans un endroit que tu aimes, simplement en étant qui tu es vraiment…

– Alexandre Jollien (traduit et adapté)

visage à trois faces

105707209_10159975309013989_2364536840947301674_n.jpg

♥♥♥ – 29/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

traduction: les Japonais disent que nous possédons trois visages: un premier que l’on montre au monde entier… un deuxième, qu’on ne dévoile qu’à ses proches, ami(e)s intimes et à sa famille… et le troisième, que l’on ne montre à personne… et celui-ci est le reflet original de qui nous sommes fondamentalement

je ne pensais pas écrire en mentionnant notre amie Bagiya ce matin… voulant plutôt la laisser tranquille sans la déranger avec ces ptits mots dits… je voulais lui laisser tout son espace d’intimité pour se préparer à partir… demain, vers midi…

mais depuis vendredi, presqu’uniquement à cela que je pense et suis habité par

comme si sa mort à venir est venue réveiller la mienne, du moins la possibilité de la mienne… la certitude de la mienne… car la mort de nos ami(e)s chatouillent la nôtre, la mort de nos proches nous rapprochent de la nôtre justement… et nous unit…

comme si la spectre de la mort à venir de notre amie prend toute la place dans ma vie en ce moment…

comme si la mort prévue de Bagiya était venue remplir ma vie d’une certaine urgence de vivre, une immédiateté dans chaque instant…

cosmic wake-up call

mystérieuse cette mort à venir… qui en fait est déjà ici… qu’une question de temps… et comme le temps n’existe pas dit-on, right here right now…

le but ultime de la vie dit-on que cette mort à venir…

et on dit aussi que l’on meurt comme on a vécu…

un peu pour cela d’ailleurs que je considère qu’il y a une certaine justice en ce bas monde…

et ceux qui exploitent leurs frères et soeurs de leur vivant, ne pensant qu’à eux, à leur propre bien, doivent vivre avec les conséquences de leurs gestes… et devront mourir avec les fruits de leur récolte…

mais qui suis-je pour imaginer ceci… la vie se chargera bien d’appliquer cette justice en temps et lieu… pour chacun et chacune de nous…

ainsi, je ne pensais pas écrire en ayant autant Bagiya en tête, au coeur – ni aux doigts – ce matin, mais je soupçonnes que d’ici demain elle ne fera que m’habiter de plus en plus… comme elle sera très présente pour plusieurs de ses ami(e)s proches, intimes et sa famille aujourd’hui et demain…

mais cette citation à saveur nipponne a poppé dans mon écran… et j’ai choisi de la voir comme une ptit signe coquin du destin, un tantinet taquin… un ptit coucou Bagyen…

alors deux de ses trois visages seront très présents pour plusieurs d’ici demain… celui qu’elle a montré au monde, le visage de Yumiko, son nom de naissance…

mais pour moi, le visage dont je me souviens le plus est celui de Bagiya, celui que j’ai pu apercevoir dans quelques moments privilégiés et qui a pu se révéler sur notre chemin commun avec Osho… le visage de son coeur…

tandis que le troisième, son visage originel, celui de son âme, nous ne pourrons que le deviner, le sentir, le porter dans notre coeur…

mais peut-être qu’au fond, ce troisième visage, sans formes précises, c’est notre visage à tous et toutes et à chacun(e) de nous… peut-être le visage de Dieu ?

so happy good last full day dear Bagiya… we are accompanying you, dancing with you, singing with you… para sempre… for eternity… right now… see you soon… if not right now…


Never belong to a crowd…
Never belong to a nation…
Never belong to a religion…
Never belong to a race…
Belong to the whole existence…

– Osho

partir retrouver le maître

Capture d’écran 2020-06-27 à 08.10.47.png

♥♥♥ – 28/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

j’ai appris hier via notre amie S. qui est en quelque sorte l’accompagnante ultime dans notre famille d’Osho, que notre amie Bagiya, qui est sur le quai du grand départ, a dû être amenée à l’hôpital hier, mais qu’elle a insisté pour retourner à la maison pour y passer ses derniers jours ici-bas en son corps… départ prévu mardi…

hier, lundi et mardi, deux amis intimes de Bagiya étaient et seront à son chevet, alors que c’est S. qui sera à ses côtés aujourd’hui…

depuis vendredi, lorsque j’ai appris la nouvelle du départ à venir bientôt de Bagiya, je pense beaucoup à elle… j’allais dire je ne pense qu’à elle, ce qui n’est tout à fait le cas, car d’autres petites pensées et émotions plus triviales me traversent aussi la caboche… mais le background de mon esprit et de mon coeur est occupé principalement par notre amie… comme ça l’est probablement pour plusieurs autres ami(e)s de Bagiya ces jours-ci…

we are family ! all our friends, Bagiya, Osho and me… tralala…

alors autour de quoi d’autre écrire ces jours-ci ? car  face à la mort imminente, tout perd son sens… son sens habituel du moins…

quand une amie est le quai ainsi, à quoi d’autre réfléchir qu’à la mort, à l’ultime passage, aux aux revoirs de ce corps qui nous a si généreusement porté… à notre conception de la mort…

et la mort d’un(e) ami(e) nous renvoie inévitablement à notre propre mort…

on dit souvent que nous ne sommes qu’un…

mais bien humblement, la mort nous indique que nous sommes aussi séparé(e)… chacun et chacune en relation avec notre propre corps, notre propre ptit char de chair personnel, ce véhicule qui nous trans porte en cette existence… qui nous porte jusqu’à la transe…

oui, peut-être bien que notre essence est une, unique et unifiée au centre du coeur, au coeur de la vie, en Dieu, name it… mais notre chemin est très personnel.. on nous dit souvent de ne pas prendre les choses trop personnel, mais vous direz ça à quelqu’un qui s’apprête à quitter son corps… caca de taureau…

et d’une bien mystérieuse façon, si on se questionne parfois sur le rôle d’un maître spirituel, c’est lors de la mort qu’il semble se révéler plus pertinent que jamais…

dans mes yeux et ma ptite tête de pinotte de mortel not yet déclaré au bout du grand chemin, je considère Osho, notre maître à plusieurs de nos ami(e)s, comme un portail, comme un refuge… qui n’a jamais vraiment été un corps en tant que tel, mais davantage une inspiration, une lumière qui shine so bright dans nos coeurs, nous qui l’avons croisé d’une façon ou d’une autre en cette existence terrestre…

je me souviens d’une amie, disciple d’Osho elle aussi, il y a quelques années, sur le pas de la grande porte justement et qui avait vécu une période de peur intense juste avant le grand moment, et qui, lorsqu’elle s’était souvenu d’Osho, avait pu relaxer subitement et laisser aller cette courte épisode de petite mort subite…

car un maître, peut-être encore plus quand il ou elle a déjà quitté son corps, est en fait la simple présence en soi de quelque chose de plus que soi, de plus grand que ce corps… comme le rappel d’où l’on vient et où on retourne, comme la fil conducteur de notre âme qui a jadis choisi d’avoir pris corps… pour apprendre différentes leçons…

évidemment qu’on ne peut rien dire face à la mort… tant qu’on ne la vit pas soi-même… et en ce sens, nous sommes tous égos… jusqu’à ce qu’on le vie… alors peut-être que par ces mots, je me fourvoies royalement… je saurai bien peut-être un de ces jours ? ou pas, parce qu’avec la vie, on en sait si peu…

mais pour avoir eu la chance d’accompagner de près ou de loin quelques amies de notre gang qui ont quitté la beach pour le grand large dans les dernières années, les passages de nos amis de gang nous font tous vivre à différentes mesures notre propre mort… à venir…

évidemment aussi que pas simplement parce qu’un(e) autre disciple du même beloved meurt ne nous permet de connaître la mort, le fait d’être présent à un tel processus est riche de sens, d’espoir et d’espérance… comme si le maître reprenait vie par ce processus…

car que ça ait rapport ou pas au fait que l’on ait un jour choisi le même maître – ou plutôt que lui nous ait choisi et que l’on ait pas dit non – nos ami(e)s de la gang qui meurent le font si bien, avec dignité, avec lucidité, et avec humour… on dirait qu’on a finalement appris quelque chose…

en ce sens, chaque ami(e) qui meurt nous enseigne à sa façon…

et ces jours-ci, c’est Bagiya qui le fait pour nous… mieux et plus certainement que Loto-Québec, elle nous rappelle qu’un jour ce sera notre tour…

mais ces jours-ci c’est le sien, son tour, à nous montrer… à se préparer à quitter ce monde dignement… son tour à elle ces jours-ci à vivre probablement le plus grand moment de sa vie… l’ultime en tous cas… en tous cas avec mes yeux d’encore vivant pour le moment qui ne sait pas sa mort imminente… et je suis certain qu’elle le fait avec le plus de conscience possible, avec présence, avec méditativité car c’est le message ultime de notre beloved… en sachant garder une vivacité jusqu’à la fin…

alors chère amie, nous sommes avec toi ces jours-ci…

de loin, full impuissant(e), mais full présent(e), attentif à nos pensées et souvenirs de toi, à l’impact que tu as eu dans nos vies respectives et dans notre vie de gang à-travers nos rencontres et silences, nos célébrations et nos folies de jeunesse…

arigato sweet Bagiya…

we love your love, we love you so…

親愛なる友人と… 永遠に… ありがとう…

Capture d’écran 2020-06-26 à 16.35.35.png
♥♥♥ – 27/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…


••• Kon’nichiwa Bagiya, I translated this text in english below if you like to read…


on a appris hier que notre amie Bagiya, qui souffre dans son corps depuis un moment, avait choisi de quitter son véhicule terrestre la semaine prochaine… back to infinity !

strange feeling d’apprendre ça d’avance, comme ça dans son écran par un petit matin ordinaire de juin… et de poster at large pour que les ami(e)s sachent et pensent à elle…

et en même temps, good feeling d’avoir le temps de se préparer, de prendre ce temps en ces quelques jours à venir pour penser à elle, simplement être ici avec elle, présent en pensées et en émotions, et tenter de sizer un peu le feeling qu’elle peut ressentir elle, même si mission pas vraiment possible… car même si nous sommes UN, chacun(e) son corps, chacun(e) sa route…

quoi faire d’autre que de simplement l’accompagner en pensées et en présence… humblement, mais présemment, avec le plus de présence qu’on peut incarner…

et lui écrire quelques mots pour faire contact, humblement, simplement…

on ne se fréquentait plus au quotidien Bagiya et moi dans les dernières années… mais il y a plus d’une vingtaine d’années, à son arrivée au Canada avec Jean, ils ont passé quelques étés à l’auberge du Lac Carré avec nous, membres de la famille pour toujours depuis… depuis, nous nous croisions ici ou là car nous sommes de la même famille Osho, la gang d’Oshos… famille locale et internationale…

Bagiya a apporté à notre communauté occidentale une touche de finesse Orientale, une touche de Zen avant que le Zen ne soit un style, une mode… et on a même appris quelques mots au fil du temps, que l’on oubliés pour la plupart depuis malheureusement… mais restent anyway konichiwa, arigato, ogendudesuka…

ce prochain départ du corps de notre amie me fait me rappeler un moment particulier vécu avec elle dans le cadre d’une récente retraite Satori il y a quelques années…

un moment magique… d’une grande simplicité d’être, sentie et ressentie par deux personnes, simultanément… un moment d’éternité… qui perdurera pour toujours dans mon coeur, même quand son âme se sera glissée tout doucement hors de son corps mardi prochain, et même quand j’aurai levé les pattes moi aussi dans quelque temps…

un moment inscrit quelque part dans nos coeurs respectifs dans les annales Oshoiques…

car c’est par le biais d’Osho, grâce à notre beloved Master, que nous nous sommes rencontrés… c’est par notre amour pour Osho que nos coeurs se sont reconnus… et par la musique aussi car elle aussi, comme Jean Leloup, elle jouait de la guetare… ou était-ce davantage de la basse Bagiya que tu jouais ?

au fi des dernières années, quelques ami(e)s de notre gang d’Oshos ont fait leur passage… notamment Amala et Paule autour de qui nous nous sommes rassemblé(e)s et, à chaque fois, c’est toute notre communauté qui se rassemble en coeur avec nos ami(e)s qui quittent… comme si elles allaient préparer les lieux pour le party à venir…

alors pour ces quelques jours à venir, nous serons quelques centaines et milliers d’ami(e)s et parents à garder Bagiya en pensées et en coeur… et mardi, alors que Devaprem et Anadi (et une autre amie intime) seront à ses côtés pour le départ au grand large, nous serons quelques-un(e)s en différents lieux à méditer en compagnie de notre amie, sachant que les amarres de son âme se délesteront de son corps et qu’elle retrouvera son ultime liberté… et Osho up there peut-être !

Bye Byegya !

avec toi chère amie… para sempre… arigato…


we learned yesterday that our friend Bagiya, who has been suffering for a while, had chosen to leave her body next week … back to infinity !

strange feeling to learn it ahead of time, like that on his screen by an ordinary morning in June … and to post the news at large so that the friends can know and think of it …

and at the same time, good feeling of having time to prepare, to take this time in these next few days to come to think of her, just to be here with her, present in thoughts and emotions, and to try to get a little the feeling that she is going through herself, even if not really possible … because even if we are ONE, each one his/her own body, each his/her own route…

what to do other than simply accompany her in thoughts and in presence … humbly and with the most presence that each one of us can embody… feeling her…

and write a few words for her, to make contact, humbly, simply …

we no longer saw each other on a daily basis Bagiya and I in the last years … but more than twenty years ago, when she arrived in Canada with Jean, they spent a few summers at the Auberge du Lac Carré with us, and we became a family forever… since then, we met here and there because we were in the same Osho family, the gang of Oshos … local family, but also an international one…

Bagiya brought to our community a touch of Oriental finesse, a touch of Zen before Zen was a style, a fashion… and we even learned a few japanese words over time, most of which we have unfortunately forgotten since then … konichiwa, arigato, ogendudesuka …

this next departure from the body of our friend makes me remember a special moment with her as part of a Zen retreat based on koans that we experimented a few years ago…

a magical moment… a great simplicity of being, simply felt by two people, simultaneously … a moment of eternity… which will last forever in me, even when her soul has slipped quietly out of her body next Tuesday, and even when I will kick the bucket myself in a little while crocodile…

a moment registered somewhere in our respective hearts in the «Oshoic annals»…

because it is through Osho, our beloved master, that we met … it is through our love for Osho that our hearts have met and recognized each other… and through music also as like Jean Leloup, Bagiya used to play the «guetare» … or was it more bass Bagiya that you played ?

in the past few years, a few friends of our gang from Oshos have made their passage to the other side of the veil … including Amala and Paule around whom we have gathered and, each time, it’s all our community which gathers in heart with our friends who leave … as if they were going to prepare the places …

then for these few days to come, we will be a few hundred of friends to keep Bagiya in our thoughts and in our heart… and Tuesday, around noon, while Devaprem and Anadi (and another of her close friend) will be by her side for the big departure offshore, some of us  will be apart and together with her in different places to meditate in the company of our friend, knowing that the threads of her soul will leave her fragile body and that she will find her ultimate freedom…

Bye Byegya!

with you my friend … para sempre… arigato for your presence in our lives…


Coming Home

Capture d’écran 2020-06-27 à 08.10.47.png 

faut que les choses se disent ? ou pas

104741957_3021632127921240_7051183404088347928_o.jpg

♥♥♥ – 26/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

le dire ou ne pas le dire, that is THE question… en fait, ce n’est qu’une parmi des milliards de questions… avec des milliards de réponses possibles…

de nos jours, nous sommes plusieurs à dire haut et fort ce que nous pensons, croyons, voyons… ben voyons donc…

même FB qui me demande à chaque matin

Capture d’écran 2020-06-26 à 08.03.13.png

si tu savais FB, si tu savais… je me garde tant de ptites gênes tu sais…

nous sommes invités à donner notre opinion à propos de tout, et surtout de rien, car tout ce que l’on peut dire n’est rien d’autre que du vent, que le vent du moment… notre perception très limitée du moment présent… du vent du moment…

et si seulement ce vent pouvait tourner plus facilement… car c’est pourtant le propre du vent de tourner et de changer de sens…. ah le sens du vent… let’s go with the flow…

car le vent a la capacité de rafraîchir les choses, les découvrir les dépoussiérer… d’apporter du nouveau, du renouveau…

prenez ce chroniqueur, ça fait 8 ans et 2350 chroniques plus tard qu’il dit tout, n’importe quoi et son contraire, et qu’est-ce que cela a changé ? rien, absolument rrrrien… mais il continue de le dire, sur tous les tons, sur divers tons… parfois un peu toton même… mais faut s’assumer… et tout est dans le ton… le ton du moment…

et quoi que l’on dise, est-ce que cela fera une différence en ce bas monde ?

parfois, vraiment sage de se taire… comme on dit, il faut apprendre à ne pas dire…

qu’on parle ou pas, qu’on le dise ou pas, qu’on l’exprime ou non, les choses demeureront à peu près telles quelles… une voix parmi 8 milliards…

car de toute façon, la majorité des gens qui croient dur comme fer à ce en quoi ils croient continueront de croire comme ils pensent… et désormais, même les divers réseaux leur fourniront matière à réflexion en ce sens unique…

ceux qui pensent autrement – que nous – continueront de penser comme ils pensent quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse…

ces temps-ci, parfois je vois passer des mots et sans voir qui les poste, je peux presque dire d’avance qui les a postés… prévisibilité… qui frôle parfois risibilité quand ce n’est pas la débilité… car on est toujours – ou souvent ? – le débile de quelqu’un…

seuls quelques rares personnes oseront sortir de leur zone de confort pour aller visiter d’autres façons de voir les choses, d’autres conceptualisations, d’autres possibilités de la pensée

mais pour la plupart des humains, la tendance est de se conforter dans une pensée linéaire, prévisible, penser en ligne droite… qui, peut-être, au fil des courbes de l’autoroute de la vie, s’arrondira, se détendra, osera sortir de la voie principale… peut-être…

qu’elle soit mainstream, ou alternative, la pensée requiert twistage et tordage de sens et de possibilités… car si on peut seulement concevoir le monde différemment à certains moments, cela nous montrera que peu importe la façon de penser le monde, tout s’équivaut d’une certaine façon…

car à force de toujours penser pareil, on finit par toujours marcher, à avancer toujours dans les mêmes vieilles traces…

105952428_10157948385075379_4226892740413350215_n

alors, changeons-nous les idées… et switchons de canal… infinies possibilités…

entre passé et futur

Capture d’écran 2020-06-05 à 18.52.02.png

♥♥♥ – 25/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

simple non ?

alors il nous reste à trouver cet espace, cette fente dans le temps entre le souvenir d’un mal passé (ou du moins perçu et souvenu comme tel) et la peur d’un mal futur, une potentielle tragédie à venir et à survenir…

d’ailleurs l’avenir n’est souvent rien d’autre qu’une simple projection du passé légèrement amélioré… arrangé avec le cas des vues… et déjà vu…

passé délesté de ses moments plus difficiles, plus coinçants, plus corsés… car on aime le velours et le velouté… un passé qu’on aimerait à éviter, réinventer, une histoire personnelle amputée de ses traumatismes et de ses zones ayoye, ouch et beurk… car on préfère le menoum menoum… qu’il soit déjà passé, ou qu’il soit à venir…

on dit généralement que si l’on est triste, c’est qu’on vit dans le passé, et que si l’on a peur, c’est qu’on anticipe négativement l’avenir… makes sense…

alors le refuge se cherche et se trouve inévitablement dans le moment… présent… cadeau de la vie…  justice pour tous…

le moment… celui-ci et celui-là, tous ces moments qui passent, qui fuient et filent entre les aiguilles du temps et entre nos doigts, coincé entre les deux points clignotants des horloges numériques…

la vie est un flot qui flow, un courant, une vague… la deuxième et toutes les autres à venir… vagues encore vagues mais qui se préciseront… et peut-être qu’elle viendra, mais peut-être pas aussi… alors on surfera en temps et lieu… si et quand… mais surtout si… si jamais…

mais en ce moment, celui-ci et oups, celui-là aussi, tout bon, tout bon la vie…

tout est parfait, tout ce qui est… comme ci, comme ça… simplement…

car c’est ça qui est ça, toujours ça qui est ça…

alors sur cette sagesse à cinq’cennes… qui ne veut que two-cents en anglais…


Le combat cesse lorsque la vague réalise qu’elle est océan.

Le combat face à n’importe quel phénomène ou situation.

Le combat contre n’importe quelle expérience.

Le combat contre n’importe quel contenu de l’expérience.

Le combat pour l’apparition de certains objets.

Le combat pour la disparition de certains objets.

Vouloir que les choses restent comme elles sont.

Vouloir que les choses soient différentes de ce quelles sont.

Le combat cesse lorsqu’on réalise que toujours,

depuis toujours et pour toujours,

la Vie vit sa vie à sa manière.

Réalise qu’il en est ainsi… détends toi,

et laisse la vie se vivre en toi.

– Daniel Poissant, via Zahora

de bon ton

101144034_10157142543656781_1240185821198286848_n

♥♥♥ – 24/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

traduction: élève tes mots et non le ton… c’est la pluie qui fait pousser les fleurs, pas le tonnerre… – Rumi

peu importe qui a dit ça – car Rumi et Einstein notamment ont le dos large en matière de citations – ceci est juste et beau… juste et bon… juste ton… car tout est dans le ton… plus que dans les mots… tout est dans la manière de dire… bien sûr que tout est dans tout, mais tout est surtout dans le ton… alors le ton est tout…

encore plus justes ces mots après ces quelques orages et la pluie qui les a accompagnés qui ont rendu la si assoiffée terre mère tant heureuse… et les fleurs débordantes de beauté…

en entendant la terre soupirer de soulagement à la réception de cette H2O, on peut saisir encore mieux la portée de ces mots… fine pluie essentielle à la beauté et à la vie…

en ces temps différents, on peut soit regarder à l’extérieur de soi et crier aux – gros méchants – loups, chercher l’erreur et la trouver car on finit toujours par trouver ce que l’on cherche, que ça existe ou pas… et encore plus avec les fameux algorithmes,  nouveaux dieux créateurs du ciel et de la terre et de notre réalité virtuelle – qui calculent à notre place et nous donnent ce que l’on veut voir, confirmant et renforçant ainsi nos multiples biais d’interprétation…

dis-moi ce que tu regardes et je te dirai ce que tu croieras…

on peut tenter de chercher la vérité, sa vérité, en dehors de soi pour justifier ses propos et croyances ou observer plutôt ce que les événements extérieurs suscitent en nous… car pas mal tout est arrangé avec les gars des médias…

observer ce que les événements font émerger en terme de sentiments, sensations, pensées… car on ne peut rien pour contrer les faits qui se produisent à l’extérieur, que choisir comment ils nous sont présentés… et de ne rien prendre pour du cash…

et ensuite, on ne peut que prendre acte, noter, constater… et revenir à soi avec l’information… puis laisser résonner, laisser caler en soi… et porter son regard sur soi, sur le terrain de nos pensées et émotions…

et observer l’observateur/trice… avec bienveillance, avec acceptation de tout ce qui monte, tout ce qui émerge des tréfonds de notre âme…

alors en ce début d’été chaud et sec comme un biscuit soda tout récemment arrosé un peu, en ces temps questionnants socialement, en ce point dans l’univers ou nous sommes si choyés et où les mots sont devenus davantage séparant qu’unifiant, accueillons les fleurs que cette pluie nourrissent…

et choisissons tous nos mots avec soin, ceux que l’on pense comme ceux que l’on dit, et surtout,  prenons soin du ton sur lequel nous les émettons et les diffusions…

parlons aux autres comme nous aimerions que l’on nous parle, comme nous souhaitons nous faire parler… parlons à autrui comme nous aimerions que l’on s’adresse à nous…

communiquons avec soin et respect…

car on peut dire à peu près n’importe quoi, mais souvenons-nous…

que tout est dans le ton, que tout est dans le ton bon…

poupoum poupoum


♥♥♥ – 23/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

beaucoup d’émotions fortes ces temps-ci… alors inspirons par le nez, expirons par la bouche et branchons-nous sur notre coeur… le même seul et unique coeur qui bat partout tout le tour de la boule…

car il y a probablement un sens à cette vie… faut peut-être seulement le laisser nous trouver… ou arrêter de vouloir en trouver un, en se l’imposant à soi ou aux autres…

mais pour ça, faudrait peut-être qu’on arrête de courir partout, de consulter les médias, qu’ils soient mainstream ou alternatifs, et de respirer en profitant de l’été…

allez bon début de summertime and the feeling is easy…

père au faîte grâce à filles

83669748_2600903906630063_6013124879220473856_n

♥♥♥ – 21/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

salut lecteur/trice

désolé mais cette chronique s’adresse plus particulièrement à mes deux grandes filles… mais je te prends néanmoins en témoin… car tu fais un peu partie de la famille…

aujourd’hui c’est la fête des pères… mais pour moi, père au fâite de la fierté papaternelle c’est la fête de ma paire… de filles…

et pour l’occasion, je me suis payé la traite en nous proposant une rencontre à 3, une offre que mes filles auraient pu refusé, mais qu’elles ont acceptée… fiou…

en cette journée spéciale et en même temps comme toute autre et aucune autre, je ramasse ma plus jeune chez sa mère et on s’en va dans l’urbanité de ma plus vieille pour se faire un ptit BBrunchQ (prononcez Bibrunchquiou) ma paire de filles et moi…

j’écris ici, au monde entier, en ce petit matin extra ordinaire d’un été naissant, mais c’est à elles que s’adresse cette chronique, que leur lirai live tout à l’heure… comme apéro ou comme dessert… à moins qu’elle ne passe au BBQ…

alors tadam les voici les voilà ces ptits mot dits…


salut les filles, salut mes filles…

ce matin, je prend ce ptit morceau temps pour vous écrire… ces mots écrits tout à l’heure et que je vous lis maintenant… ati guy lit qui lit… guili guili…

car il plus facile pour moi de vous dire combien je vous aime et vous apprécie par écrit, moins gênant, moins intimidant… tsé les pères, pas toujours évidemment pour nous d’exprimer nos émôtions…

donc il a déjà été une fois… en fait, au moins deux même… sinon plus…

cette aventure de papaternité a débuté il y a 40 ans ago… pas le temps qui papasse, c’est nous je crois… oui papa… ou pas… en tous cas, pas à pas que la vie nous file dedans et dehors…

vous êtes d’ailleurs en train d’apprendre ça vous même non ? non en effet pas nécessairement…

alors, flashback, 1980, encore ti-cul idéaliste et un peu pouilleux de ma personne (aux yeux de mon beau-père de l’époque du moins), on the road dans l’ouest canadien, ne me doutant de rien et doutant d’un peu tout, dont de moi surtout, même pas la vingtaine encore entamée, j’ai croisé par hasard la destinée de Sabera qui s’appelait encore Paule à l’époque… pas pour dire combien les temps ont changé…

nous étions jeunes et fous, un peu nonos même (n’ayons pas peur des mots mon tipèpère, je sais que vous êtes d’accord avec moi sur ce point, mais non non non, ne riez pas trop, car c’est génétique, alors on se garde une ptite gêne, tout ptit tique de gêne)… et comme on dit la folie est génétique, elle se transmet des enfants aux parents…

jeunes et fous donc nous étions, alors que nos quelques rencontres passionnées ont généré une nouvelle vie… disons qu’en matière de précautions, on était loin des masques et de Corona à l’époque… et là, tout là-haut dans les Rocky Mountains, l’âme d’une Léonie s’est incarnée ici-bas… oui baba… tu es née d’un amour de jeunesse chère plus vieille…

après seulement quelques rencontres de coeur (car évidemment on ne parle pas de ces choses-là à ses filles et encore moins au grand public, ni au petit), tu as été conçue et poups, apparue 9 mois plus… je me demandais pourquoi tu m’appelles ainsi Léo, je viens de me l’apprendre (inside joke)…

et ce fut le début d’une bien belle, et un peu fofolle, aventure… qui nous a menés jusqu’ici right now… dans ta cour… avec ta tite soeur en prime…

une aventure qui nous a amenés à apprendre la job de parents, sur le tas et sur le pouce avec toi d’une marre à l’autre, à apprendre à devenir des prenants soins – care takers – nous deux ptit-culs de tout juste 20 ans, et de plus en plus… quand on sème on a toujours 20 ans…

deux kids apprenant à prendre soin de quelqu’un d’autre que soit, à faire pousser une autre vie dépendante de soi, vers l’indépendance… 1980, premier référendum… et à voir la vie éclore sur deux pattes qui ne sont pas les nôtres… ingrate job d’être la plus vieille… sorry l’ainée…

et ici, nous voilà, toi au seuil de ta quarantaine et moi de ma soixantaine, dans ta cour, les 3 ensemble… super fier de toi ma fille…

et toi Fanny, disons que ta vie a été plus normale… quoi que…

considérant nos étés aux quatres coins du lac et sur le balcon de sa vieille auberge juchée sur la colline, eh câline (toujours le mot pour rire le paternel, c’est pas pour rire), on ne peut pas dire que normal (entre italique) est vraiment normal (encore) avec nous, donc pour toi… fille de papaternel oblige… ne riez pas, vous êtes les fruits de cette folie… méchante salade méchantes malades… nouvelles pousses devenues grandes mais un peu fêlées dans le sous-sol…

donc, vie disons plus rangée en apparence pour toi Fanny disais-je, mais un peu fofolle aussi… flyée l’été, rangée l’hiver… bi polaire ça a l’air le petit frère 😉 …

et comme on s’était pratiqués à faire nos gaffes avec Léo, j’imagine qu’on a été obligés de faire de nouvelles erreurs sur ton dos… mais à voir le résultat, 25 ans plus tard, force est de constater qu’on a clairement passer le test… et si la barre était haute, le barreau fut passé haut la main… high five ! super fier de toi ma fille… et droit devant…

Fa, alors que j’écris ce passage en ce môman même – oui papa – tu me Messenger pour me demander si 11 h est toujours OK pour que je te ramasse… connectés tu dis ? et je ne t’ai même pas vendu le punch… j’ai toujours été bon pour garder les ptits secrets…

alors mes filles, comme ma batterie de mon vieil ordi faiblit rapidement et que les mots semblent fuir mon cerveau – ce qui arrive de plus en plus régulièrement, sauf qui veut, je vais aller droit au but – gardiens de buts de frère en fils les Dion brothers

alors ce petit mot ce matin est pour vous écrire, et surtout pour vous dire et vous lire :

merci de m’avoir choisi comme père et de m’avoir montré le don de soi… drôle de choix mais bon, mais la vie est un mystère dit-on chez les Demers-Dagenais-Dion et filles…

que je vous aime, que je suis fier d’être votre géniteur (arch quel pas beau mot dont, dernière fois que je le dis, promis juré craché, mais en temps de Corona fini le crachage juré que j’ai catché)… catcher avant de crasher…

que je suis immensément comblé de vous avoir dans ma vie, et en ce moment même… heureux de vous savoir heureuses, épapanoui de vous voir autant épanouies, inoui… et encore plus intelligentes que moi – quoi que ça, le barreau était pas haut ho ho et c’est pas du gâteau (double inside joke lecteur/trice)…

comme on s’est déjà dit, je vous ai donné toute mon intelligence, ce qui m’en laisse bien peu, mais contrairement aux choses du cerveau, c’est en donnant que le coeur grandit (j’allais écrire que le coeur gandhi mais je vais me retenir car c’est contre ma religion)…

alors en ce petit dimanche d’ère coronarienne, grâce à vous, je me sens comme le roi des papas de papasser ce dimanche ensemble chères fifilles…

merci d’avoir dit oui car je l’entends ce oui papapoups – et ce, avant même d’avoir eu une bouche – et d’être nez dans ma cour royale…

parlant nez, si vous avez mes pieds – sorry for that – je sais que vous vous considérez chanceuses de ne pas porter le mien…

je veux aussi vous dire en phase terminale de ma batterie, que je n’ai aucune attente envers vous, aucune attente autre que celle de vous voir et de vous savoir heureuses, de vous voir prendre le risque d’être vous-mêmes, ce que vous fêtes avec mère veille depuis respectivement 39 et 25 ans… et que je souhaite que vous continuerez à le faire longtemps longtemps… éternellement… car le plus bel héritage qui soit la liberté…

parlant de mère veilleuses, un ptit mot pour souligner la présence de vos mères respectives, Lise Charu et Paule Sabera (vraiment, quelle famille !!!) car sans elles, vous ne seriez pas tout à fait ici… pas en aussi bonne forme du moins… vous ne seriez qu’une idée, un souhait, un projet, une possibilité… et grâce à elles, et à nos rencontres de coeur,  vous êtes devenues réalité…  et c’est grâce à elles que vous êtes aussi belles, et buns… paroles de ptit bum de mourial now

comme Léo n’est pas sur FB, aucune chance qu’elle ne voit ceci, alors la surprise est pas mal assurée de ce côté…

toutefois, j’espère que Fanny ne voit pas sa photo pas shoppée popper (pas pire non ? oui popa) sur son fil et qu’elle ait l’idée d’aller voir si elle y est… qu’un petit risque pas calculé du tout…

mais vous savez comme je suis bon pour garder les secrets right ?

et que je vous aime n’en est pas un du tout rendu ici…

alors bonne fête mes gracieuses… et merci pour vous…

car clairement, j’ai un penchant pour vous…

83669748_2600903906630063_6013124879220473856_n

bienveillons-nous

82870234_3316262131739162_3576663299399539417_o

♥♥♥ – 20/6/2020

l’amour au temps du Corona / déconfinement in progress…

tant d’inquiétude et de peur autour de nous en ce moment… tant de frustration et d’irritation qui culminent jusqu’à la colère… bouillonnement humain… positions campées et affirmées, parfois jusqu’au manque de respect fondamental…

masque ou pas, liberté limitée, vivre ensemble complexe avec des règles sociales souvent confuses et irritantes – 1 mètre, 1,5, 2 alouette – tellement que parfois on ne sait plus trop quoi penser… alors on sent et on ressent beaucoup… beaucoup beaucoup…

mais avant de pitcher toutes ces réactions vers l’extérieur, réalisons que tout ce qui monte face à l’environnement social actuel nous appartient… matière première personnelle…

alors souvenons-nous de demeurer humain, humaine, tout en sentant et en affirmant ce qui est juste pour soi, et tout en respectant les attitudes et comportements différents des nôtres… car ni meilleurs ni pires, que différents…

alors écoutons-nous, soi-même et les un(e)s les autres… et respectons-nous les un(e)s les autres… jusqu’à nous aimer les un(e)s les autres comme aurait jadis dit quelqu’un de la grande famille humaine…

la moindre et plus importante chose à faire en ce moment tendu de l’humanité…

alors ce matin, un pot pourri de mots des autres…


tout d’abord ceux de Ram Dass

j’aimerais jouer le rôle d’une personne qui a suffisamment exploré sa propre conscience (et insconscience, ndlr 😉 que si jamais les choses se corsaient, autant en termes d’environnement, d’enjeux sociaux, d’oppression, de protection des plus démuni(e)s – peu importe – je pourrais être impliqué(e) sans être «pris» dans ma propre réactivité, sans avoir peur et ce, afin que je puisse faire partie de la solution et non du problème…


puis ceux de Jeff Foster

EMPATHIE: LORSQUE LE SYSTÈME NERVEUX SE RÉJOUIT

La plus belle qualité chez un être humain, à mon humble avis ?

La capacité d’écouter profondément.

Pour écouter à partir de la Présence, de l’immobilité.

Pour écouter sans essayer de réparer quelqu’un, de le changer ou de le «sauver».

La possibilité de permettre à un autre d’être exactement comme il/elle est.

Ne pas donner de conseils non sollicités. Ne pas leur enseigner les dernières recherches psychologiques ou l’enseignement spirituel «le plus vrai». Ne pas essayer de les modeler, de les manipuler pour qu’ils/elles correspondent à un concept de qui ils/elles «devraient» être. Ne pas projeter son propre traumatisme – ou nos réponses traumatisantes – partout.

Simplement écouter.

Écouter avec un esprit ouvert et un cœur ouvert et un système nerveux réceptif. Leur permettre de respirer, d’exprimer, de pleurer, de questionner, d’être complètement unique, de s’étendre dans l’espace, de découvrir leur propre vérité.

J’ai rencontré des experts mondiaux de l’intimité, des relations et de la communication honnête qui sont incapables de le faire. J’ai rencontré des gourous spirituels, des soi-disant «maîtres éclairés», des psychologues experts et des coachs de vie qui sont totalement incapables de le faire. J’ai rencontré des professeurs et des auteurs populaires sur «l’écoute du cœur», «l’espace de détention», la «conscience pure» et la «spiritualité incarnée» qui sont incapables de le faire.

C’est un cadeau rare que celui de permettre aux autres d’être exactement comme ils sont.

Cassé(e). Entier(ère). Triste. En colère. Apeuré(e). Perdu(e). Réveillé(e) ou endormi(e). Peu importe.

Simplement les écouter avec chaque fibre de son être.
Les recevoir par les sens, écouter comme les animaux sauvages de la forêt.
Les emmailloter dans une attention non distraite et fascinée.
Pour les envelopper d’une Présence silencieuse et chaleureuse.
Pour leur faire sentir – dans ces moments précieux lorsque vous êtes ensemble – comme s’ils étaient le plus aimé(e)s de tout l’Univers.

Lorsque vous ressentez ce genre d’écoute sacrée de la part de quelqu’un, c’est indéniable.

Il ne peut pas être fabriqué.
Il ne peut pas être truqué.
C’est tout à fait rare et saint.
Ce n’est rien de moins qu’un amour inconditionnel.

Votre système nerveux le sent et se réjouit.


puis ceux de John de Ruiter (que je choisi de ne pas traduire car poétiques)

Soften in your heart and you know.
Open in your heart and you see.
Live like that and you understand.

et ci-bas, ceux d’une femme que je viens juste de découvrir

 


allez bon solstice… enjoyons totalement !

car ce sera l’été avant la fin de cette journée…